A l'avant-garde des questions économiques et des enjeux des politiques de développement, le Cercle d'action et de réflexion autour de l'entreprise (Care) convie aujourd'hui ses invités à une conférence-débat sur un important thème. Il s'agit de la problématique de l'intégration de l'Algérie dans l'économie mondiale.

La dépendance aux cours pétroliers a démontré que l'influence de l'économie mondiale sur le devenir du pays n'est pas une simple vue d'esprit, mais une réalité qu'il faudrait explorer davantage afin de tirer tous les enseignements. Pour l'animation de cette conférence, qui se tiendra à l'hôtel Hilton, à Alger, le Care a fait appel à Mouloud Hedir, expert économiste, ancien directeur du commerce extérieur au département du commerce, ayant eu à négocier l'adhésion de l'Algérie à l'Organisation mondiale du commerce. Il est clair pour les animateurs du Care que la chute brutale des prix du pétrole, depuis l'été 2014, met à l'épreuve les fondamentaux d'une économie fragile tout entière bâtie autour de son secteur des hydrocarbures. C'est alors que le débat sur la nécessaire diversification de l'économie revient sur le devant de la scène et a gagné en priorité dans l'agenda du gouvernement. «L'accent est aujourd'hui mis sur les nécessaires réformes à mener à bien pour rationaliser les dépenses de l'Etat et pour faire un meilleur usage des ressources publiques de plus en plus rares, de sorte à maintenir un minimum de cohésion sociale et éviter, par-dessus tout, de provoquer un affaissement de l'activité économique qui serait désastreux pour les équilibres sociaux et politiques dans le pays», lit-on dans une note de présentation de cet évènement. Tout en rappelant les mesures prises par le gouvernement pour faire face à ce choc, le Care a estimé que «le débat reste toujours ouvert quant aux mesures plus structurelles à prendre pour jeter progressivement les bases d'une réelle diversification de l'économie nationale et des sources de sa croissance». 
Et de relever que «l'intégration de l'Algérie dans l'économie mondiale est loin d'être harmonieuse». Dans ce contexte, le Care a insisté sur le rôle des entreprises performantes en mesure de défendre leurs parts de marché face à la concurrence importée et de s'imposer sur les marchés nationaux et internationaux. «La défense des intérêts de l'économie algérienne ne peut pas être bâtie durablement sur les restrictions administratives, mais sur des réseaux d'entreprises solides et structurés, et totalement intégrés aux chaînes de valeur mondiales», ajoute-t-on. Le gouvernement est invité donc à prendre en compte cette observation émanant d'un cercle réunissant des patrons d'entreprises, des experts et des cadres venant de divers secteurs ayant une riche et longue expérience professionnelle.