CARE est un espace de rencontres de type « think-tank »

SLIM OTHMANI, PATRON DE LA NCA-ROUIBA “La désignation d’un intérimaire au FCE n’est pas un signe de renouveau”

avril 14, 2019

© Archives Liberté https://www.liberte-algerie.com/actualite/la-designation-dun-interimaire-au-fce-nest-pas-un-signe-de-renouveau-313470 Chef d’entreprise connu, Slim Othmani, patron de la NCA-Rouiba, nous livre dans cet entretien son appréciation sur les changements opérés récemment au sein du FCE, ainsi que sur les urgences économiques auxquelles doit faire face le prochain gouvernement. Liberté : Comment appréhendez-vous les chamboulements qui s’opèrent actuellement au sein de  la communauté d’affaires locale et notamment dans l’organisation de la plus importante association patronale du pays, le FCE en l’occurrence ? Slim Othmani : Ce n’est pas un chamboulement, c’est le cours normal des choses. Quand un patronat s’est autant compromis avec le pouvoir au point d’en devenir un démembrement, on ne pouvait s’attendre qu’à son quasi-démantèlement, en même temps que celui du pouvoir. Il faut bien prendre conscience que dans le “Irouhou gaâ” (ils partiront tous, ndlr), le FCE faisait bien partie de la liste des appelés à dégager. La désignation d’un président intérimaire pour une période de 90 jours, contre la volonté de la vieille garde du Forum, reflète l’application stricte du règlement intérieur de cette organisation, mais ne représente nullement un quelconque renouveau, ni une réelle remise en question. En parallèle, les discussions quant à l’opportunité de la création d’un nouveau patronat, latentes depuis 2014, ont repris de plus belle. Je ne peux que m’en réjouir. La situation économique du pays inquiète grandement en cette phase de transition politique. Quelles sont, selon vous, les priorités à prendre en charge en urgence en ce contexte particulier ? L’inquiétude est largement justifiée et la liste des mesures à prendre est bien trop longue. Heureusement que les priorités sont claires pour beaucoup d’entre nous. En revanche, leur mise en œuvre représentera un véritable défi pour le prochain gouvernement. La légitimité de ce gouvernement sera l’élément central de l’acceptation des mesures et des réformes à mettre en œuvre. À la lumière de l’état des lieux des finances publiques et de la situation de l’économie en général, le gouvernement aura pour mission première d’échafauder des scénarios, de communiquer le plus largement possible et surtout d’opter pour le programme le moins contraignant pour les couches sociales défavorisées. Car quel que soit le scénario adopté, ce sera inévitablement celui de l’austérité. À titre d’illustration, plusieurs mesures devront être prises pour retrouver un équilibre budgétaire normatif, à commencer par la révision du train de vie de l’État, l’adoption d’un plan de réduction progressif des subventions, ainsi que la prise en charge du problème de l’économie informelle qui représente plus de 50% de l’économie. Pour ce qui est de la balance des paiements, il faudra sérieusement se pencher sur le climat des affaires, afin d’accélérer la diversification, et d’accroître l’attractivité du pays vis-à-vis des IDE. Les institutions de l’État sont-elles suffisamment crédibles pour entreprendre des démarches judiciaires contre des faits avérés ou suspectés de corruption, d’enrichissement illicite ou de transferts illégaux de devises ? Elles se sont, certes, discréditées, ces dernières années, en se mettant au service du pouvoir, mais pouvaient-elles faire autrement après l’accaparement du pouvoir par le clan Bouteflika ? Si certains ont résisté, car il doit y en avoir, d’autres ont payé cher leur attachement à leurs valeurs, à l’éthique de […]

Poursuivre la lecture

Slim Othmani dans Les Echos : « Ce véritable coup d’Etat va durcir la contestation en Algérie »

mars 12, 2019

L’entrepreneur algérien et président de Care, estime que la décision du régime est contraire à la Constitution. Il minimise les risques de déstabilisation du pays ou d’émigration.

Poursuivre la lecture

Casbah Tribune: CARE classé 33e sur 103 think tanks de la région MENA

février 5, 2019

http://casbah-tribune.com/care-classe-au-33e-sur-103-think-tanks-de-la-region-mena/ 05/02/2019 Casbah Tribune Le think tank algérien CARE a été classé au 33e rang sur 103 think tank mondiaux de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient pour l’année 2018, selon un communiqué transmis à notre rédaction. Ce classement annuel a été effectué par le « Think Tanks and Civil Societies Program » (TTCSP) qui est affilié à l’Université de Pennsylvanie aux Etats-Unis. Le Cercle d’Action et de Réflexion autour de l’Entreprise CARE a été fondé en 2000 par Slim Othmani et Samy Boukaila. Selon Slim Othmani, contacté par nos soins, l’idée est née de cette volonté de ne pas vouloir une association patronale mais un espace pour avoir des discussions autour des questions économiques. « Ce classement prouve que nous sommes vus et regardés au niveau national et international, et que nos publications sont analysées », affirme Slim Othmani à Casbah Tribune. Il ajoutera que CARE a une vue très objective de la situation économique de l’Algérie.  

Poursuivre la lecture

Slim Othmani :“Contourner économiquement la fermeture des frontières entre l’Algérie et le Maroc est possible”(CEE)

janvier 22, 2019

https://www.maghrebemergent.info/contourner-economiquement-la-fermeture-des-frontieres-entre-lalgerie-et-le-maroc-est-possible-cee/   « En termes de statistiques, après la fermeture des frontières, le volume des changes entre l’Algérie et le Maroc a augmenté », assure Mourad Goumiri. Le Café des Experts économiques (CEE) de Radio M, a reçu cette semaine le P-DG de NCA Rouiba et président du think-tank Care, Slim Othmani, pour débattre de la question de la fermeture des frontières terrestres entre l’Algérie et le Maroc. Pour l’invité du CEE, Salim Othmani, tout le monde présente la fermeture des frontières comme le ‘’nœud gordien’’ de l’intégration maghrébine. A ce propos, il a évoqué la proposition du ‘’Corridor économique’’. Il a indiqué que « le contournement politique existe et on le retrouve  de par le monde, comme c’est le cas  pour la Corée du Nord avec le Corée du Sud, la Chine avec Hong Kong et d’autres pays du monde qui ont pu contourner les décisions politiques et permettre que des échanges commerciaux se fassent ». Ferhat Ait Ali, a expliqué, quant à lui,  qu’il existait un accord de l’UMA définissant les règles d’intégration maghrébine même avec des closes douanières. « Le Maroc n’est pas exclu des accords de l’UMA. Donc l’intégration du Maroc a toujours été dans l’esprit des décideurs de tous les pays Maghrébins », a-t-il souligné en ajoutant qu’aujourd’hui cette contrariété d’ordre politique et sécuritaire, « ne peut être expliquée par des considérations d’ordre économique». Pour sa part, Mourad Goumiri a indiqué que le commerce mondial se fait à 80% par voie maritime. « En termes de statistiques, après la fermeture des frontières, le volume des changes entre l’Algérie et le Maroc a augmenté », a-t-il expliqué, en indiquant, dans ce sens, que la fermeture des frontières terrestres « ne pénalise pas autant les échanges commerciaux entre les deux pays mais son impact est plus négatif sur le volet humain ».

Poursuivre la lecture

Slim Othmani. Patron de NCA-Rouiba : «L’impact social de la dépréciation ne doit pas être négligé»

décembre 18, 2018

photo : H. Lyes  AKLI REZOUALI in El Watan. 16 DÉCEMBRE 2018 À 11 H 05 MIN Le patron de la Nouvelle conserverie algérienne (NCA)-Rouiba, Slim Othmani, aborde dans cet entretien les difficultés que fait peser la dépréciation du dinar sur la trésorerie et l’activité des entreprises de production.   La crise financière que traverse le pays depuis fin 2014 a fait chuter drastiquement la valeur du dinar. Quelles en sont les répercussions sur les entreprises de production ? Les répercussions sont multiples. En effet, compte tenu du caractère extraverti de notre tissu économique (dominé par les importations de produits finis et de matières premières), les effets furent quasi immédiats dans le sens où cette dépréciation a induit une réelle perte de productivité à peine partiellement compensée par une hausse des prix de vente. Mais aussi une dégradation de notre trésorerie avec tout ce que cela implique au niveau du cycle financier. Nos clients nous payent moins rapidement et nous payons moins rapidement nos fournisseurs, qui inquiets se mettent à réclamer davantage de sécurité pour leurs paiements, etc. C’est une spirale infernale, dont il est difficile de sortir dans un contexte économique aussi perturbé. Quelle stratégie adoptez-vous en tant que producteur pour faire face aux fluctuations du taux de change de la monnaie nationale ? L’achat de devises à terme n’étant pas encore généralisé et maîtrisé, nous avons cherché avant tout à rediscuter avec nos principaux fournisseurs afin d’obtenir des baisses de prix susceptibles d’amortir les effets de cette dépréciation et surtout à rallonger nos délais de paiement. Le succès de cette première démarche, compte tenu du contexte international, fut mitigé. Il va sans dire que n’ayant aucune visibilité sur le court et le moyen termes, nous nous sommes engagés dans un processus de réduction des charges et de gains de productivité assez agressif. L’impact social de cette dépréciation ne doit en aucun cas être négligé. Un fort renchérissement des prix des produits locaux peut-il être évité, si la dépréciation du Dinar se poursuit ? C’est une utopie que les politiques essaient de faire croire à l’opinion publique. Dans l’inconscient collectif, appuyé par un fort discours démagogique, on induit en erreur l’opinion au sujet des marges des industriels algériens. Un audit rigoureux de l’industrie algérienne mettrait à nu l’état de sinistralité dans lequel se trouve notre tissu industriel. Pour rappel, les marges servent à rémunérer le capital, soutenir la croissance par des investissements et de l’innovation, puis bâtir un matelas de sécurité pour amortir le choc des périodes difficiles. Dans l’état actuel, j’émets des doutes quant à la concrétisation de ses trois objectifs. La politique d’ajustement du taux de change qu’observe actuellement la Banque centrale est-elle inadaptée, selon vous, aux besoins de promouvoir la production locale ? Certes, cet ajustement nous offre un répit, nous permettant tout de même de mettre en œuvre sereinement nos plans de sauvegarde. Cependant, la dépréciation est bien là, alors que les prix de vente n’ont quasiment pas bougé. Une équation difficilement supportable.   https://www.elwatan.com/edition/actualite/slim-othmani-patron-de-nca-rouiba-limpact-social-de-la-depreciation-ne-doit-pas-etre-neglige-16-12-2018      

Poursuivre la lecture

Slim Othmani: Président du Cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise (CARE) « On ne peut diversifier dans un cadre aussi restrictif, instable »

novembre 26, 2018

in Oil & Gas Business, 24/11/2018. http://magazineogb.com/index.php/le-magazine/a/467-slim-othmani-president-du-cercle-d-action-et-de-eflexion-autour-de-l-entreprise-care-on-ne-peut-diversifier-dans-un-cadre-aussi-restrictif-instable Dans cet entretien, le président du cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise (CARE) et patron de NCA-Rouïba revient sur l’évolution du climat des affaires en Algérie. il estime que même si l’accès au financement est facilité pour certains opérateurs, il reste ce complexe pour les nouveaux arrivants : les PME et les TPE en particulier. OGB : Du côté du gouvernement, les engagements portant sur l’amélioration du climat des affaires s’enchaînent ces derniers temps à la faveur de la volonté de diversifier l’économie. Qu’en est-il à votre avis ? Slim Othmani : Vous dites que les engagements s’enchaînent cela me surprend car cela suppose une réelle dynamique de réforme ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Pour ma part les seuls éléments concrets que nous observons sont le fait du ministère de l’Intérieur ainsi que celui de la Justice, en termes de modernisation et de digitalisation. Il va sans dire que dans ces deux cas l’intérêt est partagé entre le citoyen et les institutions. En effet, ce confort et ces facilités offerts au citoyen se font au prix de la vie privée puisque rien ne vient encadrer toutes ces bases de données qui sont constituées, avec tout ce que cela suppose comme dépassement et comme arbitraire. Malheureusement tout à un prix. Et toutes  ces années de parcours du combattant dans cette jungle bureaucratique ont mis à mal la résistance des citoyens. Je ne vois pas d’avancées dans la cohérence fiscale ni même dans le traitement apporté pour rendre notre économie effectivement inclusive. L’informel continue à régner et gangrener toutes nos chaînes de valeur. Et pour finir les activités de service, continuent à être perçues comme marginales voire parasitaires. Pour s’en convaincre il suffit de mesurer la fiscalisation de ce pan de l’économie qui est à des niveaux au-delà du confiscatoire. En un mot, on pousse les acteurs à tricher. Internet, le principal outil d’une économie moderne, au lieu d’être perçu comme une opportunité est davantage perçu comme une menace pour le pays avec tout ce que cela suppose comme restrictions, décisions de coupure arbitraire et surtout hyper centralisation. Malgré cela nous sommes tous les jours rappelés à la réalité par une multitude de jeunes qui nous démontrent que tout est surmontable mais quasi- ment toujours en contournant la loi. Il est tout de même important de rappeler que le niveau de taxation des produits informatiques est choquant à plus d’un titre. Ce n’est absolument pas la bonne façon de protéger la production nationale bien au contraire on la pousse au déclin. On ne peut diversifier dans un cadre aussi restrictif, instable et qui place la paranoïa au-dessus des intérêts de la nation. Le discours politique fait de la diversification son leitmotiv cependant il lui manque indiscutablement la volonté et les actions sur le terrain. De même le dialogue et la concertation sont systématiquement rappelés comme valeurs cardinales mais force est de constater que nous en sommes bien loin tant l’autisme a pris le dessus. L’exportation fait visiblement l’objet d’une attention soutenue pour des raisons qui relèvent davantage de la géo- politique. Cependant, […]

Poursuivre la lecture

NI PYRAMIDE DE KHÉOPS, NI MURAILLE DE CHINE

septembre 2, 2018

Contribution in MAGHREB ÉMERGENT, 2 septembre 2018. Les circonstances ne sont jamais favorables pour agir, c’est notre décision et notre détermination ainsi que la mise en œuvre d’une nouvelle forme de gouvernance à laquelle toute l’Algérie aspire, qui rendront les circonstances idéales. Plus que jamais la nécessité d’un projet mobilisateur pour l’Algérie s’impose. Il ne s’agit ni de la construction de la pyramide de Khéops, ni de bâtir la grande muraille de Chine, c’est certainement bien plus complexe encore puisqu’il s’agit de restaurer la confiance entre le citoyen et le monde politique qui le gouverne. Ou plus précisément le pouvoir en place. Outre la faible compétitivité de notre économie, la société Algérienne dans son ensemble, ploie sous le poids grandissant du fondamentalisme et de la bigoterie, générateurs d’archaïsmes et véritables freins au développement socioéconomique. L’émancipation des femmes et l’emploi féminin en sont l’une des illustrations. Raison de plus pour mobiliser la société tout entière et la jeunesse en particulier autour d’un projet qui fasse rêver, porteur d’espoir pour cette jeunesse en mal de perspectives et qui ne conçoit son avenir qu’au-delà des mers ; si elle n’a pas sombré dans les bras de l’informel, du terrorisme ou du grand banditisme. Cette confiance retrouvée devra être l’élément central, la clé de voute, d’une économie attractive aux fondamentaux plus équilibrés loin de la malédiction des hydrocarbures dont nous sommes frappés, loin du populisme et de la démagogie ravageurs, loin d’un patriotisme économique irréfléchi et étriqué qui a fait de la loi 49/51 un dogme de souveraineté. Confiance et économie attractive vont de pair. En effet malgré la faible diversification de notre économie qui laissait entrevoir de réelles opportunités d’investissements, force est de constater que la non consécration du droit de propriété, l’insécurité juridique (la vie moyenne d’un texte de loi dans la sphère économique n’excède pas 18 mois ce qui est bien inférieur aux délais de réalisations d’un projet), le népotisme et l’arbitraire (le cas CEVITAL en est la parfaite illustration et ce n’est pas un cas isolé), ont largement contribués à ébranler la confiance des investisseurs matérialisée aussi par un réel désintéressement de la destination Algérie. Dans un de ses ouvrages Raymond Barre soulignait que la principale source d’attractivité est le « Traitement réservé à l’investisseur local ». Dans le cas de figure de l’Algérie, le pays traite mal ses investisseurs locaux. C’est un fait. D’ailleurs le qualificatif « secteur privé » demeure péjoratif et la discrimination avec le « secteur public » est systématique. Alors que c’est le secteur privé qui depuis plusieurs années porte la valeur ajoutée de l’économie Algérienne. Quant aux IDE (Investissements Directs Étrangers), la Loi de Finance complémentaire 2009 avait amorcé un virage à 180° à leur égard et le nouveau code des investissements a fini de sceller leur sort en réduisant à sa plus simple expression la notion d’attractivité. En un mot ils ne sont pas en odeur de sainteté. Plus concrètement la convertibilité du Dinar pourrait être ce grand projet mobilisateur catalyseur de confiance au sein de la société. Certes, d’un point de vue purement technique un tel choix serait discutable. En effet les […]

Poursuivre la lecture

COMMENT RETROUVER UN PAYS « NORMAL » … L’interview de Slim Othmani à la revue ParisAlger

janvier 14, 2018

Slim Othmani, 60 ans, né à Tunis, est ingénieur informaticien de formation. Après avoir travaillé comme entrepreneur au Canada, il rentre en Algérie en 1991 et prend en 1999 les rênes de l’entreprise de boissons aux fruits NCA-Rouiba fondée par son grand-père et son père. Il en est aujourd’hui le président du conseil d’administration. En 2000, il crée le Cercle d’Action et de Réflexion autour de l’Entreprise (CARE). Il a été également fondateur de l’Association de Producteurs Algériens de Boissons (APAB). Dans cet entretien à ParisAlger, il invite les jeunes à animer la société civile pour favoriser le retour à la confiance. 

Poursuivre la lecture