CARE est un espace de rencontres de type « think-tank »

Le président Slim Othmani présente ses vœux

décembre 28, 2017

Chers ami(e)s Nous quittons une année particulièrement difficile pour notre pays. Notre économie entre de plain-pied dans une crise durable qui aurait pu être évitée pour peu que nos dirigeants aient eu la sagesse d’engager les réformes nécessaires à sa diversité. Pourtant ce n’est pas faute, pour les intelligences vives de notre pays, d’en avoir sollicité l’engagement depuis de nombreuses années, en particulier au moment où nous pouvions le faire dans le confort. L’entêtement de nos dirigeants d’en reporter sine die le lancement oblige notre pays à les engager dans la contrainte et peut-être les larmes. L’image que CARE renvoie auprès de nos concitoyens, la confiance que nous témoigne l’opinion publique et que confirme aussi bien les nombreuses personnes toujours présentes à nos LMC que les associations professionnelles et les organisations patronales qui ont rejoints le PREE, ne sont-ils pas la preuve de la justesse de nos engagements ? Nos partenaires étrangers, en nous témoignant leur soutien concret, ne s’y trompent pas ; avec l’appui des uns et la confiance des autres, nous continuerons à agir et à militer pour faire de notre économie nationale une économie saine et florissante, productrice de richesses et de nombreux emplois. A l’orée de la nouvelle année, souhaitons-nous et à nos familles, tout le bonheur que nous méritons; que nos efforts soient récompensés pour le bien-être de nos concitoyens et plein de succès pour l’économie de notre cher pays. Bonne année à tous. Slim Othmani. Président de CARE Télécharger le message en format PDF

Poursuivre la lecture

Energies renouvelables: une nouvelle stratégie prochainement

juin 6, 2017

ALGER- La ministre de de l’Environnement et des Energies  renouvelables, Fatma Zohra Zerouati a annoncé lundi à Alger, une nouvelle  stratégie en matière d’énergies renouvelables tenant compte les défis  climatiques et économiques qui se posent aujourd’hui à l’Algérie.  « Une nouvelle stratégie en matière d’énergies renouvelables sera élaborée  en tenant compte, sur orientations du Premier ministre, les défis qui se  posent l’Algérie, d’une part et la conjoncture économique qui impose ce  type d’énergie pour le développement d’une économie alternative, d’autre  part », a indiqué la ministre en marge de l’inauguration du nouveau siège de  l’Agence Nationale des Déchets. Précisant que la priorité sera accordée au Sud au vu du potentiel énorme  qu’il offre dans ce domaine, la ministre a fait état de consultations en  cours entre son département et des experts pour l’étude de cette stratégie  qui englobe tous les secteurs. « Nous  devons faire en sorte que toute étape  franchie soit une réussite », a-t-elle ajouté. Le secteur de l’Environnement était rattaché avant l’avènement du nouveau  gouvernement aux Ressources en Eau alors que les Energies renouvelables  dépendaient du secteur de l’Energie.     Concernant l’Environnement, Mme Zerouati a mis l’accent sur la  « priorité » que constitue l’élimination des Déchets notamment des points  noirs et la lutte contre le gaspillage, plus particulièrement, du pain dont  le prix est subventionné. « Nous ne pouvons continuer à jeter les déchets et à gaspiller. Il est  important de lutter contre ces comportements », a-t-elle renchéri avant de  rappeler que 16 000 baguettes de pain sont jetées quotidiennement dans les  poubelles.   Concernant les centres d’enfouissement technique (CET), Mme Zerouati a  indiqué qu’un état des lieux sera effectué tout en se penchant sur les  problèmes qui se posent au niveau de la gestion, annonçant la réception du  deuxième bassin dans les tous prochains jours d’une capacité de trois millions de m3 pour une durée de dix ans. A Alger, sera réceptionnée prochainement une unité de lavage et de  transformation des sacs en plastique à raison de 2 tonnes par jour.  Par ailleurs, l’Algérie consomme 7,7 milliards de sacs en plastique par  an, selon la ministre qui a tenu à préciser que son département ministériel  avait d’ores et déjà, entamé des contacts avec plusieurs investisseurs pour  la fabrication de sacs en remplacement des sacs en plastique. La politique du secteur sera centrée s’agissant des déchets, sur la  formation, la sensibilisation et la participation du citoyen tout en axant  l’éducation des enfants sur les notions de protection de l’environnement et  de lutte contre les déchets. Après un exposé sur l’Agence nationale des déchets, Mme Zerouati a  souligné l’importance de mener une bataille contre les déchets en tout  lieu, appelant les cadres de cette entreprise publique à faire usage de la  numérisation afin de cibler les objectifs liés à la gestion des déchets.   L’Algérie produit 12 millions de tonnes de déchets par an soit, un taux de  0,85 kg par individu.  Source: APS

Poursuivre la lecture

Inauguration de la première desserte maritime entre Mostaganem et Barcelone   

juin 5, 2017

MOSTAGANEM – La première desserte maritime de transport  des voyageurs reliant Mostaganem (Algérie) et Barcelone (Espagne) a été  inaugurée lundi, a-t-on constaté.   Le coup d’envoi de Cette traversée à bord du navire « Tassili 2 »  transportant 58 passagers et 28 véhicules a été donné au port de Mostaganem  par le wali Adelwahid Temmar, en présence d’autorités locales. Le directeur régional ouest de l’Entreprise nationale de transport  maritime des voyageurs (ENTMV), Latreche Benaoumeur Abdessamed a indiqué  qu’un total de 32 dessertes aller/retour est programmé pour les mois de  juin, juillet, août et septembre prochains, à raison de huit dessertes  aller-retour par mois. Il a souligné que l’ouverture de la ligne maritime de transport des  voyageurs Mostaganem-Barcelone s’inscrit dans le cadre du plan d’extension  de l’activité de l’ENTMV, signalant que l’entreprise a réservé pour cette  ligne les navires « Tassili 2 » et « Djazair 2 ».  Il a ajouté qu’après la saison estivale, une desserte aller/retour tous les 15 jours sera programmée lors de la saison hivernale. Des prix de 18.500 DA aller-retour en place économique et de 28.000 DA en  cabine sont fixéx pour cette desserte et de 33.000 DA pour le véhicule. Une ligne maritime régulière sera programmée durant la saison estivale  reliant Mostaganem et Alicante (Espagne) avec un total de 32 dessertes  aller retour en juin, juillet, août et septembre avec une moyenne de 8  dessertes aller retour chaque mois, a indiqué le directeur régional ouest  de l’ENTMV. Concernant l’ouverture de la nouvelle ligne maritime qui reliera  Mostaganem (Algérie) et Marseille (France), le même responsable a fait  savoir que le dossier est à l’étude et qu’elle sera mis en service l’année  prochaine parallèlement à la réception d’un nouveau navire d’une capacité  de plus de 2.000 passagers et plus de 600 véhicules. Par ailleurs, M. Latreche a annoncé l’ouverture d’une ligne maritime  urbaine reliant le port d’Oran et Ain Turck le 5 juillet prochain signalant  l’acquisition de deux navires de 350 passagers chacun, en vue d’alléger la  tension sur la circulation automobile de la corniche oranaise. Le wali de Mostaganem, Abdelwahid Temmar a souligné que la ligne maritime  Motaganem-Barcelone intervient en complément à la ligne Mostaganem-Valence  entrée en exploitation en mars 2016.      Il a ajouté que cette nouvelle ligne devra conférer une amorce économique  à Mostaganem et à la partie ouest du pays et attirer plus de  touristes. Source: APS

Poursuivre la lecture

Qatar : L’aggravation de la crise diplomatique pourrait faire flamber les prix de pétrole et du gaz

juin 5, 2017

WASHINGTON- L’aggravation de la crise diplomatique  autour du Qatar pourrait aiguiser l’appétit des grands consommateurs de  brut et de gaz et conduire à une flambée des cours sur les marchés, ont  prédit dimanche plusieurs analystes aux Etats-Unis. Pour l’instant, la rupture des relations entre le Qatar et ses voisins du  Golfe « n’a eu aucun impact immédiat sur l’appétit des grands consommateurs,  mais si les tensions s’aggravent les cours de pétrole pourraient augmenter  ce qui pourrait avoir une incidence sur les prix du gaz », prévoit le Wall  Street Journal, citant des analystes pétroliers. Selon le quotidien économique américain,  » la réponse relativement calme  des marchés  » à la décision des pays du Golfe de rompre leur relation avec  le Qatar  » reflète le fait que ce pays n’est pas un important producteur de  pétrole « . Avec une production quotidienne de 618.000 barils par jour, le Qatar  représente environ 2% de la production de l’organisation des pays  exportateurs de pétrole. En revanche, ce petit Etat de la péninsule arabique joue un rôle vital sur  les marchés gaziers internationaux en tant que premier exportateur mondial  de gaz naturel liquéfié. En 2016, il a exporté 77,2 millions de tonnes de  GNL, soit l’équivalent d’un tiers de l’offre mondiale, selon l’Union  internationale du gaz.  » Comme la plupart des contrats gaziers à long terme sont encore indexés  sur le pétrole, cela pourrait augmenter les prix du GNL contractés », a  déclaré Kelvin Li, analyste, spécialiste du gaz au groupe Lantau. L’entreprise japonaise, Jera Co, plus grand importateur mondial de GNL, a  déclaré lundi qu’elle surveillait de près les risques géopolitiques qui  peuvent résulter de cette crise diplomatique en indiquant avoir reçu des  assurances de Qatar Gas sur le maintien de ses approvisionnements vers le  Japon. Bien que le Qatar ne soit pas un grand producteur de pétrole, le risque  que ce pays abandonne l’accord de réduction de production convenu entre les  membres de l’Opep pourrait provoquer un effet domino. « Si le Qatar se retire de l’accord de réduction de l’offre, d’autres  producteurs, déjà angoissés par la perte de leurs parts de marché, peuvent  suivre son exemple « , avance le Wall Street Journal. Les retombées de cette crise diplomatique pourrait « laisser peu de raisons  au Qatar de maintenir son quota de production « , relève Phin Ziebell,  l’économiste de National Australia Bank. La crise devrait pousser les prix à la hausse mais va  » nuire à l’unité de  l’Opep « , estime, de son côté Monica Defend, responsable chez Pioneer  Investments en relevant dans un entretien accordé à Bloomberg que « les  impacts majeurs de cette crise seront cruciaux « . Mais pour l’analyste londonien, Abdulsamad Al-Awadhi, la crise  diplomatique ne va pas impacter l’entente au niveau de l’Opep qui a su  durant les années précédentes surmonter les différends politiques entre ses  membres.  » Ce n’est pas la première fois que l’Opep connaisse un clivage politique  entre ses pays membres, et ce ne sera pas le dernier », a déclaré Al-Awadhi,  à l’Agence américaine Bloomberg.  » L’OPEP a traversé de nombreux conflits politiques et militaires entre  ses membres et cela n’a jamais eu d’impact sur le flux de travail de  l’organisation ni […]

Poursuivre la lecture