CARE est un espace de rencontres de type « think-tank »

Textiles: un nouveau P-dg à la tête du groupe public Getex

février 26, 2018

ALGER – L’Assemblée générale du groupe public des textiles et cuirs Getex-Spa a mis fin aux fonctions de Malek Salah, à la tête du groupe et a désigné Mokrane Zerrouki comme successeur, a indiqué lundi un communiqué du ministère de l’Industrie et des mines. La cérémonie d’installation du nouveau P-dg de Getex a eu lieu, lundi au siège du groupe, en présence du Directeur général du secteur public marchand au ministère, Djamel-Eddine Choutri. A cette occasion, le nouveau P-dg de Getex, s’est dit « conscient de la responsabilité dont il a la charge », se disant prêt à ne ménager aucun effort pour redynamiser le secteur, et ce, tout en assurant la continuité du travail déjà entamé par son prédécesseur. Le groupe Getex issue de la transformation juridique de l’ex-SGP IM Industries Manufacturières, active dans les domaines de la production des textiles de base, de la confection et de l’habillement et de la transformation du cuir. Il détient en son portefeuille cinq (5) filiales et une (1) sous filiale de distribution composée de 40 unités réparties sur le territoire national. Le groupe détient également deux (2) participations minoritaires dans les sociétés EATIT et TAYAL. En 2016, le groupe Getex a réalisé un chiffre d’affaires de 10,5 milliards de DA et emploie 8.328 travailleurs.

Poursuivre la lecture

Industrie: l’entreprise Alstom Transport disposée à réanimer l’entreprise Cital d’Annaba (ambassadeur)

février 26, 2018

ANNABA – L’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, a affirmé lundi à Annaba que l’entreprise   Alstom Transport était « disposée » à « réanimer » l’entreprise Cital d’assemblage et d’entretien des rames de tramway au-delà de 2018. A une question de l’APS sur les perspectives de l’entreprise Cital après 2018, M. Driencourt a indiqué que lorsque « la demande d’assemblage des rames cessera à cause du gel de plusieurs projets de ce moyen de transport urbain, le partenaire français qu’est Alstom Transport est prêt à investir dans l’assemblage et l’entretien de trains Coradia à l’usine Cital ». Lors de sa visite à l’usine Cital, le diplomate a ajouté que le partenariat algéro-français a débouché « au niveau de la wilaya d’Annaba, sur cet important acquis industriel satisfaisant aux normes internationales qu’il est important de préserver et de développer ». Répondant aux journalistes dans une conférence de presse animée sur le site de l’usine, situé dans la commune d’El Bouni, Xavier Driencourt a salué « la qualité » qui distingue le produit de Cital, relevant que les tramways d’Ouargla et de Sétif « entreront en service respectivement les mois de mars et de mai prochains ». « L’Algérie représente un partenaire privilégié pour les opérateurs économiques français », a-t-il ajouté, avant de rappeler que 17 accords de coopération ont été signés et sont en cours de concrétisation dans les secteurs économique et culturel. Concernant le problème de récupération des crânes des chefs de la résistance algérienne, l’ambassadeur a indiqué que « l’opération suit les démarches légales respectées par les deux parties. » Sur la question relative à la simplification des procédures des visas, M. Driencourt a précisé que cette question est soumise aux procédures contrôlées par les pays de l’espace Schengen. L’ambassadeur de France en Algérie avait auparavant rencontré les autorités de la wilaya et nombre d’opérateurs économiques activant dans la wilaya d’Annaba. Durant la rencontre, il a été question des opportunités de promotion de l’investissement et de l’enseignement de la langue française par l’ouverture d’une école française dans la wilaya. Xavier Driencourt a également visité le Consulat français à Annaba et s’est enquis de ses activités, avant d’inspecter les travaux de restauration et de rénovation du siège de l’institut français d’Annaba.

Poursuivre la lecture

Logement: livraison prévue de plus de 714.000 unités durant 2018 et 2019

février 26, 2018

ALGER – Le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la ville, Abdelwahid Temmar a fait état, lundi à Alger, de la livraison prévue de 714.000 unités de logement de différentes formules durant  2018 et 2019, précisant que ces réalisations permettront d’atteindre les objectifs du programme quinquennal en cours (2015-2019). Lors d’une réunion avec la commission des affaires sociales, de l’habitat et des équipements de l’Assemblée populaire nationale (APN) consacrée à l’examen de l’évolution des programmes de son secteur, M. Temmar a précisé que 366.000 unités de logement devraient être livrés au titre de l’exercice 2018 et 348.000 autres unités au titre de l’exercice 2019. Soulignant que la cadence des travaux de réalisation a enregistré une courbe ascendante, le ministre a fait savoir que le nombre des logements réalisés annuellement est de 296.000 unités ce qui permettra au secteur d’atteindre les objectifs du  programme quinquennal en cours. Selon les chiffres avancés par le ministre le programme quinquennal d’un total de 1.891.016 unités, a connu une avancée considérable durant les trois dernières années (2015-2017) avec la livraison de 886.736 unités (47%) alors que 1.724.140 unités (44%) ont été lancés, 837.404 en cours de réalisation et 166.876 unités (9%) devront être lancés ultérieurement. Concernant l’avancement des travaux de réalisation selon les formules, le programme public locatif qui représente 37% de l’offre publique a enregistré le lancement de 686.562 unités alors que 328.906 unités (47%) ont été achevées, 357.656 unités (51%) sont en cours de réalisation et 15.928 unités (2%) pas encore été lancés. Lire aussi: Logements AADL: vers la relance des chantiers à l’arrêt dans plusieurs wilayas  Pour les deux années prochaines, il est prévu la réalisation de 130.000 unités au titre de l’exercice 2018 et de 118.000 unités au titre de 2019. S’agissant de la formule location-vente qui représente 17% de l’offre publique, les travaux ont été lancés pour la réalisation de  323.702 unités alors que 64.963 unités ont été achevées, 258.709 unités sont en cours de réalisation et 26.298 unités non encore lancées. Détaillant les unités non lancées, le ministre a fait état du recensement de 19. 540 unités au titre du programme AADL à Alger, relevant à ce propos que le programme en question se heurtait à des problèmes de foncier qui sont a-t-il dit, en cours de règlement en coordination avec les services de la wilaya. S’agissant des prévisions de réalisation dans cette formule pour les années 2018-2019, le premier responsable du secteur de l’Habitat a souligné la réception prévue de 85.000 unités en 2018 et 86.000 autres en 2019 pour la réalisation des objectifs du programme quinquennal. Le nombre de souscripteurs dans cette formule s’est élevé à 561.348 souscripteurs, dont 79.858 inscrits dans le programme AADL 1 et 435.992 dans le programme AADL 2. Pour ce qui est de l’habitat rural qui représente une partie importante du parc foncier (33% de l’offre publique), le nombre d’unités s’élève à 491.526 unités pour les programmes lancés et 406.049 unités pour les programmes achevés (68%), outre 85.477 unités (14%) en cours de réalisation. Les programmes non lancés au titre de cette formule se sont établis à 105.000 unités (18%) devant être […]

Poursuivre la lecture

Sous-traitance automobile: des professionnels nationaux et étrangers optimistes pour l’avenir

février 26, 2018

ALGER – Plusieurs professionnels du secteur de l’après-vente automobile ont exprimé, lundi à Alger, leur optimisme quant à la possibilité de développer un « fort réseau » de sous-traitance automobile en Algérie, permettant d’accompagner les efforts de l’Etat pour l’instauration d’une industrie mécanique locale homogène et complémentaire. Intervenant lors d`une conférence-débat sur le développement du secteur automobile en Algérie et son tissu industriel local, organisée en marge de l’ouverture de la 12ème édition du Salon Equip auto Algeria 2018, ces professionnels ont appelé cependant « au maintien des importations de la pièce de rechange, tout en s’engageant dans une politique de développement d’une industrie locale en la matière ». « Nous sommes très optimistes quant aux capacités de notre pays de développer un fort réseau de sous-traitance automobile, mais il nous faudra une période transitoire, car ce genre de projets nécessitent de l’argent, de la technologie et de la formation », a estimé Faycal Daoudi, directeur général d’une société spécialisée dans la commercialisation de la pièce de rechange et équipements mécaniques. « La restriction sur les importations pénalisera un parc de 6 à 7 millions de voitures », a-t-il indiqué, ajoutant que « la maintenance de ce parc par des produits importés doit se faire en parallèle avec le lancement d’une industrie locale qui substituera progressivement aux produits importés ». Un avis partagé par plusieurs professionnels présents à cette conférence qui ont estimé que « l’urgence » est de faire face à l’importation des produits contrefaits. D’ailleurs, lors de ce salon, et suite à une plainte du constructeur Renault Algérie, les services de la douane algérienne, sont intervenus auprès de plusieurs exposants, notamment chinois, afin d’ôter des affiches portant la marque française sur leurs stands, mais également la saisie de produits non certifiés par Renault, a constaté l’APS sur place. Renault Algérie a procédé à la vérification de l’authenticité et l’originalité de pièces de rechanges commercialisées sous son emblème auprès de plusieurs exposants étrangers et même algériens, a précisé à l’APS la responsable de la communication du Salon Equip auto Algeria 2018, Halima Bourouis, précisant que le constructeur à fait valoir son droit de ne permettre qu’a ses produits homologués d’être exposés et commercialisés. Par ailleurs, d’autres importateurs algériens ont révélé que plusieurs projets sont en cours de réalisation au niveau local en partenariat avec des fournisseurs étrangers, à l’image d’une usine de batterie de véhicules dans la wilaya de Bouira. « Nous construisons actuellement une usine de batterie à Bouira en partenariat avec notre fournisseur coréen. Son taux de réalisation a atteint les 20% et elle devrait être opérationnelle avant la fin de l’année en cours », a indiqué Karim Nemri, responsable commercial d’une société algérienne spécialisée dans l’importation et la commercialisation des batteries. Des fournisseurs étrangers, rencontrés au Salon, ont également émis le souhait de développer des partenariats mixtes avec des opérateurs algériens pour la construction d’usine de fabrication d’équipements et pièces de rechanges pour véhicules. « Le marché algérien est très attrayant et si nous sommes ici, c’est pour pouvoir décrocher plus de parts dans ce marché dans lequel nous évoluons depuis des années. Notre objectif n’est pas seulement de commercialiser nos produits, mais, on est également à la recherche de partenaires […]

Poursuivre la lecture

Economie numérique: l’autorisation générale prévue dans le projet de loi sur la Poste et les TIC met fin aux tracasseries administratives

février 26, 2018

ALGER – La ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda Imane Feraoun a indiqué, lundi à Alger, que l’autorisation générale introduite dans le projet de loi définissant les règles générales relatives à la Poste et aux télécommunications, adopté récemment par l’Assemblée populaire nationale (APN), vient mettre fin aux tracasseries administratives en matière d’économie numérique. Invitée de la Radio nationale, Mme Feraoun a précisé que cette autorisation générale ou unifiée permettra à l’investisseur d’entamer son activité loin de toute tracasserie administrative à condition qu’il satisfasse aux conditions prévues dans le cahier des charges élaboré par l’Autorité de régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT). Pour investir dans l’économie numérique, il importe d’avoir une infrastructure de télécommunications solide qui permette de développer les transactions électroniques et de commercialiser les produits numériques, a souligné la ministre. Mme Feraoun a, dans ce contexte, rappelé les efforts déployés par son département pour atteindre la phase de fabrication des équipements de télécommunications, notamment les terminaux de paiement électronique pour éviter de les acquérir auprès de sociétés étrangères, a-t-elle dit. Elle a en outre mis en avant les projets devant être concrétisés avant fin 2018, dont la réalisation de câbles sous-marins pour améliorer le débit internet où, selon elle, les prestations ont beaucoup gagné en qualité. La première responsable du secteur a, par ailleurs, fait état de la possible exploitation du satellite algérien Alcomsat-1 au plus tard lors de la prochaine rentrée sociale. Nous devons nous assurés du succès des tests techniques qui devraient s’achever cet été pour avancer la date de mise en exploitation du satellite, a-t-elle dit. Le satellite algérien Alcomsat-1 a été lancé avec succès le 11 décembre 2017. Il dispose de 33 transpondeurs dédiés notamment à la diffusion de chaines de télévision et de radios numériques et à l’enseignement à distance. En parallèle à l’exploitation de ce satellite, il sera procédé « à la mise en place d’un réseau de communication au niveau des sièges stratégiques à l’instar des services de Sûreté nationale, des banques et bureaux de poste pour renforcer le réseau de fibres optiques de manière à « sécuriser » les communications et garantir un service public, a indiqué la ministre. Les établissements relevant du ministère de l’Education et les centres sanitaires pourraient être connectés au réseau pour concrétiser l’éducation et la santé numériques à moindres coûts par rapport à la connexion de ces structures au réseau de fibres optiques, a-t-elle ajouté.   Cinq millions de cartes « Edahabia » élaborées d’ici juin prochain   Concernant l’amélioration des prestations de la poste, la ministre a annoncé la possibilité de création de cinq millions de cartes « Edahabia » d’ici juin prochain, soulignant que les services de la poste avaient élaboré 3,5 millions de cartes Edahabia fin 2017. Mme Feraoun a fait part des démarches des services de la poste visant la fabrication de la carte « Edahabia » au lieu de son acquisition outre les efforts déployés pour mettre en place des distributeurs automatiques modernes répartis sur l’ensemble du territoire national à l’effet d’améliorer les prestations de la poste. La première responsable du secteur a rappelé les mesures relatives à la titularisation des travailleurs […]

Poursuivre la lecture

Salon de la finance islamique: pour un cadre organisationnel contribuant au développement de l’économie nationale

février 26, 2018

BOUMERDES – Des participants au Salon national de la finance islamique organisé, lundi à Boumerdes , ont plaidé pour la nécessité d’élaborer un cadre législatif organisant le financement islamique au niveau des institutions financières islamiques en Algérie, afin de leur permettre de contribuer au développement de l’économie nationale. « Un cadre légal pour organiser l’activité bancaire dans le domaine est impératif pour le succès de cette formule de financement basée sur les principes islamiques », ont soutenu de nombreux experts ayant pris part à ce 1 er salon du genre abrité par la « Maison de l’environnement » à Boumerdes. Mohamed Hicham El Kacem, directeur du contrôle légal auprès de l’établissement privé « Al Salam Bank « , en Algérie, a estimé, à ce propos, qu’une législation adaptée est garante de la spécificité des transactions islamiques, parallèlement à une bonne formation de la ressource humaine employée au niveau des banques islamiques. Un avis partagé par le directeur général de « Salama assurances Algérie « , Mohamed Ben Arbia, qui a plaidé pour un cadre légal « complémentaire » pour encadrer les spécificités liées à la finance islamique, « lesquelles (spécificités) ne sont pas prises en compte dans la législation actuelle », a-t-il estimé. « Outre les organismes pour le contrôle des produits, les Fetwas (à travers la création d’un Conseil national des Oulemas et de contrôle) sont, également, nécessaires dans l’encadrement du marché bancaire islamique », a-t-il ajouté. Actuellement les financements « dits islamiques », sont « minimes » en Algérie, du fait de leur introduction récente dans le pays, a observé M. El Kacem, exprimant son souhait de voir un développement de ce mode de financement, « à moyen terme », grâce à une adhésion des banques publiques algériennes. Parmi les spécificités propres au financement islamique, comparativement aux banques « classiques », des intervenants ont souligné le fait que la formule islamique est essentiellement fondée sur la « participation aux pertes et aux profits  » entre l’établissement bancaire et son client. Des participants ont cité, à l’occasion, les principales formules de financement islamique fondées sur ce principe, à l’instar de « El Beyoue », « Al Istisnaà », « Al Ijara »,  » Assanad » , « Al Mourabaha », « Al Moucharaka Fil Moudharaba ». « Ce salon de deux jours vise à faire connaitre et promouvoir les produits bancaires islamiques, en tant que nouvel outil de soutien à l’économie nationale », a indiqué Khadraoui Ahmed, directeur de la Chambre de commerce et d’industrie « Sahel » de Boumerdes, organisatrice de la manifestation en collaboration avec la société Unicom -formation. Outre une exposition mettant en exergue différents produits assurés par les institutions bancaires et d’assurance dans le domaine, une série de communications thématiques sont inscrites au programme de ce salon, auquel prennent part nombre de responsables d’institutions financières publiques et privés, aux cotés d’experts du domaine, et d’operateurs économiques.

Poursuivre la lecture

Une exploitation « intelligente » des richesses souterraines pour diversifier l’économie nationale

février 26, 2018

OUARGLA – Les participants à une journée d’étude organisée lundi à l’université Kasdi Merbah d’Ouargla (UKMO) ont mis en avant la nécessité d’une exploitation « intelligente » des ressources souterraines du pays pour diversifier les revenus de l’économie nationale. Le chercheur Rabah Kechiche de la faculté des hydrocarbures, des énergies renouvelables et des sciences de la terre et de l’univers de l’UKMO a mis l’accent sur l’exploitation de manière intelligente des potentialités et richesses souterraines que recèle le pays afin de diversifier les ressources de l’économie nationale, estimant que le monde est aujourd’hui à l’ère de l’économie de l’information et du savoir. S’exprimant devant un auditoire d’enseignants et d’étudiants, il a appelé à ne pas se suffire de l’exploitation des énergies fossiles, la richesse de pétrole étant non-renouvelable, mais d’aller vers l’exploitation des énergies renouvelables et des ressources minières qui constituent des ressources supplémentaires pour l’Algérie qui regorge de richesses minières. Seifeddine Guenouaoui, doctorant en première année de la faculté, a appelé à renforcer les projets innovants et de la recherche scientifique en hydrocarbures en vue de consolider les capacités cognitives et scientifiques des futurs cadres et de se mette au diapason des importantes mutations scientifiques que connaissent les techniques d’exploitation. L’intervenant a, par la même occasion, présenté un exposé sur un projet scientifique qu’il développe et ayant trait à une technique aidant à remédier à certaines contraintes naturelles entravant les travaux de forage de puits, et les modalités d’utilisation de ce projet à l’intérieur en laboratoires de recherche. Il a, dans ce cadre, indiqué que l’Algérie dispose de grandes capacités scientifiques et d’innovation dans le développement des techniques d’exploitation des hydrocarbures, susceptibles d’ouvrir de nouvelles perspectives et d’atteindre des résultats positifs servant l’économie nationale. Initiée par le club scientifique de la faculté des hydrocarbures, des énergies renouvelables et des sciences de la terre et de l’univers de l’UKMO, cette rencontre entre dans le cadre du programme commémoratif du 47ème anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures. Ce programme prévoit également une série d’activités commémoratives scientifiques, culturelles et touristiques avec la participation de 26 clubs scientifiques issus de différentes institutions du pays, et deux clubs scientifiques étrangers (Tunisie et Pays-Bas), a indiqué le responsable du club, Mohamed Doudou. Cette rencontre vise la vulgarisation de cet évènement national, l’échange d’expériences entres les clubs scientifiques, l’exposition de projets d’étudiants afférents aux créneaux des hydrocarbures et des énergies renouvelables, ainsi que l’organisation de conférences, d’ateliers et de concours scientifiques.

Poursuivre la lecture

LPP-Communauté nationale à l’étranger: plus de 16.000 demandes

février 26, 2018

ALGER – Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, a affirmé lundi à Alger que 16.074 demandes formulées par des membres de la communauté nationale établie à l’étranger avaient été enregistrées jusqu’à jeudi dernier, pour bénéficier des logements promotionnels publics (LPP), réservés à la communauté, et ce depuis l’ouverture des inscriptions le 1er février en cours. Lors d’une réunion avec la Commission de l’habitat et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée populaire nationale (APN), le ministre a précisé que suite aux instructions du président de la République pour la prise en charge des demandes de cette catégorie (communauté nationale à l’étranger), il lui a été consacrée un programme de logement finalisé, comportant 2247 unités réparties sur 24 wilayas. Les souscripteurs à ce programme sont établis dans 93 différents pays. Lire aussi: LPP-Communauté nationale à l’étranger: plus de 6.000 souscriptions et 20.000 tentatives de piratage Actuellement, les procédures règlementaires liées à cette formule sont en cours de finalisation, en coordination avec le ministère des Affaires étrangères, suite à l’amendement du décret exécutif n 14-203 du 15 juin 2014, fixant les conditions et les modalités d’acquisition du logement promotionnel public (LPP), en vue d’inclure cette catégorie. Après l’examen de 16.074 demandes, 9.779 souscripteurs ont choisi leurs sites, tandis que 6.295 autres ne l’ont pas encore fait, outre 3.946 dossiers soumis au ministère des Affaires étrangères pour enquête, au niveau des consulats et 15.000 autres souscripteurs faisant l’objet d’une enquête au niveau du fichier national du logement. Le ministre a annoncé l’organisation de salons à l’étranger, sous forme de portes ouvertes, en vue d’informer la communauté algérienne du déroulement de l’opération. Il sera procédé également, selon le ministre, à la consécration d’un espace sur le site de l’agence, réservé aux inscriptions de la communauté, selon les moyens disponibles à travers les wilayas.

Poursuivre la lecture

La 2e édition « Evènement Networking » pour le recrutement en mars à Alger

février 26, 2018

ALGER – La deuxième édition de la rencontre « Evenement networking RH » du cabinet de conseil en recrutement, International talents network (ITN), spécialisé dans le repérage de compétences et talents algériens en Algérie et à l’étranger, sera organisée le 3 mars prochain à Alger. Cette manifestation intitulée « kafaa to come » prévoit d’offrir quelque 300 postes d’emploi au profit de la diaspora algérienne, proposés par une quarantaine d’entreprises algériennes qui activent dans plusieurs secteurs, notamment, les domaines de la télécommunication, l’industrie pharmaceutique, l’agro-alimentaire et les nouvelles technologies, a indiqué lundi à Alger la directrice de l’ITN, Amina Kara Mecheti, dans une conférence de presse. Selon les organisateurs, cet évènement vise à « réunir les compétences algériennes dans le monde ayant des profils internationaux du middle et top management, pour les impliquer dans le processus de développement du pays, à travers l’établissement d’un dialogue direct, des entretiens de recrutement et des contacts d’information ». Il est aussi dédié aux compétences algériennes du monde pour partager leurs expériences dans le domaine de l’entreprenariat. Un espace sera réservé aux conférences thématiques et tables rondes d`information animées par des spécialistes et experts dans le domaine économique, autour de plusieurs thèmes liés au développement de l’entreprise, aux opportunités d’investissement et des dispositifs d’accompagnement en la matière », a-t-ajouté.

Poursuivre la lecture

Protocole d’entente Sonatrach-BP-Statoil pour la coopération dans l’amont pétrolier

février 26, 2018

ALGER – La compagnie pétrolière Sonatrach a signé lundi à Alger un protocole d’entente avec BP Exploration El Djazair Limited et Statoil North Africa Gas AS, afin d’examiner les opportunités de coopération dans le domaine de l’amont pétrolier, a-t-elle indiqué dans un communiqué. La signature de ce document permettra également à Sonatrach, BP (Grande-Bretagne) et Statoil (Norvège) « de consolider leur partenariat antérieur à travers la recherche de nouvelles opportunités de coopération », a souligne Sonatrach.     Lire aussi: Raffinage du pétrole à l’étranger: Sonatrach procèdera cette année à la 1ère opération Pour la société nationale, la conclusion de ce protocole d’accord confirme sa volonté de « conforter sa politique de partenariat » et intervient dans le prolongement des discussions initiées avec ses partenaires pour le développement de la coopération et le renforcement d’un partenariat gagnant-gagnant.

Poursuivre la lecture