CARE est un espace de rencontres de type « think-tank »

Le 12ème Salon professionnel international de l’industrie du 7 au 10 octobre à Alger

octobre 3, 2018

ALGER- La 12ème édition du Salon professionnel international de l’Industrie se tiendra du 7 au 10 octobre en cours au Palais des expositions des Pins maritimes (Alger), ont indiqué ses organisateurs dans un communiqué.  Organisée par la société Batimatec Expo en partenariat avec la chambre de commerce et d’industrie de la région Provence Alpes côte d’Azur et le Club d’affaires pour le développement des entreprises françaises en Algérie, cette manifestation économique regroupera plus de 120 entreprises nationales et étrangères (dont 35 venues de France, d’Italie et de Chine), intervenant sur l’ensemble de la chaine des productions et des prestations industrielles. Elle rassemblera, entre autres, des groupes industriels et des entreprises publiques tels les groupes, respectivement, des industries du ciment (GICA), des mines (MANAL), des diverses industries (DIVINDUS), des textiles et cuirs (GETEX) et le groupe Sonelgaz. Cet événement verra également la participation de fournisseurs d’équipements et de solutions, des distributeurs, des sous-traitants, des concessionnaires, des importateurs représentant de sociétés et marques internationales et autres agents et acteurs concernés par les domaines de l’industrie, des porteurs de projets, des institutions d’accompagnement, des organismes financiers et normatifs et des experts et artisans. Cette exposition de quatre jours, qui se veut également un espace privilégié de rencontres pour les industriels algériens, décline un large éventail de services et produits pour l’industrie notamment dans les secteurs des équipements et accessoires, de la sous-traitance, de la maintenance, des services, des machines-outils, de la sécurité, de l’automatisme, des matériaux de contrôle, de l’électronique industrielle, de la robotique, du conditionnement et du stockage. En marge de l’exposition, une journée d’étude est programmée mardi sous le thème « réussir une intégration économique locale à travers le partenariat industriel ».    

Poursuivre la lecture

Tenue mercredi à Lisbonne de la 5ème réunion de haut niveau algéro-portugaise

octobre 3, 2018

LISBONNE – La 5ème réunion de haut niveau algéro-portugaise se tiendra ce mercredi à Lisbonne (Portugal) sous la coprésidence du Premier ministre, Ahmed Ouyahia et son homologue portugais, Antonio Costa. Cette nouvelle rencontre offrira l’occasion aux deux parties de faire le point sur l’état de leur coopération bilatérale depuis la tenue de la 4ème réunion en mars 2015 à Alger et permettra d’explorer les voies et moyens à même de la consolider davantage. Cette réunion de haut niveau sera couronnée par la signature de plusieurs accords de coopération qui concerneront différents secteurs, entre autres, des transports, de la santé, de la formation professionnelle et de la Culture, a-t-on appris de source diplomatique. Lire aussi: 5ème réunion de haut niveau algéro-portugaise : nouvelle étape dans le renforcement de la coopération bilatérale Lors de sa visite,  M. Ouyahia sera accompagné des ministres des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui et des Travaux publics et des Transports, Abdelghani  Zaalane.   Selon le programme de la visite, M. Ouyahia aura au niveau du Palais Foz des entretiens en tête à tête avec le Premier ministre portugais, Antonio Costa, alors que les autres ministres, accompagnant M. Ouyahia, auront des entretiens avec leurs homologues portugais. Les entretiens entre les deux Premiers ministres seront par la suite élargis aux membres des deux délégations, pour procéder, à la fin des entretiens,  à la signature des accords de coopération. A l’issue de la 5ème réunion de haut niveau algéro-portugaise, M. Ouyahia sera reçu par le président portugais, Marcelo Rebelo de Sousa et le président de l’Assemblée de la République portugaise, Eduardo Ferro Rodrigues.   La 4ème réunion de haut niveau algéro-portugaise s’était tenue à Alger en mars 2015 et avait été sanctionnée par la signature de neuf accords de coopération dans différents secteurs, notamment l’énergie, le commerce, les transports et la culture.      

Poursuivre la lecture

Douanes : M. Bahamid prend part à Bruxelles à la conférence mondiale sur la sécurité frontalière

octobre 3, 2018

ALGER – Le Directeur général des Douanes algériennes, Farouk Bahamid, prend part à la conférence sur la sécurité mondiale, organisée par l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD) du 2 au 4 octobre 2018 à Bruxelles (Belgique), a indiqué mardi la Direction générale des douanes (DGD). Lors de cet événement, l’accent a été mis sur le rôle et la contribution des douanes dans la sécurité frontalière et la lutte contre le terrorisme, a rapporté l’OMD dans un communiqué. En décembre 2015, constatant la recrudescence des faits de terrorisme, la Commission de politique générale de l’OMD publiait la Résolution de Punta Cana, dans laquelle elle met en exergue le rôle et la contribution de la douane dans la sécurité frontalière et la lutte contre le terrorisme.  Plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et engagements politiques de premier plan (tels que les déclarations du G7 et du G20) mettent également en lumière le rôle primordial que jouent les services douaniers dans la sécurité frontalière. Lire aussi: Farouk Bahamid installé à la tête de la Direction générale des Douanes Ainsi, à l’occasion d’un premier séminaire stratégique organisé en juin 2016 au titre du Programme de l’OMD sur la sécurité, les membres ont pu identifier les bonnes pratiques et étudier des solutions innovantes ou différentes à apporter aux problèmes de sécurité frontalière », ajoute le communiqué. A cet effet, l’objectif de cette conférence est « d’étudier les changements advenus pendant cette période, à travers des exposés sur l’évolution des menaces à l’encontre de la sécurité mondiale », précise-t-on. Elle permettra également « d’aborder la question du développement des responsabilités incombant à la douane en matière de sécurité ». A rappeler que le nouveau code des douanes algérien, publié en 2017, confère dans son article 3, entre autre, à l’Administration des douanes la mission de lutter, en collaboration avec les services concernés, contre la contrebande, le blanchiment d’argent et le crime transfrontalier ainsi que l’importation et l’exportation illicites de marchandises portant atteinte à la sécurité et à l’ordre public.    

Poursuivre la lecture

L’Algérie et les États-Unis tiennent une nouvelle session de discussions sur l’accord TIFA

octobre 2, 2018

WASHINGTON – L’Algérie et les États-Unis tiennent mardi à Washington la sixième session des discussions relatives à l’accord-cadre sur le commerce et l’investissement (Tifa). Au menu de cette réunion d’un jour figure l’examen de plusieurs dossiers en relation avec le commerce, l’accès aux marchés et la protection des droits de la propriété intellectuelle ainsi que le climat des affaires. La réunion portera également sur une feuille de route en matière de commerce et d’investissement qui va concerner cinq secteurs-clé à savoir l’Industrie, l’énergie, l’Agriculture, le commerce et le tourisme. Les discussions seront menées du côté algérien par une délégation multisectorielle conduite par le secrétaire général du ministère du Commerce, Cherif Omari, et du côté américain par des responsables du Bureau du Représentant américain au commerce extérieur (USTR), qui est la branche exécutive du gouvernement fédéral américain en charge de la politique commerciale aux niveaux bilatéral et multilatéral. Lire aussi :  Les Etats–Unis d’Amérique entretiennent de très fortes relations avec l’Algérie Signé en 2001 par les deux pays, l’accord Tifa vise à instaurer un dialogue économique annuel et à renforcer les relations d’affaires et le commerce entre les entreprises des deux pays. En 2016, l’Algérie est devenue à nouveau éligible au Système généralisé de préférence américain (SGP), un dispositif facilitant aux pays bénéficiaires l’accès de leurs produits au marché américain en franchise de droits de douane. Ce régime préférentiel, dont a bénéficié l’Algérie la première fois en 2004, concerne les produits manufacturés, les produits semi-finis et certains produits agricoles, de la pêche et de l’artisanat. Cependant, très peu de produits algériens ont été placés sur le marché américain sous ce système tarifaire avantageux.

Poursuivre la lecture

5ème réunion de haut niveau algéro-portugaise : nouvelle étape dans le renforcement de la coopération bilatérale

octobre 2, 2018

LISBONNE – Les travaux de la 5ème réunion de haut niveau algéro-portugaise se tiendront mercredi à Lisbonne (Portugal) sous la coprésidence du Premier ministre, Ahmed Ouyahia et son homologue portugais, Antonio Costa avec au menu le renforcement et la consolidation de la coopération bilatérale, particulièrement au plan économique. Ainsi, cette nouvelle rencontre offrira l’occasion aux deux parties de faire le point sur l’état de leur coopération bilatérale depuis la tenue de la 4ème réunion en mars 2015 à Alger et permettra d’explorer les voies et moyens à même de la consolider davantage, en tenant compte des potentialités dont disposent l’Algérie et le Portugal et le dynamisme qui caractérise leur coopération ces dernières années. Par ailleurs, M. Ouyahia, qui sera accompagné d’une délégation ministérielle, composée des ministres des Affaires étrangères, de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, des Travaux publics et des Transports, respectivement, MM. Abdelkader Messahel, Noureddine Bedoui et Abdelghani Zaalane, procédera avec son homologue portugais à un échange de vues sur différentes questions régionales et internationales d’intérêt commun, notamment la paix et la sécurité dans la région méditerranéenne et la lutte contre le terrorisme.   Cette 5ème réunion de haut niveau sera couronnée par la signature de plusieurs accords de coopération dans de nombreux domaines et secteurs d’activité à même de permettre à l’Algérie et le Portugal de franchir une nouvelle étape dans la consolidation et le renforcement de leur coopération bilatérale et l’ériger en véritable partenariat gagnant-gagnant. Pour rappel, la 4ème réunion de haut niveau algéro-portugaise s’était tenue à Alger en mars 2015 et avait été couronnée par la signature de 9 accords de coopération dans différents secteurs, entre autres, de l’énergie, du commerce, des transports et de la culture. Lire aussi : L’Algérie et le Portugal, qui ont toujours entretenu d’excellentes relations politiques, ont depuis la signature en 2005 du Traité d’amitié, de bon-voisinage et de coopération, et qui avait institué la réunion de Haut niveau, ont vu leur coopération économique s’intensifier au fil des années avec une amélioration notable de leurs échanges commerciaux et une plus forte présence des entreprises portugaises en Algérie. Selon les statistiques des Douanes algériennes, l’Algérie a exporté vers le Portugal pour les seuls huit premiers mois de 2018 pour un montant de 717 millions de dollars, soit une hausse de plus de 15% par rapport à la même période de 2017.

Poursuivre la lecture

Salon national de l’agriculture et de l’innovation, plusieurs projets innovants exposés

octobre 2, 2018

TIZI-OUZOU- Plusieurs projets innovants ont été exposés au premier Salon national de l’agriculture et de l’innovation, qui s’est ouvert lundi à la salle omnisport Saïd Tazrout à la nouvelle-ville de Tizi-Ouzou. Ces innovations dans le domaine de l’agriculture touchent plusieurs activités agricoles entre engins, matériels et produits, destinés à améliorer le rendement des exploitations. Il s’agit notamment d’un nouveau procédé de traitement des eaux usées destinées à l’irrigation, de production d’engrais bio à partir de grignon d’olive, dont la première expérience à l’échelle nationale a été réalisée au village Azmour Oumeriem de Tirmitine, d’une couveuse qui permet de  réduire la durée d’éclosion des œufs par concentration du CO2. Le wali, Abdelhakim Chater, qui a inauguré ce Salon organisé par la Chambre d’Agriculture de wilaya (CAW), a insisté sur l’importance de développer le secteur de l’agriculture afin de réaliser l’autosuffisance alimentaire et se libérer de la dépendance de l’exportation, toutefois « le développement de ce secteur exige le recours à l’innovation et à la modernisation. Et, les nouvelles techniques de production introduites localement ont permis à la wilaya de Tizi-Ouzou d’occuper les premières place à l’échelle nationale en terme de production dans plusieurs filières ». Il citera entre autre, la production de lait (Tizi-Ouzou est classée 2eme après Sétif), de l’huile d’olive (deuxième au classement après Bejaia), et des £ufs. Et d’ajouter : « Même si la wilaya de Tizi-Ouzou n’a pas une vocation céréalière, elle a produit cette année 200% de ces besoins en céréales ». Pour sa part le directeur local de Services agricoles (DSA), Laib Makhlouf, a observé que ce Salon est une occasion pour faire connaître la production agricole locale et l’évolution du secteur grâce aux différentes subventions et aides de l’Etat. « Ce Salon a été une halte qui nous a permis de voir que notre wilaya possède beaucoup de richesses et une production importante et très variées, qui lui permettent d’être une force économique au niveau de la région ». Selon le responsable, « le secteur agricole au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou est en phase de restructuration pour mettre en place une meilleure organisation des filières qui permettra à la wilaya d’aller vers l’exportation ». Le président de la CAW de Tizi-Ouzou, Saidani Hamid, a indiqué, pour sa part, que la mise en avant de l’innovation dans le secteur agricole a pour but de relever le niveau de l’agriculture en incitant l’agriculteur à adopter des procédés de production innovants. L’évènement offre aux producteurs agricoles une opportunité pour s’informer localement et sans se déplacer vers d’autres wilayas, des dernières innovations », a-t-il encore relevé. Ce premier salon du genre organisé dans la wilaya de Tizi-Ouzou se poursuivra jusqu’à mercredi prochain. Il est animé par 183 exposants issus de 16 wilayas dont 80 agriculteurs, 60 opérateurs économiques et 11 producteurs innovant-inventeurs dans le domaine agricole, 15 exposants animaliers et produits du terroir, ainsi que 10 dispositifs d’accompagnement et 7 instituts de formation. Selon le programme de ce salon, des communications sur le concept de l’école champs comme nouveau concept de vulgarisation, appuis de la recherche scientifiques au développement de la cuniculture en Algérie, méthodes alternatives contre les ravageurs, et profil de livraison et qualité […]

Poursuivre la lecture

Guitouni salue la qualité du dialogue entre les pays arabes exportateurs de pétrole

octobre 1, 2018

ALGER – Le ministre de l’Énergie, Mustapha Guitouni, a salué lundi à Marrakech la qualité du dialogue et des échanges entre les pays arabes exportateurs de pétrole. Intervenant à l’ouverture des travaux du 11ème Congrès arabe de l’énergie, organisé par l’Organisation des pays arabes exportateurs de pétrole (OPAEP) à Marrakech (Maroc), le ministre « s’est félicité de la qualité du dialogue et des échanges entre les pays arabes exportateurs de pétrole grâce notamment à l’organisation périodique de ce congrès« , a indiqué un communiqué du ministère. Portant sur le thème Énergie et coopération arabe, ce congrès se tient du 1 au 4 octobre. Selon le ministre, ce congrès est devenu effectivement « un événement important au niveau régional et international, un espace exceptionnel pour le dialogue, les concertations, les échanges d’idées et d’expériences et une occasion pour examiner les nouvelles opportunités de coopération entre les pays arabes« . M. Guitouni a donné par ailleurs un aperçu global sur les réalisations du secteur algérien de l’énergie ainsi que les opportunités d’investissements en Algérie, en relevant les efforts d’exploration qui ont permis de réaliser une moyenne de 25 découvertes en hydrocarbures par an durant les dix dernières années. Il a également mis en avant le fait que l’Algérie produit environ 150 millions de tonnes équivalent pétrole par an, et qu’elle dispose de 4 complexes GNL d’une capacité de 56 millions m3 par an. Il a, en outre, noté que l’Algérie dispose de 6 raffineries d’une capacité de plus de 30 millions de tonnes par an. Cette capacité sera renforcée pour atteindre sur le moyen terme 50 millions de tonnes par an, a ajouté le ministre. Il a aussi affirmé que la capacité de production d’électricité en Algérie a atteint 18.000 MW, alors que 8 nouvelles centrales de production sont en cours de réalisation pour renforcer le système électrique et augmenter la production pour atteindre 25.000 MW en 2025. Lire aussi : Guitouni: l’OPEP, souveraine dans ses décisions À ce propos, il a rappelé qu’en Algérie, le taux d’électrification est de 99% alors que le taux de raccordement au gaz naturel a dépassé les 60% au niveau national. D’autre part, le ministre a ajouté aussi que sous l’impulsion du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, un important programme d’énergies renouvelables est en cours de réalisation qui permettra, à terme, de produire 22.000 MW d’origine renouvelable à l’horizon 2030. A ce propos, M. Guitouni a mis en avant les efforts déjà entrepris par l’Algérie, qui ont permis de réaliser 400 MW en énergie solaire dans une première phase. Dans la phase suivante, la Commission de Régulation de l’électricité et du gaz (Creg) lancera, avant la fin de l’année en cours, des enchères pour la réalisation de 200 MW en direction des investisseurs nationaux seuls ou en partenariat avec des étrangers dont 50 MW seront réalisés par Shariket Kahraba wa Taket Moutadjadida (SKTM). Cette nouvelle phase, a soutenu le ministre, encouragera notamment le génie local et impulsera le volet industriel avec lequel la stratégie algérienne des renouvelables est conjuguée. Dans ce sens, il a appelé les pays arabes à venir investir dans différents domaines en Algérie, plus particulièrement dans les […]

Poursuivre la lecture

Inflation moyenne annuelle à 4,8% en août 2018 (ONS)

septembre 30, 2018

ALGER- L’évolution des prix à la consommation en rythme annuel a été de 4,8% jusqu’à août 2018, a appris dimanche l`APS auprès de l`Office national des statistiques (ONS). L’évolution des prix à la consommation en rythme annuel en août 2018 est le taux d’inflation moyen annuel calculé en tenant compte de 12 mois allant de septembre 2017 à août 2018 par rapport à la période allant de septembre 2016 à août 2017. Quant à la variation mensuelle des prix à la consommation, c’est-à-dire l’évolution de l’indice du mois d’août 2018 par rapport à celui du mois de juillet 2018, elle a augmenté de 0,5%.  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont inscrit une hausse de 0,6% en août par rapport à juillet 2018.  Lire aussi: L’inflation moyenne annuelle à 4,8% jusqu’à juillet 2018 Cette variation a été induite essentiellement par la hausse des prix des produits agricoles frais qui ont grimpé de 1,2%. En effet, il a été relevé une augmentation des prix des fruits (+19%), des £ufs (+17,9%) et des viandes rouges (+1,5%).  Toutefois, des baisses ont caractérisé, particulièrement,  la viande de poulet (-5,9%) et les légumes (-3,5%). Pour les prix des produits alimentaires industriels (agroalimentaires), ils ont affiché une « relative stagnation », selon l’ONS. Lire aussi: Financement non conventionnel : la baisse de l’inflation contredit les critiques Par ailleurs, les prix des produits manufacturés ont connu une hausse de 0,4% alors que ceux des services ont grimpé de 0,2%. Par groupe de biens et services, des hausses des prix ont été relevés pour les meubles et articles d’ameublement (+1,3%), pour ceux de l’éducation, culture, loisirs (+2,6%) et de santé-hygiène corporelle (+0,6%), ajoute la même source. Le reste des autres groupes de produits s’est caractérisé soit par des variations modérées, soit par des stagnations. Pour rappel, la loi de finances 2018 a prévu une inflation de 5,5%.

Poursuivre la lecture

Ressources en eau: un total de 85 grands barrages d’ici à 2020

septembre 28, 2018

ALGER – L’Algérie a réalisé 36 grands barrages depuis l’an 2000 faisant augmenter le nombre des barrages réalisés à réceptionner d’ici 2020 à 85 barrages, a indiqué jeudi le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib. Lors d’une séance consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN) présidée par Saïd Bouhadja à laquelle a assisté le ministre des Relations avec le parlement, Mahdjoub Bedda, M. Necib a indiqué que le secteur recensait 80 barrages en cours d’exploitation et 5 grands barrages en cours de réalisation qui seront progressivement réceptionnés jusqu’en 2020. Répondant à une question du député Youcef Brahmia concernant le projet de réalisation du barrage Koudiet Hricha (Guelma), M. Necib a précisé que les études réalisées avaient démontré que la composante géologique de la terre constituée  essentiellement de gypse ne permettait pas la réalisation de ce projet, vu sa vulnérabilité. L’estimation financière préliminaire de ce projet était de près de 50 milliards DA avec une capacité de stockage prévisible de 50 millions de m3. Toutefois, le projet n’a pas été réalisé en raison des données géologiques inappropriés, d’où la décision du secteur d’enregistrer un autre projet alternatif consistant à réaliser un petit barrage aux abords de Oued Charef avec une capacité de stockage atteignant 100 millions de M3/an. La fonction de ce barrage est de transférer les eaux vers le barrage Debagh qui a enregistré un déficit du niveau des eaux, eu égard à la rareté des pluies. Ce projet, qui coûtera au secteur une enveloppe financière de 3 milliards de DA, permettra de transférer les eaux vers le barrage de Debagh dans la région, d’approvisionner les citoyens de la wilaya de Guelma en eau potable et d’assurer 6 millions de M3  pour l’irrigation des terres agricoles. Un appel d’offres sera annoncé pour la réalisation du projet durant les prochains jours, a fait savoir le ministre. Lire aussi: Ressources en eaux: l’Algérie a rattrapé son déficit en matière d’accès aux services d’eau potable et d’assainissement Répondant à une question relative aux puits artésiens de la wilaya d’Illizi, le ministre a fait savoir que cette dernière ne comptait pas ce type de puits, mais dispose plutôt des puits nécessitant le recours à l’opération de pompage d’eaux au regard des caractéristiques géologiques de la région. La wilaya d’Illizi compte environ 55.000 habitants, et fournit 4 millions de mètres cubes d’eaux par mois, partant des puits profonds y existants (au nombre de 659 puits d’une capacité d’un million (1) et 300.000 mètres cubes d’eau potable par mois). De son côté, la région « Thihaout » est alimentée en eau potable par un puits traditionnel qui suffit à répondre aux besoins de la population (200 habitants), en sus de deux autres puits. Pour sa part, la région « Ifra » s’est dotée d’un puits avec une pompe dont le débit s’élève à 260 mètres cubes/jour, permettant de réguler et d’assurer l’alimentation en eau potable. En ce qui concerne l’irrigation agricole, le ministre a affirmé que le secteur avait adressé des instructions aux autorités de la wilaya d’Illizi et à la direction des Ressources en eau de la wilaya pour parachever les projets enregistrés en vue d’approvisionner en […]

Poursuivre la lecture

Guitouni: vers l’exploitation du gaz de schiste dans un cadre « réglementé »

septembre 28, 2018

ALGER – Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni a mis en avant, jeudi à Alger, la nécessité de trouver d’autres sources de production du gaz et répondre à la demande interne, relevant la nécessaire orientation vers l’exploitation du gaz de schiste dans un cadre « réglementé » prenant en compte toutes les dimensions sanitaires et environnementales. S’exprimant lors d’une conférence de presse, en marge d’une plénière consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN) présidée par Said Bouhadja, M. Guitouni a indiqué en réponse à une question portant sur l’orientation vers d’autres sources pour la production du Gaz, « nous allons nous orienter vers l’exploitation du gaz de schiste (…) car nous sommes obligés d’augmenter les capacités de production, d’autant que la consommation interne est en constante augmentation et les députés ne cessent de réclamer le raccordement des 48 wilayas du pays au gaz naturel avec un taux de 100% ». Lire aussi: Gaz de Schiste : L’Algérie détient les 3èmes réserves mondiales techniquement récupérables Le premier responsable du secteur de l’Energie a précisé, dans ce cadre, que l’exploitation du gaz de schiste se fera « dans un cadre réglementé d’autant que les technologies en la matière enregistrent un développement important (…) nous allons travailler dans ce sens car l’intérêt du pays en dépend ». « Une couverture à 100% en gaz naturel est synonyme d’une production de 100 milliards de m3 pour la consommation interne (…) c’est pourquoi, il est impératif de trouver d’autres sources, à l’image du gaz du schiste que nous allons exploiter mais pas au détriment de la santé du citoyen ou de l’environnement », a affirmé M. Guitouni. Dans ses réponses aux questions des députés concernant le raccordement de certaines communes au gaz naturel, le ministre a fait savoir que la production actuelle de l’Algérie en gaz naturel atteignait les 130 milliards de m3, dont 50 milliards m3 destinés à la consommation interne, 50 milliards m3 réservés à l’exportation et 30 milliards m3 consacrés à l’activité des puits pétroliers. Rappelant que le niveau de couverture en gaz naturel avait atteint 60% à l’échelle nationale, le ministre a ajouté que « si nous arrivons à un taux de couverture de 100%, cela veut dire que nous allons consommer tous ce que nous produisons, et arrêter, partant, nos exportations et perdre des revenus considérables en devises. Nous sommes dans l’obligation donc de trouver d’autres sources de production du gaz ». Si nous comptons l’utilisation du gaz butane et les réseaux d’approvisionnement en gaz naturel, nous pouvons dire que la couverture au niveau national a atteint 100 %, a souligné le ministre. Lire aussi: Gaz de Schiste: prendre le temps pour l’exploiter de manière professionnelle Répondant à une question orale du député, Mohamed Kidji (RND) concernant l’approvisionnement de la commune d’El Youssoufia (Tissemsilt) en gaz naturel, M. Guitouni a indiqué que la wilaya avait bénéficié d’un programme de distribution publique du gaz à travers le raccordement de 19 communes sur 22 avec un taux de raccordement de l’ordre de 80%. Il a ajouté, à ce propos, que cette commune a été programmée pour le raccordement de plus de 300 foyers au gaz naturel, relevant que le groupe Sonelgaz avait […]

Poursuivre la lecture