CARE est un espace de rencontres de type « think-tank »

PIB: une croissance de 1,3% au 1er trimestre 2018

juillet 28, 2018

ALGER – La croissance du Produit intérieur brut (PIB) de l’Algérie a été de 1,3% au 1er trimestre 2018 par rapport à la même période de 2017, a appris l’APS auprès de l’Office national des statistiques (ONS). Cependant, le premier trimestre 2018 a été caractérisé par un recul de la croissance dans le secteur des hydrocarbures avec une baisse de 2% par rapport au même trimestre de 2017. Lire aussi: Les taux de croissance économique en Algérie sont restés « relativement élevés » malgré la crise Quant à la croissance hors-hydrocarbures, elle a été de 2% par rapport au 1er trimestre 2017, tirée essentiellement par les secteurs de l’Agriculture et pêche, du Bâtiment-Travaux Publics et Hydraulique (BTPH y compris services et travaux publics pétroliers) et de l’Industrie. En effet, la croissance a été de 4,2% dans l’agriculture et pêche, de 4,7% dans le BTPH (y compris services et travaux publics pétroliers dont la croissance a été de 2%) et de 4,1% dans l’industrie, précise l’ONS. Concernant l’industrie, sur les dix (10) branches industrielles, cinq (5) ont connu une croissance positive. Il s’agit des filières des Matériaux de construction (+12,1%), de l’Eau et l’Energie (+8,2%), de l’Industrie Agroalimentaire (+6,1%), de la Chimie, plastique et caoutchouc (+3%) et du Bois, papier et liège (+1,8%). Par contre, la croissance a été négative dans les autres filières industrielles qui sont les Mines et carrières (-10,2%), les Industries de Sidérurgie, Métallique, Mécanique et Electrique (-7,4%), les Industries diverses (-6,9%), les Textiles (-1,1%) et les Cuirs et chaussures (-1,1%). Pour ce qui concerne les Services Marchands, la croissance a été de 3,1%. Dans les activités qui composent les Services Marchands, la croissance a été de de 6,6% dans les Transports et communications, de 0,5% dans le Commerce, de 3,8% dans les Services fournis aux entreprises, de 3,3% dans les Services fournis aux ménages, alors qu’elle a été négative dans les Hôtels-Cafés-Restaurants (-1,3%). Pour les activités relevant des Services Non Marchands, la croissance a été de 5,3% dans les Affaires immobilières, et de 5% dans les Services financiers (banques et assurances), mais négative dans les Administrations publiques (-0,5%). Par ailleurs, l’ONS indique qu’en valeur courante, le PIB a connu une augmentation de 7,4% durant le 1er trimestre 2018 par rapport au 1er trimestre 2017. Ainsi, la hausse du niveau général des prix au 1er trimestre 2018 a été de 6,1% par rapport à la même période de l’année précédente. Pour rappel, la croissance du PIB global a été de 1,6% sur l’année 2017, alors que la croissance hors-hydrocarbures a été de 2,6%. Par secteur, en 2017, la croissance a été de 4,8% pour l’Industrie, de 4,4% pour le BTPH (y compris services et travaux publics pétroliers), de 3,8% pour les Services Marchands, de 2,4% dans les Services Non Marchands, tandis que le secteur des Hydrocarbures a enregistré une croissance négative (-2,8%).

Poursuivre la lecture

FAO: les interventions précoces dans les pays en sécheresse, un rempart contre les crises humanitaires

juillet 28, 2018

ALGER – De nouvelles preuves démontrent que les interventions précoces dans les pays appelés à être frappés par des catastrophes naturelles  permettent d’empêcher les crises de se transformer en urgences humanitaires ou encore d’atténuer leurs impacts, a indiqué l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) dans un nouveau rapport publié sur son site web. Intitulé « Agir vite pour empêcher les crises de se transformer en urgences humanitaires », le rapport cite à titre illustratif, le Kenya, la Somalie et l’Ethiopie où les actions précoces ont permis de réduire les impacts de la sécheresse en 2017. La FAO est intervenue plus tôt dans l’année 2017, lors de l’absence de pluie, en s’organisant  rapidement pour apporter son aide à des milliers d’éleveurs qui comptaient parmi les plus menacés. Lire aussi: FAO: des variétés locales pour améliorer la nutrition et renforcer la sécurité alimentaire « Ces interventions précoces se sont focalisées sur  la distribution d’urgence de nourriture pour les animaux reproducteurs clés, la fourniture de services vétérinaires pour garder les animaux sains et en bonne santé, la réhabilitation des points d’eaux et l’installation de réservoirs d’eau et l’organisation de formations sur les meilleures pratiques liées au bétail et à la gestion des marchés de bétail par des membres du gouvernement », détail le rapport. Au Kenya, en moyenne, chaque famille d’éleveur a réussi à sauver deux animaux de plus en comparaison à ceux qui n’avaient pas reçu d’aide. Chaque enfant âgé de moins de cinq ans participant au programme a bu près de la moitié d’un litre de lait en plus chaque jour, ce qui représente un quart des calories journalières nécessaires pour un enfant âgé de cinq ans et 65 % de ses besoins quotidiens en protéines. Lors du pic de la sécheresse, les éleveurs aidés par la FAO, n’ont pas seulement réussi à survivre, ils ont également pu produire trois fois plus de lait que d’habitude. Les familles qui ont bénéficié de l’aide de la FAO ont signalé que leurs animaux étaient en bien meilleure santé et condition. Pour chaque dollar de la FAO dépensé dans des interventions pour chaque famille, la famille a pu gagner 3,5 dollars. Sans les frais d’aide alimentaire et de réapprovisionnement, qui ont donc pu être évités, le retour sur investissement s’élève à 9 dollars par famille. Lire aussi: FAO: lutte contre la faim et la malnutrition Les éleveurs kenyans qui n’ont par contre pas bénéficié d’une aide précoce ont dû vendre deux fois plus d’animaux alors que les prix ont chuté, passant de 80 à 30 dollars. Ils ont également dû sacrifier près de trois fois plus d’animaux pour pouvoir les manger mais aussi pour pouvoir réduire le fardeau associé à leur alimentation. En Somalie, traiter une chèvre coûte 0,4 dollars tandis qu’en acheter une nouvelle coûterait 40 dollars. En traitant plus d’un million d’animaux appartenant à près de 180 000 personnes vivant dans les régions les plus touchées du Somaliland et du Puntland, les interventions de la FAO ont aidé les éleveurs à économiser plus de 40 millions de dollars et le lait produit était suffisant pour nourrir 80 000 femmes et enfants. Ces activités ont également […]

Poursuivre la lecture

BDL: l’accompagnement des investisseurs et des entreprises, une priorité

juillet 27, 2018

CONSTANTINE- L’accompagnement des investisseurs et des entreprises nationales constitue « une des priorités » de la Banque de développement local (BDL), a estimé à Constantine le Président directeur général (PDG) de cette instance financière. S’exprimant en marge d’une visite effectuée jeudi dans plusieurs agences BDL de Constantine, Mohamed Krim a précisé que l’accompagnement des investisseurs et des entreprises nationales est dicté par la volonté de l’instance financière qu’il représente à contribuer au développement de  l’économie nationale. Il a souligné, dans ce contexte, qu’outre les crédits immobiliers octroyés à ses clients, la BDL a alloué des crédits d’une valeur de 750 milliards de dinars aux entreprises nationales et aux investisseurs locaux en 2017. Le PDG de la BDL a également indiqué que la BDL ambitionne de se rapprocher de plus en plus de ses clients à travers la proposition de  nouveaux services et de nombreuses facilitations répondant aux exigences des clients. Lire aussi: Commerçants domiciliés à la BDL : Installation de 4.500 terminaux e-paiement en 2017 Il a dans ce sens indiqué que cette banque oeuvre à multiplier ses agences pour atteindre 10 000 clients par agence au lieu des 25 000 actuellement, soulignant l’impact de ce plan d’action sur l’amélioration des services. M.Krim a inauguré une nouvelle agence de la BDL à la nouvelle ville Ali Mendjeli avant de visiter les agences de Sidi Mabrouk et celle de l’avenue Si El Haouès, au centre ville, qui ont fait l’objet avec d’autres structures de la même instance bancaire de travaux d’aménagement pour un coût estimé à 20 millions de dinars. Il est à noter que la wilaya de Constantine compte trois (3) agences de la banque de développement local (BDL) ainsi qu’une direction d’inspection régionale et une agence de prêt sur gages.  

Poursuivre la lecture

Exploitation des SIG: accord-cadre entre le ministère de l’habitat et l’Agence spatiale

juillet 26, 2018

  ORAN- Un accord-cadre a été paraphé jeudi à Oran entre le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville et l’Agence spatiale algérienne (ASAL) portant sur l’exploitation des systèmes d’information géographique (SIG) et des photos satellitaires à très haute résolution. La cérémonie de signature de cet accord-cadre s’est déroulée en présence du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar. Le document, paraphé en marge de l’ouverture des ateliers techniques entre l’ASAL et le ministère, vise à recourir à l’expérience de l’ASAL en matière d’élaboration des SIG et de l’exploitation des photos satellitaires à très haute définition pour permettre à tous les intervenants de disposer d’une vue précise et réelle de la situation au niveau des différentes villes et des tissus urbains et d’élaborer des études adaptées à la réalité du terrain. A cette occasion, Abdelwahid Temmar a estimé que cette convention permettra de mettre en place une coopération fructueuse, concernant les SIG avec l’utilisation des photos satellitaires, la formation des cadres du ministère pour leur permettre d’exploiter les SIG et traiter les données contenues dans les photos satellitaires. La convention vise à permettre au secteur de l’habitat de maitriser l’extension urbaine et d’assurer une coordination entre différents intervenants en matière de réseaux et d’infrastructures au sein du tissu urbain. Il s’agira également de généraliser l’utilisation des énergies renouvelables et de relever les défis de l’hygiène au niveau des villes dans le cadre d’une gestion complémentaire des déchets, a-t-on expliqué. Le ministre a estimé que l’exploitation de ces systèmes sophistiqués permettra de « donner une vision globale et actuelle de la ville, de représenter différents modes d’occupation des terres, de contrôler l’environnement bâti, outre le suivi de l’évolution des périmètres urbains des mutations enregistrées aux espaces agricoles et naturels ». Abdelwahid Temmar a annoncé, dans ce contexte, que son département a défini une feuille de route pour réviser certains textes législatifs et réglementaires portant sur l’urbanisme, la ville et la numérisation des actes d’urbanisme. De son côté, le DG de l’ASAL, Azzedine Ousseddik, qui a signé la convention avec le DG de l’urbanisme et de l’architecture au ministère de tutelle, Sili Abdelkrim , a estimé que cette convention est « une occasion pour présenter des opérations d’exploitation de photos prises par les satellites algériens par différents secteurs pour des usages pratiques et économiques dont la planification, l’aménagement du territoire, l’établissement des cartes, le suivi des infrastructures, ouvrages d’art et la mise en place de SIG réservés aux grandes viles dont Sidi Abdellah, Boughzoul et autres ». L’ouverture de ces ateliers à laquelle ont assisté des cadres du ministère de l’habitat, de l’urbanisme et de la ville et ceux de l’ASAL, a donné lieu à un exposé sur l’élaboration des cartes géographiques, le suivi de l’extension urbaine des villes (ville d’Oran modèle) et le mode d’exploitation des photos satellitaires par le secteur de l’habitat.

Poursuivre la lecture

Yousfi : « L’Algérie doit atteindre la phase de l’industrie 4.0 »

juillet 26, 2018

RELIZANE – Le ministre de l’industrie et des mines, Youcef Yousfi, a estimé, jeudi, à Relizane, que l’Algérie doit, dans les 10 ou 15 prochaines années, atteindre la phase de l’ »industrie 4.0″, actuellement en cours d’implantation à travers le monde. Lors de sa visite du groupe industriel de textiles, dans la zone industrielle de Sidi Khattab, à Relizane, le ministre a indiqué que ce site, est le premier complexe de ce volume dans notre pays dont la production et la maintenance s’appuient sur la technologie automatique soit ce qui est désigné par l’industrie de 3ème génération ou la 3.0. Pour le ministre de l’industrie, le groupe industriel de textile « Tayal », réalisé dans le cadre du partenariat algéro-turc, « sera un modèle pour toutes les unités industrielles versées dans le domaine des textiles ou dans d’autres créneaux, pour faire parvenir notre industrie à ce stade et à cette génération« . Lire aussi : GroupeTayal: 1ère opération d’exportation des fils de tissage vers quatre pays européens « Ce complexe, recourant aux dernières technologies sur les plans de la production et de la maintenance, est un grand acquis pour l’économie nationale et un fruit du partenariat algéro-turc« , a souligné Youcef Yousfi, ajoutant que « le Président de la République, M Abdelaziz Bouteflika, a insisté à maintes reprises sur la nécessité de dynamiser l’activité industrielle pour diversifier les exportations et réduire la dépendance de l’économie nationale des hydrocarbures« . Le ministre de l’industrie et des mines a présidé, jeudi, dans la wilaya de Relizane, la cérémonie d’exportation de la première cargaison de différents produits textiles (200 tonnes) de ce complexe industriel algéro-turc vers la Belgique, la Turquie, le Portugal et la Pologne.

Poursuivre la lecture

Appel à la grève du syndicat du personnel de maintenance d’Air Algérie: les portes du dialogue ouvertes  

juillet 26, 2018

ALGER- Le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane a affirmé jeudi à Alger que toutes les portes du dialogue étaient ouvertes pour le syndicat du personnel de la maintenance de la compagnie Air Algérie qui a appelé à une grève ouverte pour satisfaire des revendications professionnelles. M.Zaalane a exprimé sa satisfaction quant aux résultats issus des séances de dialogue, actuellement en cours, avec les représentants des travailleurs de la compagnie, tout en les appelant à davantage de rationalité. « Toutes les portes du dialogue sont ouvertes pour les représentants des travailleurs », a indiqué M. Zaalane en marge d’une visite de travail qu’il a effectuée à nombre de projets de son secteur au niveau de la wilaya d’Alger concernant l’appel du syndicat du personnel de maintenance d’Air Algérie à une grève ouverte à compter du 31 juillet en cours en vue de satisfaire des revendications professionnelles. Il a souligné que son département ministériel oeuvrait et invitait à un dialogue permanant afin de rapprocher les point de vue des opérateurs pour préserver l’équilibre de la compagnie, affirmant que « le travail dans le domaine du transport aérien n’assure pas une marge bénéficiaire importante tout en restant exposé à tout moment à des déséquilibres imprévisibles ». Afin d’éviter ce genre de déséquilibres qui ne cessent d’augmenter avec ces mouvement de protestation, a-t-il ajouté, les négociations sont toujours en cours avec les représentants des travailleurs, soulignant que « le nationalisme » de ces travailleurs et leur professionnalisme constituera un garant afin d’assurer le bon fonctionnement des vols notamment ceux à destination des lieux saints. Lire aussi: Air Algérie: grève illimitée des techniciens de la maintenance Soulignant que la direction d’Air Algérie affrétait chaque année 3 avions dans l’objectif d’assurer les vols de la saison du Hadj et le transport de la communauté algérienne établie à l’étranger lors de la saison estivale, M. Zaalane a indiqué que la compagnie n’a affrété aucun avion supplémentaire et ce après des concertations avec ses travailleurs où il a été décidé de se limiter à la flotte actuelle afin de satisfaire la demande existante et de faire avec les moyens du bord. Le ministre des Travaux publics et des Transports a indiqué que la saison se déroule actuellement dans de bonnes conditions, réitérant, en outre, son appel aux travailleurs de la compagnie à davantage de rationalité afin d’éviter toutes pertes à la compagnie qui constituent également une perte au citoyen et au pays en même temps.

Poursuivre la lecture

GroupeTayal: 1ère opération d’exportation des fils de tissage vers quatre pays européens

juillet 26, 2018

RELIZANE – Une première cargaison de fils de tissage du groupe industriel algéro-turc Tayal a été exportée jeudi à partir de la zone industrielle de Sidi Khattab (wilaya de Relizane) vers quatre pays européens, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée en présence du ministre de l’industrie et des Mines, Youcef Yousfi. Il s’agit d’une opération d’exportation de 200 tonnes de fils de tissage représentant 11 containers, à destination de la Turquie, de la Belgique, du Portugal et de la Pologne. A cette occasion, le ministre a estimé que cette première opération est d’une « grande importance pour diversifier les exportations nationales et réduire progressivement la dépendance aux hydrocarbures ». « Ce complexe industriel, pouvant employer 10.000 travailleurs en deux ou trois ans,  voire 25.000 employés dans 5 ou 6 ans, contribuera à élargir la gamme des produits industriels exportés par l’Algérie qui compte aussi les matériaux de construction, des produits alimentaires et électroniques, du fer et de l’acier », a rappelé le ministre. Lire aussi: Fédération nationale des travailleurs du textile et du cuir: pour une corporation professionnelle Pour sa part, le P-dg du groupe Tayal, Messut Toprak, a indiqué que le groupe industriel de textiles a commencé par satisfaire les besoins nationaux pour s’attaquer à l’international en fils de tissage. Il a également annoncé que le groupe commencera bientôt à exporter des produits finis et de prêt-à-porter.                                                                                                    Messut Toprak a indiqué qu’après la réception, à la fin de l’année en cours, des unités industrielles de production de différents vêtements et tissus fins, le complexe passera à la deuxième étape de fabrication du tissu de rideaux et autres produits domestiques. Ce complexe industriel comprend huit unités industrielles et une école de métiers de tissage. Il dispose d’une capacité de production annuelle de 30 millions de mètres de fils de tissage, de 14 millions de mètres de tissage de filature et 3.200 tonnes de tissus et autres. Il produira également chaque année plus de 30 millions d’unités de prêt-à-porter dont les pantalons « Jeans », des chemises et du tissu dont 60 % seront orientés vers l’exportation surtout en direction du marché européen. Lors de sa visite, Youcef Yousfi a visité le complexe industriel de textile et plusieurs unités industrielles dont l’entrepôt de matières premières, deux unités de tissage de filature et de tissus, l’école des métiers de textiles qui a formé en six mois derniers 600 jeunes en différents métiers.                                                                                               

Poursuivre la lecture

Logistique: écarts de performance entre les économies avancées et les pays en développement

juillet 25, 2018

ALGER – L’écart de performance en termes de logistique se maintient entre les pays développés et les pays en développement, selon l’indice de performance logistique de la Banque mondiale, publié sur son site web. Le rapport évalue les pays selon plusieurs indicateurs. Il tient notamment compte des compétences logistiques, de la qualité de l’infrastructure commerciale, du prix des envois internationaux et du respect des délais de livraison. « Ces données permettent aux pays d’évaluer les progrès accomplis au fil du temps et de comparer leurs performances à celles de pays similaires », souligne les experts de l’institution financière. Le secteur, qui pèse 4.300 milliards de dollars et qui est présent dans la quasi-totalité des pays de la planète, est le réseau de services qui permet le déplacement physique des produits tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières nationales. Lire aussi: Mena: L’économie numérique pourrait devenir un moteur de croissance pour la région « Il regroupe toute une palette d’activités (transport, stockage, courtage, livraison express, opérations dans les terminaux, et même gestion des données et des informations). L’efficacité avec laquelle les marchandises peuvent transiter par ces systèmes jusqu’à leur destination finale constitue un déterminant essentiel des opportunités commerciales d’un pays. Les auteurs du rapport  précisent que l’indice de performance logistique qui s’appuie sur des enquêtes auprès des professionnels du secteur, analyse sous deux angles les performances d’un pays. Le premier c’est l’indice de performance intérieur qui présente une évaluation quantitative et qualitative des services selon le point de vue des professionnels de la logistique du pays. Cette composante donne des informations détaillées sur l’infrastructure d’un pays, la qualité de ses prestataires de services, ses procédures douanières et la fiabilité de sa chaîne d’approvisionnement. Le second, c’est  l’indice de performance international. Il  évalue les services selon les professionnels de la logistique situés hors du pays. Cette composante donne des informations qualitatives sur la façon dont les partenaires commerciaux d’un pays perçoivent l’efficacité et la qualité de ses services logistiques. Le Groupe de la Banque mondiale évalue les pays sur la base de ces critères tous les deux ans depuis la première édition de Connecting to Compete, parue en 2007. Les pays à revenu élevé, en particulier ceux d’Europe occidentale, demeurent les leaders mondiaux de la logistique. Leur note est supérieure de 48 %, en moyenne, à celle des pays à faible revenu. Sur les 30 premiers pays les plus performants, 24 sont membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Lire aussi: Réduire les risques dans les pays en développement pour stimuler l’investissement « On constate que la plupart des pays réforment leur secteur de la logistique, notamment en construisant des infrastructures et en facilitant les échanges « , explique Jean-François Arvis, économiste au Groupe de la Banque mondiale et co-auteur du rapport. « Malgré ces efforts de modernisation de leurs services, les pays en développement continuent de se heurter à de nombreux problèmes. C’est ce qui explique la persistance d’un écart entre pays à revenu élevé et pays à faible revenu en termes de performance logistique ». Le rapport affirme toutefois que le revenu n’est pas l’unique déterminant du score d’un pays. Le Viet Nam, la Thaïlande, […]

Poursuivre la lecture

Zemali annonce la signature d’un décret au profit des jeunes qui autofinancent leur projets

juillet 24, 2018

ANNABA – Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali, a annoncé, mardi, à Annaba qu’un nouveau décret permettant aux jeunes qui autofinancent leur projets de bénéficier des avantages fiscaux et parafiscaux, fixés préalablement au profit des bénéficiaires de projets financés par les dispositifs d’aide à l’emploi a été récemment signé par le Premier ministre. S’exprimant en marge de la cérémonie de remise de 42 arrêtés de concessions de terrain au profit de jeunes bénéficiaires de micro-entreprises pour l’extension de leurs activités au niveau de la zone d’activité commerciale (ZAC) d’El Bouni et Ain Berda, le ministre a affirmé que cette nouvelle disposition « conforte les jeunes dans leurs démarches de créer richesse et emploi« . Rappelant que cette nouvelle disposition s’inscrit dans le cadre des orientations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika pour l’accompagnement des jeunes porteurs de projets, le ministre a ajouté que les efforts de l’État visent à encourager cette catégorie de la société à concrétiser leurs projets dont le montant ne dépasse pas les dix (10) millions de dinars, tout en œuvrant à booster et développer les différentes formules d’emploi. Le ministre, qui a mis l’accent sur la contribution du dispositif d’aide à l’emploi dans l’absorption du chômage a indiqué que le taux de recouvrement des crédits bancaires contractés dans le cadre du dispositif ANSEJ était de l’ordre de 84% . Il a ajouté que pas moins de 500.000 micro entreprises ont été financées dans le cadre de ce même dispositif, notant que ces projets ont permis la création de près de 2,25 millions d’emplois. Il a en outre indiqué que l’opération de distribution d’arrêtés de concession au profit des jeunes ayant réussi à créer leurs projets, la première du genre au niveau de la wilaya d’Annaba était « une initiative à encourager« . Lire aussi : Sud et Hauts plateaux : « Les mesures incitatives de l’État permettront d’attirer les investissements » Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a entamé sa visite à Annaba par l’inauguration d’un salon dédié à la micro entreprise créée dans le cadre des dispositifs Ansej et Cnac, au niveau du célèbre cours de la Révolution de la ville, où des stands exposent de nombreux équipements et autres produits, dont ceux de la fabrication de produits de blanchiment et d’entretien, d’emballage plastique et recyclage ainsi que ceux dédiés au tournage et fraisage, au parapharmaceutique, l’équipement avicole, le stockage de fruits et légumes et la communication. Des documents et dépliants d’information sur la création de micro-entreprises avec financement triangulaire ou financement mixte ont été distribués aux visiteurs, notamment les jeunes intéressés par la concrétisation de ce type de projets dans cette wilaya, où l’ANSEJ a financé, à ce jour, un total de 7.908 projets, dont 42% ont été créés par des universitaires pour un total de 17.000 emplois directs et indirects, selon les données présentées.

Poursuivre la lecture

Sud et Hauts plateaux : « Les mesures incitatives de l’État permettront d’attirer les investissements »

juillet 24, 2018

SAIDA – Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Nouredine Bedoui, a souligné, mardi à Saida, que « les mesures incitatives mises en place par l’État au titre du programme du président de la République, permettront aux wilayas du Sud et des Hauts plateaux d’attirer les investissements et de les accompagner ». Lors de sa visite de l’usine de montage de véhicules de marque « Suzuki », Nouredine Bedoui a déclaré que les grandes mesures incitatives mises en place par l’État au titre du programme du Président Abdelaziz Bouteflika permettront aux wilayas du Sud et des Hauts plateaux d’impulser une dynamique d’investissement économique et industrielle. Le ministre a rappelé que l’investisseur en Algérie peut s’installer dans toutes les régions du pays et a le droit de s’informer sur les mesures incitatives et les spécificités de la région ciblée. « Dans ces régions, les ressources humaines existent et les portes de l’Algérie sont ouvertes devant les capacités d’investissement pouvant créer une dynamique économique et industrielle et générer des emplois au profit des jeunes de ces régions. » Il est attendu que l’usine de montage de véhicules de marque « Suzuki« , inscrite au titre de l’investissement privé, puisse générer 500 postes d’emploi. Elle entrera en production durant l’année en cours avec un premier taux d’intégration de l’ordre de 12% pour atteindre les 60% en 2023 selon les explications fournies dans ce cadre. En visitant l’unité de production du lait et de ses dérivés « El Manbaa » , relevant du groupe public « Giplait » de Saïda, le ministre a insisté sur la nécessité d’ »orienter le soutien de l’État en faveur des producteurs du lait pour à garantir la sécurité alimentaire« . « Il est impensable que sur un total de 441 producteur de lait dans la wilaya de Saïda, le nombre de fournisseurs de l’unité de production du lait et ses dérivés ne dépasse pas les 30 producteurs. Il faut combler ce déficit pour assurer la sécurité alimentaire. » Lire aussi : Bedoui: améliorer les mécanismes de recouvrement fiscal, véritable défi pour les communes Nouredine Bedoui a procédé également à l’inauguration d’une piscine semi-olympique au complexe sportif « 13 avril 1958 » comme il a posé la première pierre du projet d’extension de l’hôtel des eaux thermales du village de Hammam Rabi, dans la commune de Khaled. Sur place, il a présidé une cérémonie de signature d’une convention entre la direction de l’action sociale et 5 communes enclavées de la wilaya qui s’inscrit dans le cadre de la solidarité avec les couches nécessiteuses et défavorisées. Par ailleurs, un acte de concession a été remis à la Fédération algérienne de football (FAF) pour la construction d’un centre régional de préparation des équipes nationales sur une surface de 12 hectares.

Poursuivre la lecture