CARE est un espace de rencontres de type « think-tank »

Washington veut recentrer sa relation économique avec l’Afrique sur le commerce et l’investissement

novembre 18, 2017

WASHINGTON- Les Etats-Unis et l’Afrique, réunis vendredi à Washington au niveau ministériel, ont discuté des perspectives d’un renforcement de leur coopération bilatérale que Washington veut recentrer sur le commerce et l’investissement. L’actuelle administration américaine « cherche carrément à recentrer sa relation économique avec l’Afrique sur le commerce et l’investissement », a indiqué le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, au cours des ces discussions annuelles auxquelles a pris part le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel. Les Etats-Unis veulent en effet renforcer la coopération économique avec les pays qui assurent l’ouverture de leurs marchés, selon le département d’Etat, soutenant qu’une Afrique plus dynamique et compétitive économiquement fera croître la classe moyenne, augmentera les niveaux de vie et rendra tout le continent plus prospère. Le département d’Etat a présenté vendredi une série d’indicateurs économiques permettant de mieux cerner le potentiel de développement en Afrique. Le commerce et l’investissement entre les Etats-Unis et les pays africains sont en nette croissance. Les exportations américaines vers l’Afrique subsaharienne sont passées de 17 milliards de dollars en 2010 à plus de 25 milliards de dollars en 2014. En 2016, l’investissement direct des Etats-Unis dans le continent a atteint 57,5 milliards de dollars, un plus haut jamais atteint jusqu’à présent. « Notre commerce et nos investissements sont plus forts que jamais, et les Etats-Unis voient encore plus d’opportunités dans les années à venir », a relevé à ce titre le chef de la diplomatie américaine. L’Afrique c’est aussi un marché en pleine croissance qui recèle un énorme potentiel. En effet cinq des dix économies qui enregistrent la croissance la plus rapide au monde se trouvent en Afrique, et les dépenses de consommation du continent pourraient dépasser les deux (2) trillions de dollars en 2025, selon les mêmes données. Et d’ici à 2030, l’Afrique devrait représenter environ un quart de la main-d’œuvre mondiale et des consommateurs avec une population de plus de 1,7 milliard d’habitants et à l’horizon 2050 la population du continent devrait doubler pour atteindre plus de 2,5 milliards d’habitants, dont 70% auront moins de 30 ans. Le défi consiste à offrir une éducation appropriée à cette main-d’œuvre et à se préparer économiquement et financièrement à cet avenir. Les discussions de vendredi, tenues à huis clos, ont souligné que la croissance économique ne peut se maintenir que dans des économies de bonne gouvernance, mettant en exergue la nécessité de s’attaquer au phénomène de la corruption qui coûte près de 150 milliards de dollars par an au continent, selon une récente étude de l’Union Africaine, citée  par M. Tillerson. Elles interviennent  aussi dans le sillage d’un regain d’intérêt des Etats-Unis pour le continent après l’avoir négligé durant les premiers mois de la présidence Trump. « Le travail de nos ambassades continue en Afrique », a déclaré à l’APS Brian Neubert, porte-parole de langue française du département d’Etat. La nouvelle administration maintient les mêmes objectifs en matière de coopération économique mais avec des mécanismes et des méthodes différents, a-t-il précisé. « La coopération économique avec l’Afrique se poursuivra », a indiqué M. Neubert, précisant qu’il n’est pas dans l’intention des Etats-Unis de renégocier l’AGOA (loi sur la croissance et les opportunités de développement) ou les autres […]

Poursuivre la lecture

L’ONS célèbre la Journée africaine de la statistique

novembre 18, 2017

ALGER – L’Office national des statistiques (ONS) célèbrera dimanche la Journée Africaine de la Statistique et organisera ainsi une journée portes ouvertes, a indiqué cet organisme public dans un communiqué. La Journée africaine de la statistique, célébrée le 18 novembre de chaque année depuis 1993, est placée cette année sous le thème « Améliorer les vies en améliorant les statistiques économiques ». A travers cette Journée africaine de la statistique, il s’agit d’un rendez-vous annuel que saisit l’ONS pour sensibiliser l’opinion publique quant à l’importance de la statistique officielle, et contribuer, de ce fait, à la propagation la plus large possible de la culture statistique. Son principal objectif est de sensibiliser le public sur le rôle central que jouent les statistiques dans tous les aspects de la vie sociale et économique.  Des statistiques économiques de haute qualité sont indispensables pour réaliser l’intégration régionale, la transformation économique de l’Afrique et atteindre les buts fixés par les Nations Unies dans le cadre des objectifs de développement durable (2015-2030) et par l’Union Africaine avec l’Agenda 2063, note l’ONS. Lire aussi : Un taux de croissance de 3,3% enregistré en 2016 Pour rappel, l’ONS est un établissement public à caractère administratif chargé de la collecte, du traitement et de la diffusion de l’information statistique socio-économique tels que le recensement de la population et de l’habitat, la situation de l’emploi et du chômage, l’inflation, les activités industrielles et commerciales… Cet établissement  a été créé en 1964 sous l’appellation de Commissariat National pour le Recensement de la Population (CNRP), et ce, afin de réaliser le premier recensement de la population de l’Algérie indépendante en 1966. En 1971, il change de dénomination et devient Commissariat National aux Recensements et Enquêtes Statistiques (CNRES). De grands travaux ont été réalisés pendant cette période tels que le deuxième recensement de la population et de l’habitat en 1977, l’enquête démographique en 1972-1973, l’enquête cartographique en 1972-1975  et l’enquête sur la consommation des ménages en 1979-1980. Par la suite, une réorganisation de l’appareil statistique a donné naissance à l’actuel Office National des Statistiques par le biais du décret législatif de 1982 complété et modifié par le décret de 1985. L’ONS est alors chargé de l’organisation et de la coordination des travaux statistiques. Lire aussi : Développement et changement en Afrique: les jeunes appelés à y participer Des enquêtes ont ainsi été réalisées tels que le recensement de la population et de l’habitat de 1987, les enquêtes annuelles auprès des ménages de 1982 à 1992, les enquêtes annuelles auprès des entreprises…  Aux termes du décret législatif de 1994, les prérogatives de l’ONS ont été reconduites et élargies. C’est ainsi que l’Office veille à l’élaboration, la disponibilité et à la diffusion d’informations fiables, régulières et adaptées aux besoins des agents économiques et sociaux.  Il assure la disponibilité régulière des données, analyses statistiques et études économiques nécessaires à l’élaboration et au suivi de la politique économique et sociale des pouvoirs publics.  Il élabore et diffuse régulièrement, en application du programme national statistique, les indices et les indicateurs de l’économie nationale ainsi que les comptes de la nation.  Il gère les enregistrements statistiques des enquêtes et travaux statistiques, […]

Poursuivre la lecture

Le 4e Sommet du Forum des pays exportateurs de gaz le 24 novembre en Bolivie

novembre 18, 2017

ALGER, 18 nov 2017 (APS) – Le quatrième Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (Fpeg) se tiendra le 24 novembre courant à Santa Cruz de la Sierra (Bolivie), auquel prendra part le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a indiqué un communiqué du ministère de l’Energie. Ce sommet sera précédé par un séminaire international et une réunion ministérielle qui se tiendront le 22 novembre dans cette ville bolivienne. Le Fpeg est une organisation intergouvernementale créée lors de la 8ème session du Forum informel des pays exportateurs de gaz, tenue en décembre 2008 à Moscou.  Il est actuellement composé de 12 pays membres: Algérie, Bolivie, Egypte, Emirats Arabes Unis, Guinée équatoriale, Iran, Libye, Nigéria, Qatar, Russie, Trinidad et Tobago et le Venezuela, ainsi que de 7 pays observateurs: Azerbaïdjan, Irak, Kazakhstan, Norvège, Oman, Pays-Bas et Pérou. Le Forum regroupe ainsi des pays qui, ensemble, détiennent plus des deux-tiers des réserves gazières de la planète.  Ses statuts stipulent que ses objectifs stratégiques sont de soutenir les droits souverains des pays membres sur leurs ressources en gaz naturel et leur capacité à planifier et à gérer, de façon autonome, le développement, l’utilisation et la conservation des ressources en gaz naturel de façon durable, efficace et respectueuse de l’environnement, au bénéfice de leurs peuples.  En ligne avec les objectifs statutaires, le Forum œuvre également à favoriser le dialogue entre les producteurs de gaz et les pays consommateurs afin d’assurer la stabilité et la transparence du marché gazier et un prix équitable pour les intervenants sur ce marché.  Il est aujourd’hui la seule plate-forme d’échange et de coopération entre pays producteurs et exportateurs de gaz.  La réunion ministérielle du Fpeg est son instance suprême et se réunit une fois par an en réunion ordinaire.  Le conseil exécutif, composé des représentants nommés par les pays membres, est chargé notamment de diriger la gestion des affaires du Forum et la mise en œuvre des décisions de la réunion ministérielle. Pour rappel, M. Guitouni avait pris part en octobre dernier à Moscou à la 19ème réunion du Forum des pays exportateurs de gaz.  Lors de son intervention, le ministre avait mis l’accent sur les défis auxquels fait face l’industrie du gaz naturel qui imposent « de trouver et de mettre en œuvre ensemble des solutions adéquates dans un esprit coopératif ». Le ministre avait également rappelé que « les politiques énergétiques adoptées par de nombreux pays de l’OCDE ont eu des répercussions défavorables sur la demande en gaz ».  En outre, il avait signalé la surcapacité de production induite par « l’émergence de nouveaux centres d’approvisionnement et d’exportation en particulier grâce au gaz de schiste ».  Il avait aussi mis en avant les contraintes causées par la priorité donnée aujourd’hui au « court terme dans l’industrie du gaz naturel  » et, par conséquent, la nécessité pour les pays exportateurs de mieux s’organiser pour défendre leurs intérêts notamment par la valorisation des ressources naturelles épuisables et non renouvelables . Lors de cette 19ème réunion, sur proposition de l’Algérie, le Fpeg avait décidé de la création de son Institut de recherche du gaz en Algérie, ce qui constitue « une décision […]

Poursuivre la lecture

Commerce et investissements en Afrique: Messahel souligne l’importance des infrastructures de base

novembre 18, 2017

WASHINGTON – Le Ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel a souligné vendredi à Washington, le besoin de soutenir les efforts consentis par le continent africain dans le domaine des infrastructures de base, mettant en relief leur rôle fondamental dans la stimulation et la facilitation du commerce et de l’investissement. Dans le cadre de sa participation à la réunion ministérielle sur la sécurité, la gouvernance, le commerce et l’investissement à Washington, M. Messahel a rappelé, à cet égard, l’importance de la réalisation de la Route  Transsaharienne qui reliera, dès 2018, Alger à Lagos au Nigeria, dans le désenclavement des pays du Sahel et du développement économique de toute l’Afrique de l’Ouest, de l’Afrique centrale et de l’Afrique de l’Est. Il a également souligné l’apport attendu de projets similaires, dont la réalisation se poursuit avec les moyens propres de la région, tels que la liaison fibre-optique Alger-Lagos et le gazoduc qui reliera le Nigeria et  l’Algérie. M. Messahel a invité les Etats-Unis, pays dont le développement a reposé sur la promotion des infrastructures, notamment des réseaux routiers et de chemins de fer, à accompagner l’Algérie dans cette voie, laquelle aura des retombées positives sur le commerce intra-africain, le commerce extérieur de l’Afrique, ainsi que le développement du continent en général.

Poursuivre la lecture

Présentation d’un ouvrage de référence sur l’Algérie à Washington

novembre 17, 2017

WASHINGTON- Le Think Tank américain, Center for Transatlantic Relations, affilié à l’université John Hopkins, a présenté mercredi soir un livre de référence sur l’Algérie à paraître en janvier prochain, intitulé « l’Algérie et les relations transatlantiques ». Cet ouvrage aux multiples dimensions historique, économique et sociale a été présenté lors d’un forum économique organisé par ce Think Tank en présence notamment de Madjid Bouguerra, ambassadeur d’Algérie à Washington, de Ali Haddad président du Forum des chefs d’entreprises (FCE) et de Jeremy Berndt, directeur adjoint du Bureau du Proche-Orient du département d’Etat. L’ouvrage élaboré par Center for Transatlantic relations sortira de presse de Brookings Institution, un autre Think Washingtonien, en janvier prochain, a indiqué Samy Boukaila, chercheur associé à ce centre d’étude. Lire aussi: Le secteur privé en Algérie, un maillon déterminant dans la diversification de l’économie La publication de cet ouvrage est sponsorisée par l’entreprise ETRHB et le FCE. Le livre « sera un document de référence pour tous ceux qui s’intéressent à notre pays, à son histoire, à son évolution et à ses progrès », a indiqué Ali Haddad lors du débat qui a suivi la présentation de ce livre, expliquant que « son élaboration fait partie des initiatives que le FCE encourage afin de faire connaître aux Etats-Unis l’énorme potentiel de l’Algérie ». L’ouvrage qui retrace les nombreuses épreuves que le pays a traversé avec beaucoup de résilience et de force revient sur « les efforts qu’a déployés le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, pour faire de l’Algérie un pays émergent, sécurisé et stable « , a relevé le président du FCE. « Sa préface relève, à juste titre, son statut de leader naturel et pilier de la stabilité dans la région », a-t-il déclaré. Au delà de sa valeur éditoriale, l’ouvrage fournit un aperçu détaillé sur la transition économique de l’Algérie et permet aussi aux lecteurs d’apprécier certains indicateurs économiques concernant les relations commerciales entre l’Algérie et les Etats-Unis. M. Haddad a relevé, à ce propos, que les relations entre les deux pays remontent loin dans l’histoire et plus exactement au 5 septembre 1795 avec la signature de leur traité d’amitié et de paix. Le patron de l’ETRHB a tenu, à cette occasion, à rendre hommage au soutien apporté par le défunt président John Fitzgerald Kennedy à l’indépendance de l’Algérie, en rappelant, par ailleurs, la médiation algérienne qui a abouti à la libération des otages américains à Téheran en1981. « La publication du livre arrive à point nommé. Nos relations avec l’Algérie se sont renforcées et devenues plus diversifiées qu’avant « , a déclaré de son côté Jeremy Berndt. Lire aussi: Sécurité et économie: les perspectives de la coopération américano-africaine évoquées à Washington Le responsable américain a indiqué que les Etats Unis « valorisaient » leur partenariat avec l’Algérie dans les différents domaines sécuritaire, économique, scientifique et commercial. Jeremy Berndt a ajouté que les discussions engagées depuis 2001 entre les deux pays dans le cadre de l’accord cadre sur le Commerce et l’investissement (Tifa) ont permis d’examiner les moyens de promouvoir cette coopération, relevant que « les Etats-Unis s’engageaient à travailler avec l’Algérie » et à l’accompagner dans le processus de diversification de son économie. A la clôture de ce forum […]

Poursuivre la lecture

Hocine Necib insiste à Chlef sur l’impératif de livraison des projets AEP avant l’été prochain

novembre 16, 2017

CHLEF – Le ministre des Ressources en Eau, Hocine Necib, a souligné, jeudi à Chlef, l’impératif de mise en service des projets d’alimentation en eau potable (AEP) avant l’été 2018. Lors d’une intervention en marge d’une visite d’inspection à la station de dessalement d’eau de mer de Ténés, le ministre a insisté sur l’impératif de livraison des projets AEP courant mai prochain, et ce au titre de l’amélioration du service public et de l’optimisation de l’exploitation des infrastructures de base du secteur, a-t-il déclaré. Selon le ministre des ressources en eau, les programmes communaux de développement pour l’exercice 2018 vont permettre une hausse dans le nombre de ménages raccordés aux réseaux AEP, signalant à ce propos la mise au point d’un plan national en perspective d’une saison estivale sans perturbations dans la distribution de l’eau , grâce notamment à la mise en service programmée de nombreux projets en 2018, a-t-il fait savoir. Lors de son inspection de la station de dessalement d’eau de mer de Mainis, M. Necib a plaidé pour la nécessité d’équilibrer les capacité de production et de stockage , au sein de la structure, tout en instruisant les responsables en charge, en vue de remédier aux pannes techniques intervenant au niveau de cette station lors des intempéries, car perturbant la distribution de l’eau . Le ministre s’est, également, rendu à la station de dessalement d’eau de mer de Beni Haoua, où lui a été présenté un exposé sur le raccordement de la ville de Brira au réseau AEP. Il a proposé, à cet effet, l’alimentation de cette ville et de ses environs à partir du barrage Kef Eddir, afin de destiner les eaux de la station de dessalement à la ville de Beni Haoua, considérant que cette dernière enregistre une hausse importante dans ses besoins en eau , en saison estivale notamment ,-a-t-il estimé . Le ministre des Ressources en eau poursuit actuellement sa visite dans la wilaya, en se rendant dans les communes de Chefl et de Beni Abbas, où il est attendu pour l’inspection et l’inauguration de nombreux projets de son secteur. 

Poursuivre la lecture

M. Zaalane appelle au respect des délais de livraison des projets

novembre 16, 2017

EL TARF – Le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane, a appelé  jeudi à El Tarf au « respect des délais » de livraison des ouvrages en cours de réalisation. Inspectant le chantier  de l’évitement à l’entrée de la ville d’El Kala, lancé en travaux en 2015, le ministre a exhorté l’entreprise réalisatrice du projet à tenir ses engagements et à livrer le chantier dans « les délais impartis ». Il a, à ce propos ajouté que le projet de l’évitement d’El Kala a été inscrit avec l’objectif de fluidifier la circulation routière dans cette zone « à dense trafic routier ». Selon les explications fournies au ministre, l’évitement d’El Kala, totalisant un investissement public de 840 millions de dinars, actuellement à 75% de taux d’avancement  sera livré ‘’avant l’été prochain’’ Le ministre s’est enquis également des travaux  d’aménagement extérieurs du nouveau port de pêche d’El Kala et a donné des instructions fermes à l’effet de respecter  les délais de travaux. Lire aussi : Autoroute Est-Ouest: le dernier tronçon livré au début de l’année 2019 Confié à une entreprise nationale, les travaux d’aménagement extérieurs englobent la protection en blocs  de l’enracinement de la jetée et des  terres pleines du port  contre la houle et la réalisation d’un système de drainage d’eaux pluviales ainsi que le parachèvement d’une clôture Le projet, d’un coût de l’ordre de 840 millions de dinars, a atteint 75% de taux d’avancement de travaux, selon les responsable du chantier qui se sont engagés à livrer le chantier ‘’en avril 2019’’. Un exposé sur le secteur routier dans la wilaya d’El Tarf avec notamment le programme de  développement des routes de  la bande frontalière à travers  huit ( 8) communes de la wilaya , et les opérations, en cours, du renforcement des réseaux de la route nationale (RN) 44 reliant Annaba-El kala et la RN 16 Annaba-Souk Ahras via El Tarf a été présenté au ministre. Le réseau routier de la wilaya d’El Tarf totalise  297 chemins de wilayas (CW), 989 km chemins communaux (CC) et 290 km de routes nationales dont 32 % de ces routes est dans un état jugé ‘’dégradé’’, selon les services des travaux publics. 

Poursuivre la lecture

Exportation de 15.000 litres d’huile d’olive en 2017 par une société nationale privée

novembre 16, 2017

ORAN – Une société privée de production d’huile d’olive Numidia de Bejaïa a exporté, cette année, près de 15.000 litres vers l’ Europe et l’ Asie, a-t-on appris du responsable commercial de cette société. Contacté par l’APS, M. Nabil Arezki a indiqué que la société Numidia a exporté cette quantité d’huile d’olive de type extra précoce vers l’Allemagne, la France et le Qatar et compte exporter d’autres quantités en fin décembre prochain. Il a rappelé que la société a pu exporter, l’an dernier, 25.000 litres d’huile d’olive de même qualité vers la France, l’Allemagne, le Qatar et la Corée du Sud. La société produit actuellement deux variétés d’huile d’olive extra précoce et précoce dans des bouteilles en verre de 0,75 litre et 0,50 l. Nabil Arezki a fait savoir que la société Numidia œuvre à améliorer la qualité pour élargir la commercialisation de ses produits et accroître les exportations, ajoutant, qu’elle dispose de terres agricoles réservées à l’oléiculture s’étendant sur une superficie globale de 4.000 hectares totalisant 54.000 oliviers dans la région de Ouzellaguen dans la wilaya de Béjaia et produit annuellement 400.000 litres d’huile d’olive.

Poursuivre la lecture

Autoroute Est-Ouest: le dernier tronçon livré au début de l’année 2019

novembre 16, 2017

El TARF – Le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane a indiqué jeudi à El Tarf que le  tronçon de l’autoroute Est-Ouest, sur 84 km  et dont le coup d’envoi a été donné depuis la commune de Drean, sera livré « au début de l’année 2019 ». S’exprimant en marge de la cérémonie du coup d’envoi du dernier tronçon de l’autoroute Est-Ouest, le ministre a précisé que le chantier de ce méga projet, à l’arrêt depuis 2012, a été redynamisé sur décision du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Il a, à ce propos ajouté que le chantier confié à une entreprise chinoise et s’étendant de la commune de Drean jusqu’aux frontières tunisiennes a nécessité la mobilisation d’un investissement public de l’ordre de 84 milliards de dinars. Lire aussi: Autoroute Est-ouest: Le chantier du tronçon restant lancé ‘‘prochainement’’ Affirmant qu’en parachevant le chantier, l’autoroute Est-Ouest connaître « la dynamique » qui lui revient en matière de développement, M. Zaalane a mis en exergue l’importance de préserver le « cachet vert » de la région d’El Tarf et « d’oeuvrer à protéger ses lacs et son environnement ». Le chantier du dernier tronçon de l’autoroute Est-Ouest devra générer 6 000 postes d’emploi direct et indirect dans divers disciplines des travaux publics, a-t-on souligné. In situ, le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane a soutenu que le parachèvement de ce chantier traversant huit communes d’El Tarf, dont le Lac des oiseaux, Besbes et Ain Lassel, insufflera une nouvelle dynamique à la région et fera d’El Tarf, « une région de transit par excellence ». Lire aussi: Autoroute est-ouest: ouverture début d’octobre d’un tronçon de la pénétrante Akbou-Seddouk (Bejaia)  Le ministre, abordant la question du péage sur l’autoroute Est-Ouest, a précisé que cette démarche sera appliquée « ultérieurement » soulignant que le tarif du péage sera « symbolique » et destiné à l’entretien et la maintenance de l’autoroute. Accompagné des autorités locales, le ministre des Travaux publics et des Transports devait se rendre au nouveau port d’El Kala. Lire aussi: L’étude se rapportant aux tarifs à appliquer au niveau des centres de péage de l’autoroute bientôt achevée  

Poursuivre la lecture

Le prix du panier de l’OPEP à 59,79 dollars

novembre 16, 2017

ALGER – Le prix du panier de référence du brut de l`Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) s`est établi mardi à 59,79 dollars le baril, contre 60,52 dollars la veille, a indiqué jeudi l`organisation sur son site web. Le panier de référence de l’OPEP comprend quatorze (14) types de pétrole, dont le Sahara Blend (Algérie), l’Iran Heavy (Iran), Es-Sider (Libye), Basra Light (Irak), Bonny Light (Nigeria), Arab Light (Arabie Saoudite), Girassol (Angola) et le Mery (Venezuela). Jeudi, le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, progressait de 11 cents, à 61,98 dollars, tandis que le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, gagnait 2 cents à 55,35 dollars, dans les échanges électroniques en Asie. Dans son dernier rapport, l’OPEP avait  revue à la baisse ses prévisions de croissance de la production du pétrole, montrant des « signes croissants que le marché pétrolier avance doucement vers un rééquilibrage ». Pour ce qui est de la consommation de l’or noir, l’organisation table sur une hausse de 1,53 million de barils par jour (mbj) cette année à 96,94 mbj, contre 1,45 mbj auparavant, selon son rapport mensuel sur le marché publié lundi dernier. L’OPEP constate notamment une demande meilleure qu’anticipée en Chine au troisième trimestre. Pour l’année prochaine, la consommation est attendue en hausse de 1,51 mbj, soit 130.000 bj de mieux que la prévision publiée en octobre, du fait d’attentes plus optimistes en Europe, dans la région Asie-Pacifique et dans  certains pays africains. A signaler que les cours du pétrole avaient connu ces deux derniers mois des plus hauts niveaux depuis deux ans grâce notamment aux espoirs de voir l’OPEP et d’autres pays producteurs prolonger leur accord de limitation de  la production. Une réunion des ministres de l’organisation est attendue pour la fin du mois en cours pour discuter d’une prolongation de l’accord de réduction de la production au-delà de mars 2018.L’Arabie saoudite et la Russie, autre grand producteur mondial de pétrole, y sont favorables Pour rappel, lors de la réunion de décembre 2016, onze (11) producteurs de pétrole non-OPEP ont coopéré avec les 13 pays membres de l’OPEP en vue de rééquilibrer le marché mondial du pétrole en baissant la production de 1,8 million de barils par jour. L’OPEP et les pays non-OPEP avaient prorogé jusqu’à fin mars 2018 l’accord de réduction de la production et envisagent aujourd’hui une nouvelle extension de l’accord.

Poursuivre la lecture