CARE est un espace de rencontres de type « think-tank »

Des compagnies d’assurances publiques projettent la création d’un groupement d’expertise

août 15, 2018

ALGER – Trois sociétés d’assurances publiques envisagent la création d’un grand groupe d’expertise par la fusion des deux sociétés d’expertise existantes: SAE- EXACT et l’EXAL, a annoncé mercredi à Alger, le P-dg de la Compagnie nationale d’assurance (SAA), Nacer Saïs. « Le groupent comprendra la Société algérienne d’expertise et de contrôle technique automobile (SAE- EXACT), filiale de la SAA et la Société Exal Expertise Algérie qui appartient aux deux compagnies d’assurances à savoir la CAAT(Compagnie algérienne des assurances) et la CAAR (compagnie algérienne d’assurance et de réassurance) a précisé M. Saïs, lors d’un point de presse en marge d’une conférence sur le nouveau produit auto lancé par la SAA. Le premier responsable de la SAA a affirmé que cette idée, en cours de maturation, permettra aux compagnies nationales d’investir ce segment et de limiter ainsi le recours systématique aux experts des réassureurs étrangers. Lire aussi: Assurances: hausse de 4% à 3,25 mds de DA du bénéfice réalisé par la SAA en 2017 Il a fait constater par ailleurs, que l’expertise des entreprises nationales est limité au domaine automobile et qu’il est impératif de l’élargir à d’autres domaines. « Il faut reconnaitre que l’expertise national est inexistant dans les segments importants tels le secteur énergétique », a-t-il insisté, affirmant de ce fait que lorsqu’il y a des problèmes de forages pétrolier ou gazier ou des accidents industriels, le pays fait toujours appel aux experts internationaux. Pour le P-dg de la CAAT, la création de ce groupe permettra d’améliorer la qualité des prestations de ces sociétés nationales déjà présentes. Mais l’objectif majeur à travers ce groupement, c’est d’ »investir des segments que les compagnies d’assurances nationales ne maîtrisent pas actuellement », notamment le segment pétrolier et gazier, l’aviation, ou encore le domaine maritime, a-t-il souligné. Selon lui, si l’Algérie arrivait à développer son expertise dans ces segments stratégiques, le pays sera beaucoup moins dépendant vis à vis de l’expertise étrangère. En outre, il a considéré qu’une expertise faite par des experts algériens sera non seulement moins onéreuse, mais en plus, les intérêts des assurés algériens seront pris en considération », en faisant constater que les experts internationaux, eux , cherchent  généralement à préserver les intérêts des réassureurs étrangers ». Lire aussi: La CAAT réalise un bénéfice de 2,5 milliards de DA en 2017 A propos du marché des assurances, le P-dg de la SAA a estimé qu’il faut se baser sur les délais des indemnisations et la qualité des services prodigués aux assureurs, en regrettant que certaines compagnies d’assurances préfèrent miser sur les prix des prestations pour attirer les clients au détriment de la qualité des prestations. Le P-dg de la SAA a indiqué que son entreprise qui compte 2 millions d’assurés a réalisé un chiffre d’affaires de 27 milliards de dinars en en 2017. Au cours de cette rencontre, la SAA a présenté son nouveau produit d’assistance automobile dédié aux algériens qui se déplacent en Tunisie pour des vacances, pour des soins ou pour des affaires. « Cette prestation permet tant aux conducteurs qu’au passagers de préserver leur sécurité pendant leur séjour dans ce pays voisin », a assuré Hamza Arbane, chef de division SAA auto assistance. « En cas de survenu d’un […]

Poursuivre la lecture

Semaine économique et culturelle à Washington: réunion de coordination pour préparer la participation algérienne

août 15, 2018

ALGER – Une réunion de coordination consacrée à l’évaluation des mesures initiées en prévision de la participation officielle de l’Algérie à la semaine économique et culturelle devant se tenir à Washington (Etats-Unis) du 10 au 13 septembre 2018, s’est tenue mardi au siège du ministère du Commerce, a indiqué un communiqué du ministère. Présidée par le secrétaire général du ministère, Cherif Oumari, la réunion intervient dans le cadre de la poursuite des réunions initiées par la Commission nationale multisectorielle chargée de la préparation et l’organisation du programme officiel de la participation algérienne aux manifestations économiques à l’étranger au niveau du ministère du Commerce. La réunion a permis d’examiner les mesures pratiques prises pour assurer la participation algérienne à cette manifestation. Il a été également question de la répartition des missions et des rôles de chacune des entreprises et organismes relevant du secteur, notamment l’Agence nationale de la promotion du commerce extérieur (ALGEX), la Société algérienne des foires et exportations (Safex) ainsi que le Centre algérien du contrôle de la qualité et de l’emballage (CACQE), Air Algérie et les Douanes algériennes. Lire aussi : La semaine économique et culturelle de l’Algérie aux USA en septembre à Washington La Commission nationale multisectorielle est composée de représentants des ministères des Affaires étrangères, du Commerce, des Finances, des Transports et des Travaux publics, du Tourisme et de l’Artisanat, de l’Industrie et des mines, de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche et de la Culture, outre les représentants des organismes et des institutions nationales concernés, à l’instar de la Société algérienne des foires et exportations (Safex), l’Agence nationale de la promotion du commerce extérieur (ALGEX), la Chambre algérienne de commerce et d’industrie, les Douanes algériennes, Air Algérie et la compagnie de transport maritime, a conclu le communiqué.

Poursuivre la lecture

Aïd El Adha: un programme spécial pour les trains voyageurs de grandes lignes

août 14, 2018

ALGER – Un programme spécial sera mis en vigueur, du 17 août au 9 septembre prochain, pour la circulation des trains voyageurs de grandes lignes, et ce à l’occasion de la fête de l’Aïd El Adha, a indiqué mardi la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) dans un communiqué. Ce programme spécial Aïd El Adha se caractérise par le renforcement de l’ensemble des trains par des voitures supplémentaires et la mise en marche de nouveaux trains sur les lignes à la plus importante demande, a précisé la même source. Ce programme prévoit le 1er jour de l’Aïd El Adha, soit le mardi 21 août 2018, la suspension des trains voyageurs durant la matinée puis la reprise totale du trafic à partir de 11h00, a noté le communiqué. Selon cette même source, outre le renforcement des trains, un dispositif de sécurité et de vigilance sera mis en place à travers l’ensemble du réseau SNTF. La SNTF a ainsi indiqué que ce programme spécial Aïd El Adha prévoit le renforcement de la destination Agha (Alger) vers Oran, et ce, pour le voyage en train ordinaire dont le départ est prévu à 6h10 et l’arrivée à 11h25, et le voyage dont les départ est prévu à 12h30 et l’arrivée à 17h54. Pour ce qui est des voyages en trains conforts sur cette même destination, un renforcement est prévu pour celui de 10h00 (arrivée à Oran à 14h09) et celui de 17h00 (arrivée à 21h09). Lire aussi : Aïd El Adha : près de 51.000 commerçants mobilisés pour la permanence Pour cette même destination, La SNTF a également indiqué qu’un train direct et confort est prévu à 15h00 (arrivée à Oran à 19h00), mais aussi, un train direct et confort à 8h00 (arrivée à 12h00), notant que ce dernier sera renforcé par un train supplémentaire, à 8h30 chaque samedi, lundi et mercredi. Quant à la destination inverse, soit d’Oran vers Agha (Alger), le programme prévoit un renforcement pour le voyage en train ordinaire dont le départ est prévu à 6h00 (l’arrivée à Agha à 11h15), et le voyage en train ordinaire de 12h30 (arrivée à 18h00), notant que ce dernier continuera le voyage vers la gare ferroviaire d’Alger. Pour ce qui est des voyages en trains conforts sur cette même destination, un renforcement est prévu pour celui de 10h00 (arrivée à Agha à 14h07) et celui de 17h00 (arrivée à 21h07). S’agissant des voyages en train direct et confort sur cette même destination, la SNTF prévoit le renforcement du voyage de 15h00 (arrivée à 19h00), et celui de 08h00 (arrivée à 12h00), notant que ce dernier sera également renforcé par un train supplémentaire, à 8h30 chaque dimanche, mardi et jeudi. Lire aussi : À l’occasion de l’Aid El Adha, le versement des pensions et allocations de retraite avancé D’autre part, selon la même source, les voyages en couchettes et assises d’Alger vers Annaba (départ 19h40, arrivée 05h38) et d’Annaba vers Alger (départ 20h20, arrivée 06h26) seront également renforcés. Concernant la destination Oran vers Béchar en couchettes et assises, le voyage de 19h40 (arrivée à 05h00) sera renforcé tandis que celui de 22h40 (arrivée 08h15) circulera uniquement les […]

Poursuivre la lecture

Aïd El Adha : près de 51.000 commerçants mobilisés pour la permanence (ministère du Commerce)

août 14, 2018

ALGER – Le ministère du Commerce prévoit la mobilisation de 50.806 commerçants qui couvriront le territoire national dans le cadre du dispositif de permanence durant les jours de Aïd El Adha, soit une augmentation de 47% par rapport au nombre de commerçants mobilisés lors de l’Aïd el Adha 2017, a indiqué lundi le ministère dans un communiqué. Ces permanenciers sont constitués de 5.506 boulangeries, 33.013 commerçants dans l’alimentation générale et fruits et légumes, 11.949 pour les activités diverses et 462 unités de production (136 laiteries, 283 minoteries et 43 unités de production d’eaux minérales), selon le ministère. Dans le même cadre, 2.219 agents de contrôle seront mobilisés pour encadrer ce programme, assurer le suivi des différents commerces concernés par la permanence, élargie aux abattoirs et aux marchés de gros de fruits et légumes. Ces chiffres ont été présentés lors d’une réunion de coordination entre le secrétaire général du ministère du Commerce, M. Chérif Omari, et les Directeurs régionaux du Commerce, destinée à l’examen des modalités de mise en œuvre du dispositif des permanences à l’occasion de l’Aïd El Adha 2018, souligne la même source. Lors de cette réunion, les participants ont également abordé l’approvisionnement régulier des citoyens en produits de large consommation durant cette fête religieuse et la hausse des prix des produits alimentaires dont la pomme de terre ainsi que le dispositif de veille relatif aux intoxications alimentaires. Lire aussi : Permanence de l’Aid El Adha: une campagne de sensibilisation à l’adresse des commerçants d’Alger M. Omari a insisté sur l’importance de la sensibilisation des commerçants pour la reprise de l’activité après la célébration de la fête de l’Aïd, conformément à la nouvelle disposition de la loi du 10 juin 2018 relative aux conditions d’exercice des activités commerciales et le suivi des agents de contrôle quant au respect par les commerçants du programme de permanence. Il a également instruit les Directeurs régionaux de Commerce d’impliquer toutes les parties concernées pour informer les citoyens sur ces mesures qui seront prises par le ministre du Commerce et ce, par le biais des médias (presse et radios), l’affichage des listes des commerçants concernés par la permanence au niveau des sièges des communes, des Directions de Commerce de wilaya et sur les sites officiels des DCW ainsi que les réseaux sociaux. Aussi, des directives ont été données par le représentant du ministère afin de renforcer le dispositif de contrôle à travers les brigades mixtes (Commerce-Agriculture) au niveau des wilayas pour éviter le stockage informel de la pomme de terre et la spéculation sur ce produit de large consommation et redynamiser également le dispositif de veille et d’intervention relatif aux intoxications alimentaires.

Poursuivre la lecture

Aïd El Adha : près de 51.000 commerçants mobilisés pour la permanence

août 14, 2018

ALGER – Le ministère du Commerce prévoit la mobilisation de 50.806 commerçants qui couvriront le territoire national dans le cadre du dispositif de permanence durant les jours de Aïd El Adha, soit une augmentation de 47% par rapport au nombre de commerçants mobilisés lors de l’Aïd el Adha 2017, a indiqué lundi le ministère dans un communiqué. Ces permanenciers sont constitués de 5.506 boulangeries, 33.013 commerçants dans l’alimentation générale et fruits et légumes, 11.949 pour les activités diverses et 462 unités de production (136 laiteries, 283 minoteries et 43 unités de production d’eaux minérales), selon le ministère. Dans le même cadre, 2.219 agents de contrôle seront mobilisés pour encadrer ce programme, assurer le suivi des différents commerces concernés par la permanence, élargie aux abattoirs et aux marchés de gros de fruits et légumes. Ces chiffres ont été présentés lors d’une réunion de coordination entre le secrétaire général du ministère du Commerce, M. Chérif Omari, et les Directeurs régionaux du Commerce, destinée à l’examen des modalités de mise en œuvre du dispositif des permanences à l’occasion de l’Aïd El Adha 2018, souligne la même source. Lors de cette réunion, les participants ont également abordé l’approvisionnement régulier des citoyens en produits de large consommation durant cette fête religieuse et la hausse des prix des produits alimentaires dont la pomme de terre ainsi que le dispositif de veille relatif aux intoxications alimentaires. Lire aussi : Permanence de l’Aid El Adha: une campagne de sensibilisation à l’adresse des commerçants d’Alger M. Omari a insisté sur l’importance de la sensibilisation des commerçants pour la reprise de l’activité après la célébration de la fête de l’Aïd, conformément à la nouvelle disposition de la loi du 10 juin 2018 relative aux conditions d’exercice des activités commerciales et le suivi des agents de contrôle quant au respect par les commerçants du programme de permanence. Il a également instruit les Directeurs régionaux de Commerce d’impliquer toutes les parties concernées pour informer les citoyens sur ces mesures qui seront prises par le ministre du Commerce et ce, par le biais des médias (presse et radios), l’affichage des listes des commerçants concernés par la permanence au niveau des sièges des communes, des Directions de Commerce de wilaya et sur les sites officiels des DCW ainsi que les réseaux sociaux. Aussi, des directives ont été données par le représentant du ministère afin de renforcer le dispositif de contrôle à travers les brigades mixtes (Commerce-Agriculture) au niveau des wilayas pour éviter le stockage informel de la pomme de terre et la spéculation sur ce produit de large consommation et redynamiser également le dispositif de veille et d’intervention relatif aux intoxications alimentaires.

Poursuivre la lecture

L’altermondialiste et défenseur du Tiers monde, Samir Amin, n’est plus

août 13, 2018

PARIS – L’économiste et altermondialiste Samir Amin, qui vivait à Dakar, est décédé dimanche à Paris à l’âge de 87 ans, a annoncé le président sénégalais Macky Sall dans un communiqué. « La pensée économique contemporaine perd une de ses illustres figures », a affirmé Macky Sall lundi sur son compte Twitter, présentant ses condoléances « au nom de toute la nation » et saluant un homme qui a « consacré toute sa vie au combat pour la dignité de l’Afrique, à la cause des peuples et aux plus démunis ». Il s’est éteint « après une brève période de perte de mémoire causée par une tumeur au cerveau et des souffrances », a écrit pour sa part l’économiste sénégalais Chérif Salif Sy sur le réseau social LinkedIn, soulignant que « le monde a perdu un grand penseur et militant ». M. Salif Sy a également indiqué que « le directeur du Forum du Tiers-monde était dans un hôpital parisien depuis le 31 juillet ». Présenté comme un théoricien des relations de domination Nord-Sud, du marxisme et du maoïsme, Samir Amin était l’une des figures de proue des mouvements altermondialistes. Qualifié de Néo-marxiste, Samir Amin a écrit sur le droit, la société civile, le socialisme, le colonialisme et le développement, particulièrement en Afrique et dans le monde arabe. En 1973, il a notamment publié « Le Développement inégal: Essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique ». L’économiste a toujours dénoncé l’action des grandes institutions internationales, que sont le Fond monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM) en Afrique, accusant celles-ci de ne travailler que les intérêts des Occidentaux. Samir Amin a pris part au colloque organisé par l’agence Algérie presse service (APS), en juillet 2012, consacré à la pensée de Frantz Fanon (50 ans après), intitulé « L’esprit Fanon ».  Sa prestation sur « Frantz Fanon en Afrique et en Asie » fut un moment fort de ce colloque. Le défunt, qui fut enseignant à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, a mis à la disposition des étudiants africains sa bibliothèque personnelle, riche en œuvres essentiellement consacrées aux questions de développement économique et social mais aussi environnemental de l’Afrique. Né au Caire en 1931, formé à Paris dans les années 1950, Samir Amin a travaillé de 1957 à 1960 dans l’administration égyptienne du développement économique puis au sein du gouvernement malien, avant d’être nommé professeur aux universités françaises de Poitiers et Vincennes, ainsi qu’à Dakar, selon le site des éditions de Minuit.

Poursuivre la lecture

Métro d’Alger: la troisième nouvelle rame réceptionnée lundi

août 13, 2018

ALGER – La troisième nouvelle rame du Métro, arrivée au port d’Alger, sera réceptionnée ce lundi, indique l’Entreprise du Métro d’Alger (EMA) dans un communiqué. « Le ministère des Travaux publics et des Transports et l’Entreprise Métro d’Alger ont l’honneur d’informer les usagers du Métro d’Alger que la troisième rame du métro, qui est arrivée au port d’Alger, sera réceptionnée ce lundi », indique l’entreprise dans un communiqué. Lire aussi: Métro d’Alger: renforcement de la flotte par douze nouvelles rames L’EMA rappelle que la réception des rames du Métro se poursuit conformément au planning arrêté avec le constructeur CAF et ce, à raison d’une rame par mois depuis le 24 juin 2018, date de livraison de la première rame. A rappeler que la flotte du métro d’Alger doit être renforcée par douze (12) nouvelles rames de fabrication espagnole, dans le cadre des extensions de la Ligne 1 du métro d’Alger afin de répondre au besoin de transport dans la capitale. La livraison de ces rames fabriquées en Espagne par le constructeur CAF s’effectue à raison d’une rame par mois.  

Poursuivre la lecture

Afrique: les échanges commerciaux entre les pays subsaharienne en nette évolution

août 13, 2018

ALGER – Les échanges commerciaux entre les pays d’Afrique subsaharienne ont évolué durant les 26 dernières années, selon une nouvelle étude du Fonds monétaire international (FMI) publiée sur son site web. « En 1980, les échanges régionales entre ses pays ne représentaient que 6% du total des exportations, mais en 2016, elles avaient atteint 20% », a indiqué cette étude, en faisant constater que le degré d’intégration régionale en Afrique subsaharienne est aussi élevé que dans toute autre région émergente et en développement dans le monde. « Cela résulte de la croissance plus forte de la région par rapport au reste du monde, de la réduction des tarifs douaniers et du renforcement des institutions et de la politique économique, en comparaison au passé, dans l’ensemble du continent », explique la même source. Les auteurs de l’étude précisent toutefois que la plus grande partie de ces échanges a lieu à l’intérieur de sous-régions de petits groupes de pays géographiquement proches plutôt qu’entre elles. Lire aussi: Afrique subsaharienne: le FMI appelle à agir pour affermir la reprise économique « Par exemple, les cinq pays membres de l’Union douanière d’Afrique australe, le Botswana, le Lesotho, la Namibie, l’Afrique du Sud et le Swaziland, représentent 50 % du total des échanges commerciaux en Afrique subsaharienne ». Ils affirment dans ce sens que le commerce international est le facteur qui exerce l’influence la plus dynamique sur a croissance. « Nous estimons qu’une augmentation de 1% du taux de croissance pondéré des partenaires infrarégionaux engendre une augmentation de 0,11% de la croissance intérieure ». Cependant, ils ont fait constater que les plus grands pays de la région, comme le Nigéria et l’Afrique du Sud, qui connaissent actuellement une croissance anémique et lente, exercent un impact sur les pays qui leur sont les plus exposés en réduisant la demande de biens échangés et les flux des envois de fonds. Inversement, les pays bénéficiant d’une croissance rapide, comme la Côte d’Ivoire et le Kenya, stimulent l’économie d’autres pays en Afrique occidentale et orientale respectivement, avec une croissance plus forte engendrée par une demande accrue de biens échangés et des entrées de fonds plus volumineuses.   Les fonds transférés par les travailleurs africains vers leurs pays totalisent 11,5 msd US   Outre l’augmentation des échanges commerciaux qui a renforcé les relations des pays de la région ces dernières années, le rapport évoque également les envois des fonds (l’argent que les gens envoient chez eux pendant qu’ils travaillent dans un autre pays), dont le montant atteignait environ 11,5 milliards de dollars en 2015, selon les données de l’étude « Durant cette période, le flux des envois de fonds infrarégionaux représentait un tiers du total des envois de fonds », a noté l’étude, précisant que ces flux qui représentent environ 0,6% du PIB sont volumineux par rapport aux normes mondiales. « Ils sont plus grands que ceux des pays émergents et en développement d’Asie, d’Europe et des Amériques, qui représentent moins de 0,3% du PIB », a-t-elle fait constater. L’évolution de la technologie financière, notamment les services bancaires mobiles, a contribué à la réduction du coût des envois des fonds. Même si ces coûts dépendent moins de la distance que les coûts du commerce […]

Poursuivre la lecture

Aid El Adha: appel à la rationalisation de la consommation de l’eau potable

août 13, 2018

ALGER – La rationalisation de la consommation de l’eau potable durant les périodes de fortes chaleurs et les fêtes religieuses où des pics de consommation sont enregistrés, demeure la solution « idéale » pour éviter les perturbations dans l’alimentation en eau potable au niveau d’Alger et de Tipaza, a affirmé lundi dans un communiqué la Société des eaux et d’assainissement d’Alger (SEAAL). « Une surconsommation de l’eau potable durant la fête de l’Aid El Adha va indéniablement provoquer une baisse rapide des niveaux des réservoirs. Cette baisse rapide ne peut pas être compensée par les opérations de remplissage ce qui provoque des  perturbations dans l’alimentation en eau potable » a averti la SEAAL, appelant les citoyens d’Alger et de Tipaza à rationnaliser leur consommation en eau potable durant ces périodes. Lire aussi: Aïd El Adha sera célébré mardi 21 août « Pendant le premier jour de  l’Aid El Adha, entre 9h00 et 13h00, du fait de la surconsommation, le niveau des réservoirs baisse d’une manière drastique et des perturbations commencent à être ressenties dès les premières heures. Et il faudra entre 4 heures et 12 heures pour remplir les réservoirs et rétablir progressivement l’alimentation en eau potable », a expliqué la même source. « Du fait de interconnexion du réseau de distribution d’eau potable, une hausse d’une consommation au niveau d’une commune se situant à l’Est d’Alger par exemple peut impacter  l’alimentation en eau potable au niveau d’une commune se situant au centre d’Alger », a encore expliqué la même source, ajoutant que « plus de 1,2 million de mètre cube d’eau sont produites et injectées quotidiennement dans le réseau de distribution d’eau potable sur Alger et Tipaza ».

Poursuivre la lecture

Port sec de Rouiba: une base logistique pour désengorger le port d’Alger

août 12, 2018

ALGER – Le port sec de la zone industrielle de Rouïba inauguré dimanche, est une nouvelle base logistique qui permettra de désengorger le port d’Alger et de booster les opérations du commerce extérieur, a affirmé le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane lors de sa visite d’inspection à Alger. « Cette nouvelle base logistique permettra de développer les opérations d’exportations et d’importations tout en maîtrisant les coûts », a affirmé le ministre lors d’un point de presse, en marge de cette visite. « Le port sec de Rouiba, qui est le fruit d’un partenariat entre le groupe maritime Cnan-Med et l’Entreprise nationale de transport ferroviaire (SNTF), permettra de maîtriser le processus des opérations d’importations et d’exportations et de réduire ainsi les coûts des marchandises », a-t-il expliqué, en précisant que les frais du transport représentent actuellement plus de 35 % de la valeur du produit et que les opérations d’importation à moindre coût dans le monde sont tributaire d’une logistique aux normes internationales. « Cette plate forme d’entreposage qui s’étend sur une superficie de 51.000 M2, répond aux standards internationaux en matière de stockage des produits d’import et d’export, ainsi elle dispose d’une capacité de 35.000 conteneurs », a-t-il indiqué. Lire aussi: Importation des produits finis: l’application du droit additionnel pour septembre 2018 Le Port Sec qui se situe dans la zone industrielle de Rouiba, au niveau de la gare marchandise accessible par la route nationale N5 et à proximité de la deuxième rocade d’Alger. Une desserte ferroviaire relie directement le port Sec au port d’Alger, selon les explications des responsables de cette infrastructure. Par ailleurs, la ligne de cette plate forme d’entreposage permet la station de 44 trains. Cette base logistique est dotée d’un scanner en état d’exploitation, des caméras de surveillance, de deux chariots élévateurs de 3 tonnes pour dépotage, d’équipement de pesage, selon la même source. Cette infrastructure est également reliée au Centre national de l’informatique et des statistiques Cnis relevant des douanes. Le directeur général du Port Sec, Saoudi Ahcène, a affirmé que quelques opérations d’exportations ont déjà été réalisées à partir de ce Port Sec, et que son entreprise est prête à accompagner tous les opérateurs exerçants au niveau de cette zone pour expédier leurs marchandises. « Nous invitons les opérateurs économiques à venir est nous leur offrant une tarification raisonnable » (Zaalane) Selon le même responsable, la réalisation de cette infrastructure a coûté 1,5 milliards de dinars. Lire aussi: Produits alimentaires: hausse de la facture d’importation sur les 5 premiers mois de 2018 Au cours de cette sortie, le ministre s’est rendu également à la direction générale de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) où il a eu des explications sur le nouveau système de contrôle ferroviaire GSM-R. « Ce système de télécommunication propre au transport ferroviaire adopté par 70 pays dans le monde permet d’éviter les accidents, de rendre le système de signalisation plus efficace et renforce la communication entre les différents acteurs du transport ferroviaire », a expliqué le ministre. « La mise en service de ce système et prévue le 10 septembre prochain, entre la ligne de Tougourt et Biskra, avant qu’il soit généralisé à tout le réseau ferroviaire du […]

Poursuivre la lecture