CARE est un espace de rencontres de type « think-tank »

Environnement : l’Observatoire national de la biodiversité inscrit dans la LF 2020

mai 21, 2019

ALGER – La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatima Zohra Zerouati, a fait état, mardi à Alger, de l’inscription dans le projet de la loi de Finances 2020 de l’Observatoire nationale de la biodiversité (ONB), qui constitue « un solide mécanisme » à même de préserver le capital naturel et la biodiversité de l’Algérie. L’ONB regroupera des compétences nationales capables de trouver des mécanismes pour la sauvegarde de la richesse naturelle du pays et sa protection contre le piratage », a-t-elle précisé lors d’une journée d’information, organisée à l’occasion de la Journée internationale de la biodiversité, célébrée le 22 mai de chaque année. Après avoir rappelé la stratégie et le plan d’action nationaux sur la biodiversité 2016-2030, sous le thème « biodiversité pour le développement socio-économique durable et l’adaptation aux changements climatiques », la ministre a fait savoir que l’objectif de son Département était « l’intégration de la biodiversité dans les stratégies et plans d’action des différents ministères, à l’instar de l’Energie, de l’Industrie, de l’Agriculture et du Tourisme ». Mme. Zerouati a évoqué, dans ce sens, l’installation de la commission intersectorielle de la biodiversité, comptant aujourd’hui 25 secteurs, ayant pour mission, a-t-elle dit, le suivi, l’évaluation et la mise en œuvre de la stratégie nationale, ainsi que l’assistance des différents secteurs dans l’élaboration de leurs plans d’action afférents. Pour ce faire, le secteur de l’Environnement organisera en juin prochain, en collaboration avec le programme de l’Onu pour le développement (PNUD), un master-class au profit des représentants des secteurs sur les méthodes d’intégration de la biodiversité dans leurs stratégies sectorielles, a-t-elle expliqué. Pour rappel, la stratégie et le plan d’action nationaux sur la biodiversité 2016-2030 reposent sur quatre principaux axes, à savoir l’adaptation du cadre institutionnelle, stratégique et juridique, le développement, le partage et la valorisation des connaissances pour un développement durable global, outre la préservation et l’amélioration du capital naturel algérien, et la valorisation de la biodiversité pour une économie verte. Plus explicite, la ministre a cité, entre autres objectifs de cette stratégie, l’investissement dans les écosystèmes naturels de grande valeur, notamment la valorisation des filiales principales de la biodiversité qui contribuent à la création des postes d’emploi permanents, à la réalisation de bénéfices pour les autochtones et à la limitation de l’importation dans le cadre du nouveau modèle de croissance économique hors hydrocarbures. Soulignant le rôle crucial de biodiversité dans la sécurité alimentaire, et par ricocher, dans la santé de l’homme, la ministre a indiqué que toute l’industrie pharmaceutique reposait sur la biodiversité, en ce sens que  40% des médicaments prescrits par les médecins contiennent des composantes végétales et animales. En Algérie, la biodiversité constitue une source importante pour de nombreux secteurs économiques, particulièrement l’Agriculture et la pêche ainsi que l’industrie. La ministre a fait savoir, à ce propos, que parmi les plus importants éléments de cette biodiversité, on dénombre 16000 espèces végétales, dont seulement 1% est utilisé dans l’économie national, plus de 1000 espèces aux vertus médicinales et 700 plantes indigènes outre 4.963 espèces animales, soulignant l’existence également d’un large réseau de réserves, y compris les parcs culturels, couvrant 44% de la superficie du pays.       La ministre a affirmé, cependant, que ce […]

Poursuivre la lecture

Saison estivale : Benmessaoud relève l’impérative diversification de l’activité touristique

mai 21, 2019

ALGER – Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelkader Benmessaoud a mis en avant, mardi à Alger, l’impératif de « diversifier et promouvoir l’activité touristique, lors de la saison estivale 2019, en vue d’amener un grand nombre d’estivants à passer les vacances dans leur pays ». S’exprimant lors d’une rencontre avec les directeurs du Tourisme et de l’Artisanat de 14 wilayas côtières et différents partenaires, M. Benmessaoud a fait état de « mesures exceptionnelles prises pour la préparation de la saison estivale qui sera lancée officiellement, le 1er juin prochain, afin d’assurer le confort nécessaire aux estivants et appliquer de tarifs compétitifs au niveau des établissements hôteliers ». Il a annoncé, dans ce cadre, « la réactualisation des conventions signées avec les partenaires sociaux et la Fédération nationale des hôteliers algériens à l’effet de proposer des tarifs raisonnables aux familles algériennes désirant passer leurs vacances, soit dans des hôtels privés ou publics », affirmant que  » tout l’intérêt sera également accordé à la communauté établie à l’étranger à travers un assouplissement des procédures d’entrée au pays au niveau des aéroports ou des ports ». Le ministre mis l’accent, par ailleurs, sur « la nécessaire amélioration du niveau des prestations et la nécessité de consolider les opérations de contrôle et d’inspection au niveau des hôtels et des plages, en vue de veiller au confort des citoyens, assurant à ce propos que l’accès aux plages sera gratuit ». M. Benmessaoud a rappelé que 12.000 lits vont être assurés au niveau des wilayas côtières, et ce, à la faveur de l’inauguration des près de 90 nouveaux hôtels. Concernant les activités de loisirs et de sport, le ministre a rappelé les deux (02) conventions conclues avec les deux secteurs, à savoir la Culture, la jeunesse et des sports, portant sur  » la consolidation et la diversification des activités culturelles, de divertissement et artistiques, la promotion des sports en mer et sports nautiques au profit de tous les citoyens ». Lire aussi: Algérie-Egypte: renforcer les relations bilatérales en matière de tourisme Le ministre a insisté sur l’impératif octroi de la licence d’exploitation des plages au profit des établissements hôteliers dont les plages sont situées dans leur entourage immédiat », rappelant  » tout le travail important effectué par la Commission nationale sectorielle de préparation en vue de la préparation et du succès de cette saison estivale ». Le nombre de plages destinées a accueillir les estivants cette année s’élève à 459 plages auxquelles s’ajoutent 45 autres ouvertes après réhabilitation, a rappelé le ministre.                De son côté, le directeur général du Tourisme, Mohamed Zoubir Soufiane a fait état de l’inauguration cette année de près de 90 nouveaux hôtels d’une capacité de 11.600 lits au niveau des wilayas côtières. Rappelant que cette année verra la réouverture d’hôtels publics réhabilités à Sidi Fredj, Zéralda, Tipaza, Oran, Mostaganem et Tizi-Ouzou en vue d’encourager le tourisme de montagne et de forêt , le même responsable a souligné la nécessité d’encourager la location des appartements à des prix compétitifs au niveau des villes côtières. Pour sa part, le PDG du groupe Hôtellerie, Tourisme et Thermalisme (HTT), Lazhar Bounafaa a affirmé que « les structures hôtelières publiques ont été réhabilités, dans le cadre d’une opération […]

Poursuivre la lecture

Thon rouge: un quota de 1437 tonnes pour la campagne de pêche 2019

mai 21, 2019

ALGER – L’Algérie devrait pêcher un quota de 1437 tonnes de thon rouge au titre  de la campagne de pêche pour l’année 2019 qui débutera, dimanche prochain, a déclaré mardi à l’APS, le Directeur général de la pêche et de l’aquaculture au ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Taha Hammouche. La Commission internationale pour la conservation des thonidés de l`Atlantique (CICTA) a accordé à l’Algérie un quota de 1.445 tonne en 2019, sauf que l’Algérie a pêché un quota de 8 tonnes dans des opérations non ciblées et qui sont vendues sur les marchés par les pêcheurs, a précisé M. Hammouche. La quantité a été réduite pour respecter le système des quotas bien défini par la CICTA, selon M. Hammouche. En devise, la valeur du quota qui sera pêché entre le 26 mai et le 1er juillet s’élèvera à 14 millions d’euros et sera vendu dans le cadre d’une opération purement commerciale prise en charge par les armateurs. Les pays du voisinage, à l’instar de la Tunisie, l’Espagne, la Turquie et Malte sont les principaux clients achetant le thon pêché en Algérie ainsi que d’autres pays possédant des fermes d’engraissement. Lire aussi: Thon rouge : des fermes d’engraissement en Algérie dès 2020 Le responsable prévoit une augmentation du quota de l’Algérie qui devrait dépasser 2000 tonnes en 2021 et 2500 tonnes d’ici 2025, après une augmentation sensible de la réserve internationale du thon rouge. Dans ce contexte, M. Hammouche a indiqué que le quota de l’Algérie en thon rouge atteindra 1655 tonnes d’ici 2020 contre 460 tonnes en 2016. Le quota mondial du thon est fixée après estimation de la réserve disponible en mer par la CICTA qui répartit les parts sur les pays concernés par les campagnes de pêche. Pour M. Hammouche, l’Algérie a le droit de revendiquer l’augmentation de son quota de thon rouge à chaque fois que la réserve internationale augmente et la récupération des quotas perdues par l’Algérie après 2010.   76 millions DA de redevances générées par la pêche au thon rouge versés au Trésor Pour sa part, le Directeur du développement de la pêche, M. Kadour Omar a fait état de 22 thoniers participant à la campagne, qui prendront le large, mercredi ( 22 mai 2019) à partir des ports d’Annaba et d’Alger en direction de la zone internationale de la pêche au thon rouge, comprise entre la Tunisie, les îles de Malte et la Sicile, en vue de se positionner sur les sites de pêche, avant le coup d’envoi de la campagne, qui sera lancée, dimanche prochain ( le 26 mai). Le nombre des thoniers participant à la campagne est passé de 14 navires à 22 en 2019. Le montant des redevances ( taxes émises à l’établissement des licences de pêche) ayant été payé par les équipementiers de ces navires, au profit du Trésor public, au titre de la saison de pêche de cette année, s’élève à 76 millions de DA. Selon le même responsable, les quotes-parts ont été réparties de façon « équitable » et  » transparente », entre les navires algériens, tout en prenant compte le tonnage de chaque navire et […]

Poursuivre la lecture

Thon rouge : des fermes d’engraissement en Algérie dès 2020

mai 21, 2019

ALGER -L’Algérie se lancera dans l’activité d’engraissement de thon rouge à partir de 2020 après avoir obtenu en novembre 2018 l’accord de la Commission internationale de pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA), a déclaré mardi à l’APS, le Directeur général de la pêche et de l’aquaculture au ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Taha Hammouche. M. Hamouche a expliqué dans ce cadre que l’Algérie avait déposé en 2017 un dossier auprès de la CICTA pour l’obtention d’une autorisation d’engraissement du thon, relevant que cette instance avait octroyé à l’Algérie une licence pour la création de fermes pilotes d`engraissement de thon rouge d’une capacité de 1800 tonnes/an, des fermes, a-t-il dit, qui permettront d’augmenter la valeur ajoutée en devise de ce produit jusqu’à 50 millions d’euros. La direction générale de la pêche a reçu 10 demandes de la part d’investisseurs privés désirant obtenir des contrats de concession pour exercer cette activité, a indiqué M.Hammouche. Des contrats de concession ont été octroyés à quatre (4) investisseurs pour créer des fermes d’engraissement de thon rouge, et un délais leur a été accordé pour réaliser leurs projets et lancer la production en 2020. Dans le cas ou les bénéficiaires des contrats de concession tardent dans la concrétisation de leur projet sur le terrain, la direction procèdera à l’envoi de mises en demeure aux retardataires, et au retrait de leurs contrats de concession pour les donner à d’autres investisseurs parmi les 10 ayant déposé leurs demandes. Lire aussi: Campagne de pêche au thon rouge: participation de 3 thoniers de la W. de Chlef Ces investissements devront être implantés, en premier lieu, à El-Tarf (1 ferme aquacole), Chlef (une 1 ferme aquacole) et Ain Temouchent (2 fermes aquacoles). Pour ce qui est de la commercialisation des produits de ces fermes, M. Hamouche a fait savoir que ces produits seront soumis à la règle offre/demande, soulignant que le marché international était libre et basé particulièrement en Asie. En méditerranée, il existe douze 12 fermes d’engraissement de thon rouge qui produisent 11.000 tonnes de poissons. La plupart de ces fermes se trouvent en Espagne, Italie, Malte, Croatie et Turquie ainsi qu’en Tunisie qui dispose de deux (2) fermes. La CICTA a délivré, récemment, une licence à l’Egypte et à la Libye pour se lancer dans l’activité d’engraissement.

Poursuivre la lecture

Pétrole: le panier de l’OPEP à 72,47 dollars le baril

mai 21, 2019

ALGER – Le prix du panier de quatorze pétroles bruts, qui sert de référence à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a reculé  à 72,47 dollars le baril lundi, contre 72,57 dollars la veille, a indiqué mardi l’Organisation pétrolière sur son site web. Introduit en 2005, le panier de référence de pétrole brut de l’OPEP (ORB) comprend actuellement le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola), Djen(Congo),Oriente (Equateur), Zafiro (Guinée Equatoriale),Rabi light (Gabon), Iran Heavy (Iran),Basra Light (Irak), Kuwait Export ( Koweït), Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigéria), Arab Light (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et Mery (Venezuela). La moyenne du prix du panier de l’OPEP a connu une hausse de 4,41 dollars en avril comparativement à celle de mars, pour atteindre 70,78 dollars le baril (+6,6%), son plus haut niveau en six mois, selon le dernier rapport mensuel de l’OPEP. Les  cours de l’or noir ont terminé la séance de lundi  en ordre dispersé après un appel de l’Arabie saoudite, membre principale de l’OPEP à prolonger l’accord de limitation de la production . Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a fini à 71,97 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour le contrat de juin a gagné 34 cents à 63,10 dollars. « Nous voyons que les stocks (de pétrole) augmentent », or « aucun de nous ne veut voir les stocks enfler de nouveau », comme en 2018, a déclaré dimanche le ministre de l’Energie saoudien Khaled al-Faleh à Jeddah en Arabie saoudite, où s’est tenu la 14éme réunion du Comité ministériel conjoint de suivi de l’accord OPEP-non OPEP (JMMC). Lire aussi: Accord OPEP-non OPEP: un taux de conformité record de 168% en avril Co-présidé par le Royaume d’Arabie Saoudite et la Russie, le JMMC est composé également de l’Algérie, les Emirats arabes unis, l’Iraq,  le Kazakhstan, le Koweït, le Nigéria et le Venezuela. Ce Comité a réaffirmé son engagement à réaliser un marché équilibré et à œuvrer de manière durable pour la stabilité du marché pétrolier avec des fondamentaux solides. L’Organisation avait convenu en décembre 2018 avec dix pays producteurs non-OPEP, la Russie à leur tête, d’une baisse conjointe de leur production de 1,2 million de barils/jour à partir du 1er janvier 2019, pour une période de six mois, avec une réduction de 800.000 barils/jour par l’OPEP et de 400.000 barils/jour par ces pays producteurs non-OPEP. Le JMMC a demandé au Comité technique mixte et au secrétariat de l’OPEP de continuer à suivre et à analyser les évolutions du marché pétrolier et, en particulier, les projections d’inventaire pétrolier au cours des prochaines semaines, en vue de la recommandation de la prochaine réunion du JMMC à la Conférence de l’OPEP et à la réunion ministérielle de l’OPEP, prévue en juin 2019, sur les mesures que devraient prendre les pays participants pour le second semestre de 2019. La  176e conférence de l’OPEP programmée est prévue pour le 25 juin, tandis que la sixième rencontre ministérielle des pays OPEP et non OPEP le 26 juin 2019. La 15e réunion du JMMC devrait également avoir […]

Poursuivre la lecture

Les gérants de nouvelles minoteries observent un sit-in devant le ministère de l’Agriculture

mai 20, 2019

ALGER – Les gérants de trente-six (36) nouvelles minoteries ont observé, lundi, un sit-in devant le siège du ministère de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche pour exiger des quotas de blé tendre leur permettant de démarrer la production, a constaté l’APS sur place. Dans une déclaration à l’APS, le représentant des gérants de ces minoteries, Abbou Boulenouar a indiqué que l’objectif de cette action était d’exiger de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) d’approvisionner ces minoteries en blé tendre leur permettant de lancer la production. Réalisées avant 2014, ces minoteries n’ont pas lancé la production en raison du retard dans la délivrance des agréments par le ministère de l’Industrie, a expliqué la même source. Ce retard, poursuit M. Boulenouar,  a causé des pertes à ces minoteries dues notamment au cumul des factures et aux travaux de maintenance des machines et équipements. La majorité de ces minoteries se trouve dans les wilayas d’Oran, Relizane, Ain Temouchent, Said, Bordj Bou Arreridj, Djelfa, Sétif, El Tarf et Tebessa.   Des responsables du ministère de l’Agriculture devraient recevoir, lundi soir, les représentants des gérants des minoteries, a indiqué M. Boulenouar.

Poursuivre la lecture

Djellab évoque la coopération économique avec l’ambassadeur d’Ethiopie

mai 20, 2019

ALGER – Le ministre du Commerce, Said Djellab, a reçu lundi à Alger l’ambassadeur de la République fédérale démocratique d’Ethiopie en Algérie, Amin Abdulkadir, avec lequel il a évoqué la coopération économique et les échanges commerciaux bilatéraux, a indiqué le ministère dans un communiqué. Rappelant « l’excellente relation d’amitié et de coopération entre les deux pays », M. Djellab a examiné avec l’ambassadeur d’Ethiopie « les moyens susceptibles de renforcer et de développer la coopération économique et les échanges commerciaux entre l’Algérie et l’Ethiopie, notamment les exportations hors hydrocarbures algériennes vers l’Ethiopie ». Pour sa part, l’ambassadeur éthiopien a « félicité les relations d’amitié et de coopération entre les deux pays » et exprimé « la volonté de son pays de consolider davantage ces liens ». Les deux parties ont, en outre, insisté sur l’importance du renforcement des rencontres entre les opérateurs économiques algériens et éthiopiens, ainsi que l’organisation de foires et d’expositions leur permettant d’examiner les opportunités de partenariats et d’investissements dans différents domaines, a noté le communiqué.

Poursuivre la lecture

Près de 200.000 logements fin prêts en attente du parachèvement des travaux de voirie

mai 20, 2019

ALGER – Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Beldjoud a affirmé, lundi à Alger, que près de 200.000 logements, toutes formules confondues, étaient fin prêts en attente du parachèvement des travaux d’aménagement extérieur (voirie et réseaux divers VRD). « L’Etat a affecté des enveloppes financières pour la réalisation des logements et des travaux VRD et il ne reste que l’entame de ces travaux et l’aménagement des nouvelles cités afin de pouvoir attribuer les logements à leurs propriétaires », a précisé M. Beldjoud en marge d’une réunion de concertation coprésidée avec le ministre des Ressources en eau, Ali Hammam, et consacrée à l’examen et l’accompagnement du développement des nouveaux pôles urbains en terme d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement des eaux usées.               Soulignant que les services de son département « ne livreront pas les logements des nouvelles cités aux citoyens avant l’aménagement extérieur, le raccordement en eau, gaz et électricité, en sus de la réalisation de routes et de structures publiques telles que les écoles », il a rappelé, dans ce sens, la dernière réunion qu’il avait tenu avec les responsables du ministère de l’Education nationale où il a été convenu de réceptionner 656 structures publiques, attendues depuis des années, ce qui permettra de réduire la surcharge des classes à la prochaine rentrée scolaire ».               La réunion, ajoute M. Beldjoud, permettra d’examiner la question du raccordement de nouvelles cités au réseau d’eau potable, affirmant que ses services s’emploient actuellement, en coordination avec toutes les parties concernées, pour le parachèvement des travaux dans toutes les nouvelles cités tout en les dotant de structures nécessaires avant de les distribuer aux citoyens.               Concernant les projets de logements en cours de réalisation et leurs délais de livraison, M. Beldjoud a affirmé que le dossier « AADL 1 » sera clôturé fin septembre, ajoutant que près de 30.000 logements étaient fin prêts et en attente d’accomplissement des travaux VRD en prévision de leur distribution                Concernant les logements « AADL2 », il a été procédé à la distribution de ces logements au profit des souscripteurs de manière graduelle à travers l’ensemble des wilayas du pays, à l’exception de la wilaya d’Alger, où la distribution de ces logements s’effectuera dès la clôture du dossier « AADL1 ».  Beldjoud a indiqué, dans ce sens, que 2.400 logements du programme « AADL1 » seront réceptionnés cette semaine à Alger, ainsi qu’un autre quota, le 27 Ramadhan au niveau de plusieurs wilayas dont Skikda, Adrar et Annaba, soulignant que l’opération sera achevée de manière graduelle jusqu’à la fin septembre prochain, date d’achèvement du dossier « AADL1 ».                De son côté, le ministre des Ressources en eau, Ali Hamam a fait savoir que cette rencontre permettra d’évaluer les travaux devant être lancés en matière d’alimentation en eau potable et d’épuration des eaux usées dans les nouvelles agglomérations.               Il a souligné, dans ce sens, qu’il sera procédé à la définition des priorités notamment en ce qui concerne les projets connaissant un manque d’affectations financières, et ce […]

Poursuivre la lecture

Impôts : la souscription de l’IFU pour l’exercice 2019 fixée entre le 1er et le 30 juin

mai 20, 2019

ALGER – La souscription de la déclaration prévisionnelle du chiffre d’affaires, au titre de l’année 2019, pour les contribuables éligibles à l’impôt forfaitaire unique (IFU), est fixée entre le 1er et le 30 juin 2019, indique la Direction Générale des Impôts dans un communiqué. Le dépôt de cette déclaration s’effectue auprès de l’inspection des impôts ou du centre de proximité des impôts du lieu d’activité du contribuable, selon la DGI. Les contribuables peuvent opter au paiement intégral de l’impôt à la recette des impôts, dont ils relèvent au moment du dépôt de la déclaration, ou choisir le paiement fractionné de l’impôt en s’acquittant, lors du dépôt de la déclaration prévisionnelle (série G.N 12), de 50% du montant de cet impôt. Pour les 50% restants, leur paiement s’effectue, au moyen du bordereau avis de versement fractionné de l’IFU (G.N 50 Bis), en deux versements égaux, l’un ouvert du 1 er au 15 septembre 2019 et l’autre du 1 er au 15 décembre 2019. La DGI rappelle que le minimum d’imposition en matière de l’IFU est fixé à 10.000 DA. Toutefois, les jeunes promoteurs éligibles aux dispositifs  d’aide à l’emploi(ANSEJ, CNAC et ANGEM) sont assujettis à un minimum d’imposition égal à 5.000 DA. Le formulaire de la déclaration (série G.N 12) et le bordereau avis de versement fractionné de l’IFU (G.N 50 Bis) sont disponibles et téléchargeables sur le site web de la Direction Générale des Impôts (www.mfdgi.gov.dz) dans la rubrique « téléchargement », précise la même source.

Poursuivre la lecture

Activité portuaire : hausse de 7% au 1er trimestre 2019

mai 20, 2019

ALGER – L’activité portuaire de l’Algérie a enregistré une croissance de l’ordre de 7% durant le 1er trimestre 2019, en comparaison avec la même période de l’année précédente, a appris lundi l’APS auprès du Groupe Services portuaires (SerPort). Ainsi, le volume de marchandises traitées (import/export) par les 10 ports algériens au cours des trois premiers mois de l’année a totalisé 30,6 millions tonnes, contre 28,60 millions de tonnes à la même période de 2018. Il s’agit des exportations qui ont atteint 19,9 millions de tonnes, soit une hausse de près de 14%, dont 2,4 millions de tonnes de marchandises hors hydrocarbures. Ces marchandises sont composées principalement de matériaux de construction et de produits agricoles, haussant ainsi significativement la croissance à 42% par rapport au 1er trimestre 2018. S’agissant des hydrocarbures, SerPort relève un total de 19 millions de tonnes, soit une augmentation de 6% par rapport au trois premiers de l’exercice 2018, précisant que ces produits représentaient 63% du trafic global enregistré au niveau des ports nationaux. Lire aussi: Plus de 10.000 tonnes d’importations bloquées aux frontières durant le 1er trimestre 2019 Par ailleurs, le trafic des conteneurs, à l’import et à l’export, a enregistré 523.186 EVP (équivalent vingt pied) durant le premier trimestre 2019, contre 463.394 EVP pour la période 2018, soit une hausse de 13 %. Ce trafic a été traité principalement au niveau des ports d’Alger (42%), Oran (16%), Bejaia (11%), Skikda (9%) et Annaba (8%). Le trafic de véhicules a, quant à lui, atteint 2.234 unités au 1er trimestre 2019, soit une baisse de 1 % par rapport à la même période en 2018.                                                                      Selon SerPort, les entreprises portuaires continuent de réaliser leurs programmes de développement pour soutenir la croissance de leurs activités. Il s’agit principalement d’acquisition d’équipements de manutention pour un meilleur rendement portuaire. A cet effet, ces entreprises ont acquis plusieurs équipements modernes comme les « Stackers », les chariots élévateurs à fourche, les grues portuaires, ainsi que les grues mobiles télescopiques automotrices.                         Modernisation en cours de plusieurs ports Les programmes de développement comprennent aussi l’acquisition de matériels navals à même de garantir la sécurité de la navigation à l’intérieur des ports, selon le Groupe SerPort qui précise que le parc naval a été renforcé par l’acquisition en 2018 de 10 remorqueurs d’une puissance de 45 à 70 tonnes de traction, doté des dernières technologies. Quatre (4) autres remorqueurs seront acquis au cours des deux prochaines années en plus des canaux d’amarrage et des pilotines. S’agissant du développement des infrastructures, il est à signaler que plusieurs projets de réalisation et d’extension des infrastructures portuaires sont en cours de réalisation. Dans ce cadre, le port d’Alger a bénéficié d’une extension-développement du Terminal à Conteneurs (TAC) d’une capacité de 1 millions d’EVP qui sera fin prête en octobre 2020. Le port d’Oran connait lui aussi des travaux d’extension-développement du TAC, pour augmenter sa capacité à 2 millions d’EVP, qui prendront fin en juin 2019. Lire aussi: Pollution marine par carburants: exécution d’un exercice au Golfe d’Arzew Les autres projets portent sur la construction du TAC de port de Djen-Djen pour une capacité de 2 millions d’EVP, la construction […]

Poursuivre la lecture