CARE est un espace de rencontres de type « think-tank »

APOCE: le ministère de l’Habitat appelé à obliger l’AADL et l’ENPI à dresser des actes de souscription

juillet 18, 2018

ALGER – l’Organisation algérienne pour la protection et l’orientation du consommateur et son environnement (APOCE) a appelé le ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la ville, Abdelwahid Temmar à obliger l’Agence d’amélioration et de développement du logement (AADL) et l’Entreprise nationale de la promotion immobilière (ENPI) à dresser des actes de souscription préalable avec les souscripteurs dans le but de préserver leurs droits. Les dépassements enregistrés au niveau de l’AADL et de l’ENPI ont amené l’organisation à s’orienter vers la justice afin de protéger les droits des souscripteurs en actionnant ces deux entreprises publiques, a précisé le président de l’APOCE, Mustapha Zebdi lors d’une conférence de presse organisée à Alger. Lire aussi: Temmar: plus de 3,6 millions de logements réalisés entre 1999 et 2018 M. Zebdi a appelé, à ce titre, le ministre de l’Habitat à obliger ces deux entreprises à prendre plusieurs procédures de nature à préserver les droits des souscripteurs, notamment la souscription préliminaire, la définition du prix final du m2 du logement et le respect du classement des souscripteurs dans l’attribution des logements et l’année de dépôt des dossiers, ainsi que l’amende prévue en cas de renonciation au logement. « Nous demandons au ministre de l’Habitat, en tant que premier responsable du secteur, de nous épargner le recours à la justice et de contraindre ces deux entreprises à dresser des actes de souscription contenant l’ensemble des détails des logements qui seront vendus aux citoyens », a-t-il ajouté. Lire aussi: Habitat: remise de décisions d’acceptation de recours aux souscripteurs AADL1 M. Zebdi a évoqué, dans ce sens, les dépassements qui ont affecté les deux formules à savoir AADL et LPP, assurant qu’ils avaient énormément porté préjudice aux citoyens enregistrés. Il a appelé, en outre, les citoyens victimes à poursuivre en justice les deux agences et les entrepreneurs responsables de fraude dans la réalisation ou dans les matériaux de constructions utilisés.

Poursuivre la lecture

Algérie-Espagne: la coopération énergétique évoquée à Alger

juillet 18, 2018

ALGER – Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a reçu mercredi à Alger l’ambassadeur du Royaume d’Espagne en Algérie, Santiago Cabanas Ansorena, avec lequel il a abordé les moyens de renforcement de la coopération dans le secteur de l’Energie, a indiqué un communiqué du ministère. Les deux parties ont passé en revue les relations de coopération alégro-espagnole dans le domaine de l’énergie,  qualifiées  d’ »excellentes » et « d’anciennes », tout en abordant les perspectives de leur renforcement. A cette occasion, M.Guitouni a exprimé sa satisfaction de la qualité des relations avec l’Espagne dans le segment de l’énergie. Il a également réaffirmé la volonté de son secteur à renforcer davantage ces relations dans les domaines des hydrocarbures, des énergies renouvelables et du dessalement d’eau de mer. Dans ce cadre, le ministre a invité les entreprises espagnoles à participer fortement aux deux appels d’offres qui seront lancés prochainement. Le premier appel d’offres concerne la réalisation de deux unités de dessalement d’eau de mer à El Taref et à Zéralda. Tandis que le second porte sur la production de 150 MW d’énergie renouvelable en photovoltaïque dont le lancement est « imminent », précise le communiqué. Le ministre a évoqué, à ce propos, une possibilité de partenariat en joint-venture entre les sociétés algériennes et leurs homologues espagnoles. Pour sa part, l’ambassadeur espagnol a fait part de la volonté du nouveau gouvernement de son pays à agir avec efficacité pour renforcer davantage les liens et les relations « stratégiques » entre les deux pays dans tous les domaines et  notamment celui de l’Energie. Le diplomate espagnol s’est dit « satisfait » des relations de coopération et de partenariat entre les entreprises algériennes et espagnoles dans le secteur énergétique. Il a affirmé, par ailleurs, l’intérêt des compagnies espagnoles à investir en Algérie dans les domaines des hydrocarbures, de l’électricité et des énergies renouvelables Les deux parties ont également convenu la mise en place  d’un mécanisme de suivi pour la mise en œuvre des axions préconisées pour le renforcement de leur relations bilatérales dans le secteur de l’énergie.

Poursuivre la lecture

La CAAT réalise un bénéfice de 2,5 milliards de DA en 2017

juillet 18, 2018

ALGER – La Compagnie algérienne des assurances (CAAT) a réalisé un bénéfice de 2,5 milliards de dinars en 2017 contre 2,3 milliards de dinars en 2016, en hausse de 7%, a indiqué cette compagnie d’assurance publique dans un communiqué.  Quant à son chiffre d’affaires, il s’est établi à 23 milliards de dinars (mds DA) en 2017, en hausse de 2,3% par rapport à 2016.  En matière de gestion des sinistres, les indemnisations versées en 2017 par la CAAT ont atteint un montant de 13,4 mds DA, représentant la liquidation de 173.590 dossiers de sinistres. Pour rappel, le marché global des assurances a réalisé un chiffre d’affaires de 138,31 mds DA en 2017 contre 133,53 mds DA en 2016 (+3,6%), selon le Conseil national des assurances (CNA). Lire aussi: Assurance: la CAAT lance un service de notification par SMS Le chiffre d’affaires réalisé par les assurances des dommages a prédominé en s’établissant à 121,62 mds DA (88% de la totalité) contre 119,2 mds DA en 2016.  Quant aux assurances de personnes, elles ont connu une augmentation de près de 13% en se chiffrant à près de 13 mds DA contre11,46 mds DA. Par branche des assurances de dommages, le chiffre d’affaires de l’assurance automobile s’est chiffrée à 65,3 mds DA, soit près de 54% de la totalité de cette branche. Pour ce qui est des parts de marché, les sociétés publiques d’assurance ont raflé près de 74% du chiffre d’affaires global réalisé par le secteur des assurances en atteignant près de 90,26 mds DA, suivies des sociétés privées avec 28,43 mds DA (24%) et des sociétés mixtes avec près de 3 mds DA (2%). Par ailleurs, le total des sinistres réglés par les sociétés d’assurance s’est établi à 64,8 mds DA en 2017 contre 63,4 mds DA en 2016 (+2,3%). Le stock des sinistres à payer, à fin 2017, s’est élevé à 78,5 mds de DA, en hausse de 10,4% par rapport à 2016. Dans l’assurance dommage, les indemnisations versées par les sociétés ont atteint près de 62 mds DA en 2017 (+2% par rapport à 2016). Pour ce qui est du montant des sinistres réglés par les sociétés d’assurances de personnes, il a atteint près de 3 mds DA dont 63,3% consacrés à la branche prévoyance collective et 18,6% à l’assurance vie-décès.

Poursuivre la lecture

Algérie-Espagne-Danemark: les moyens de renforcer les relations économiques évoqués à Alger

juillet 17, 2018

ALGER – Le ministre du Commerce, Said Djellab a reçu, mardi au siège du ministère, dans deux audiences séparées, les ambassadeurs de l’Espagne, Santiago Cabanas et du Danemark, Julie Elizabeth Pruzan-Jirgensen, avec lesquels il a évoqué les moyens de renforcement des relations économiques, a indiqué un communiqué du ministère. Lors de ces deux rencontres, M. Djellab a passé en revue les relations économiques et commerciales entre l’Algérie et les deux pays et les moyens de les renforcer, outre les opportunités d’investissement disponibles, assurant que l’Algérie accordait un grand intérêt au renforcement de la coopération économique et commerciale avec les pays amis et à l’encouragement des projets d’investissement communs. Le ministre a évoqué, en outre, avec l’ambassadrice du Danemark, les principales questions qui intéressent les deux pays ami et les moyens de renforcer la coopération bilatérale dans les domaines commercial et économique, ce qui contribuera à la promotion et au développement des relations bilatérales et à l’augmentation de l’échange commercial, mettant en avant l’importance du marché danois pour l’Algérie. Le ministre du Commerce a appelé, également, à consentir davantage d’efforts pour développer et promouvoir les exportations algériennes vers le Danemark, notamment les exportations agro-alimentaires. Pour sa part, l’ambassadrice du Danemark a exprimé l’attachement de son pays à la consolidation des relations économiques, commerciales et d’investissement avec l’Algérie, avant de réitérer la disposition du Danemark à assister l’Algérie dans l’orientation de ses exportations vers le Danemark et l’Europe. Par ailleurs, l’ambassadeur de l’Espagne a affirmé que son pays œuvrait à l’élargissement de ses relations économiques avec l’Algérie et à soutenir la coopération et le partenariat au vu de l’intérêt accordé par les entreprises espagnoles au marché algérien et la préservation de leur place économique en Algérie en tant que deuxième client et quatrième fournisseur.

Poursuivre la lecture

Zemali : Consolider le partenariat entre la sécurité sociale et les professionnels de la santé

juillet 17, 2018

ALGER – Le ministre du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, Mourad Zemali a mis en avant, mardi à Alger, la nécessité de consolider le partenariat entre les praticiens conseils relevant des organismes de la Sécurité sociale et les médecins traitants afin d’améliorer la qualité des soins au profit des assurés sociaux tout en régulant les dépenses. S’exprimant lors des travaux de la 1ère rencontre ayant regroupé les médecins-prescripteurs et les praticiens conseils relevant des organismes de la Caisse Nationale des Assurances Sociales des Travailleurs Salariés (CNAS), M. Zemali a souligné la nécessité d’œuvrer à la « consolidation de la concertation et à l’instauration d’une nouvelle approche de collaboration et d’entraide entre ces médecins, en vue de développer la prévention et la qualité des soins au profit des assurés sociaux tout en régulant les dépenses ». M. Zemali a rappelé, dans ce contexte, que le nombre d’ordonnances médicales remboursées par la CNAS en 2017 s’est élevé à plus de 64 million ordonnances et que le nombre d’indemnités journalières concernant les arrêts de travail a dépassé les 14 millions au cours de l’année 2017, avec un coût de plus de 16 milliard de DA. Le ministre a indiqué que ces chiffres  » révèlent clairement l’existence de dépassements et d’un grand excès en terme de recours à ce droit par les assurés sociaux ». A ce titre, le ministre a souligné que la généralisation de la formule du médecin de famille ou du médecin traitant,  » permettra une meilleure prise en charge du patient et une rationalisation des dépenses grâce notamment aux relations solides entre l’assurance sociale et les médecins, et ce à travers un dispositif de conventionnement reposant particulièrement sur l’aspect relatif à la prévention et à la prescription des soins de santé selon les critères, ce qui permettra ainsi d’éviter les dépassements, la surconsommation des médicaments et les traitements médicaux redondants ». Le ministre a rappelé, à ce propos, que le système de la sécurité sociale reposait sur le principe de la solidarité intergénérationnelle, soulignant que les recettes provenant des cotisations des travailleurs et des personnels ne se limitaient pas au financement des assurances sociales, notamment les maladies, les congés de maternité, l’incapacité ou le décès, mais couvraient également d’autres indemnités, tels que les assurances contre les accidents de travail, les maladies professionnelles, la retraite et l’assurance- chômage. Il a, en outre, rappelé, que le système de sécurité sociale assurait  » une large couverture sociale au profit de plus de 39 million d’Algériens, en sus des autres catégories, notamment les démunis et les personnes aux besoins spécifiques, grâce à la contribution de l’Etat ». Lire aussi : Léger recul du taux de chômage à 11,1% (avril 2018) Le nombre de personnes bénéficiaires du système du tiers-payant , à savoir la carte « Chiffa », est passé de 800.000 bénéficiaires en 2001 à plus de 38 million bénéficiaires en 2018, a fait savoir M. Zemali, avant de rappeler que pour faciliter l’obtention des médicaments par ces bénéficiaires, un système de conventionnement a été mis place avec 11.241 pharmacies jusqu’en 2018, contre 7 pharmacies en 1999. Le ministre a indiqué que les dépenses de remboursement des médicaments […]

Poursuivre la lecture

Léger recul du taux de chômage à 11,1% (avril 2018)

juillet 17, 2018

ALGER – Le taux de chômage en Algérie a atteint 11,1% en avril 2018 contre 11,7% en septembre 2017, soit une baisse de 0,6 point entre les deux périodes, a appris mardi l’APS auprès de l’Office national des statistiques (ONS). Quant au nombre de la population en chômage, il a été estimé à 1,378 million de personnes (contre 1,440 million de personnes en septembre 2017 et 1,508 million de personnes en avril 2017). Le taux de chômage a atteint 9% auprès des hommes et 19,5% chez les femmes, tandis que des disparités significatives sont observées selon l’âge, le niveau d’instruction et le diplôme obtenu. Le taux de chômage des jeunes de la tranche d’âge 16-24 ans a ainsi atteint 26,4% contre 28,3% en septembre 2017, soit un recul de 1,9 point. Par ailleurs, la répartition des chômeurs selon le diplôme obtenu fait ressortir que 680.000 chômeurs n’ont aucun diplôme, soit près de la moitié de l’ensemble de la population en chômage (49,4%). Sur l’ensemble de la population en chômage, les diplômés de la formation professionnelle en constituent 25,7%, alors que les diplômés de l’enseignement supérieur en forment 24,9%. En moyenne, six (6) chômeurs sur dix (10) sont des chômeurs de longue durée, soit 59,2% cherchant un poste d’emploi depuis une année ou plus. Lire aussi : Plus de 51 milliards de DA de transactions commerciales non facturées (1er trimestre 2018) Les chômeurs sont toutes les personnes âgées de 16 à 59 ans, sans travail et qui ont déclaré être disponibles pour travailler et ont entrepris des démarches, sur la période considérée, en vue de trouver un emploi. Sur un autre plan, l’ONS signale qu’en avril 2018, le nombre de la population active a atteint 12,426 millions de personnes (contre 12,298 millions de personnes en septembre 2017). La population active (ou force de travail) est l’ensemble des personnes en âge de travailler et disponibles sur le marché du travail, qu’elles aient un emploi ou qu’elles soient en chômage. Selon l’ONS, la situation du marché du travail en avril 2018 s’est caractérisée essentiellement par une augmentation du volume de la population active par rapport à septembre 2017, avec un solde positif de 128.000 personnes. Il explique que cette variation est la résultante d’une augmentation plus conséquente du volume de la population occupée (avec un solde positif de 190.000), associée à une baisse du volume de la population à la recherche d’un emploi au cours de cette même période (une diminution de 62.000). Lire aussi : L’accès limité des filles à l’éducation engendre des pertes de 30.000 mds de dollars Quant à la population occupée (personnes ayant un emploi), elle a été estimée à 11,048 millions de personnes en avril dernier (contre 10,858 millions en septembre 2017). Les données sur la population occupée font ressortir une augmentation assez prononcée de la main d’œuvre masculine par rapport à septembre 2017, avec un solde positif de 180.000, alors que celle féminine a connu une quasi-stagnation. Les femmes ont constitué 17,9% de la population occupée totale en avril 2018, précise l’ONS. En outre, l’Office relève une augmentation du volume de l’emploi salarié notamment le salariat non […]

Poursuivre la lecture

l’Etat « déterminé » à poursuivre l’accompagnement des jeunes pour la création de micro-entreprises

juillet 17, 2018

SKIKDA- Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, Mourad Zemali, a affirmé lundi à Skikda que l’Etat reste « déterminé » à poursuivre l’accompagnement des jeunes pour la création de  micro-entreprises. Lors de sa visite à une micro-entreprise créée dans le cadre du dispositif de l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (Ansej), le ministre a relevé que « ces dispositifs d’aide à l’emploi ont diffusé l’esprit entrepreneurial parmi les jeunes et ont porté leurs fruits en participant à la création de richesses et d’emplois ». Concernant les métiers pénibles et leur classification, M. Zemali a indiqué qu’ »une commission technique a été créée,  il y 7 mois et oeuvre d’une manière régulière à étudier et élaborer les critères définissant et classifiant les métiers pénibles », assurant qu’ »il y aura concertation avec les divers partenaires économiques et sociaux et les représentants de la société civile pour parvenir à un consensus sur ces métiers ». « La liste des métiers pénibles élaborée sera préliminaire en tenant compte de l’évolution des sciences et des technologies », a ajouté le ministre.  Le ministre a exhorté les entreprises économiques à procéder à la permanisation des jeunes travaillant dans le cadre du dispositif d’aide à l’insertion professionnelle.  Lire aussi: Micro-entreprises: nouvelles facilitations pour les jeunes de la communauté nationale Il a également estimé que « la décision de geler la permanisation au niveau des administrations est due au fait que cette opération est soumise à diverses lois et concours, assurant que le ministère de tutelle tente de transférer ces travailleurs vers le secteur économique » et encourage, en même temps, les jeunes à faire preuve d’initiative et créer leurs propres micro-entreprises que le ministère, a-t-il indiqué, est disposé à accompagner. M.Zemali a estimé que la Caisse nationale des retraites (CNR) se trouve en situation de « déséquilibre financier » pour diverses causes et fait face à « un déficit d’environ 50 % ». L’Etat algérien est intervenu courant 2018 pour affecter environ 500 milliards DA pour couvrir ce déficit, a ajouté M. Zemali qui a fait état de grands efforts déployés au niveau du système de sécurité sociale pour trouver d’autres modes de financement de cette caisse. Le ministre a inauguré une annexe des prothèses auditives de l’Office national d’appareillages et accessoires pour handicapés (ONAAPH) au niveau du centre de paiement de l’agence de Skikda de la CNAS (caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés) appelée à prendre en charge 1.500 personnes souffrant de problèmes auditifs. L’antenne devra notamment assurer la disponibilité des appareillages auditifs et éviter aux patients de se déplacer à Constantine pour les acquérir. Il a été à ce jour procédé à l’ouverture à l’échelle nationale de 27 annexes de prothèses auditives qui seront généralisés à la plupart des wilayas avant la fin de l’année en cours en attendant la formation au niveau de l’école supérieure de la sécurité sociale d’un second groupe de médecins qui prendront en charge ces patients, a indiqué le ministre en soulignant que l’ONAAPH assure la prise en charge de plus d’un demi-million  d’algériens à besoins spécifiques dont la couverture sociale est assurée à  100 %. M.Zemali a présidé la cérémonie de signature d’une convention de […]

Poursuivre la lecture

Plus de 51 milliards de DA de transactions commerciales non facturées (1er trimestre 2018)

juillet 16, 2018

ALGER – Le montant des transactions commerciales non facturées mises au jour par le ministère du Commerce a atteint 51,32 milliards de dinars durant le premier semestre de l’année 2018, a appris lundi l’APS auprès de ce ministère. Ce montant a été découvert grâce aux 528.995 interventions effectués par les services de contrôle, ayant permis la constatation de 79.067 infractions et l’élaboration de 75.609 procès-verbaux. Le plus grand taux d’infractions a trait au défaut de publicité des prix (44,16%), l’opposition au contrôle (6,18%) et défaut de registre de commerce (5,64%). S’agissant des mesures administratives conservatrices, il a été procédé à la saisie de marchandises pour une valeur de 4,06 milliards DA et la fermeture administrative de 6.961 locaux de commerce pour diverses infractions aux règles commerciales, notamment le défaut de registre de commerce. En matière de contrôle de la qualité et de la répression des fraudes, ces interventions ont donné lieu à la constatation de 46.931 infractions aux règles relatives à la protection du consommateur et à l’élaboration de 44.515 procès-verbaux d’infractions. Les services de contrôle ont effectué 425.620 interventions sur le marché, ayant permis de relever 46.330 infractions donnant lieu à l’établissement de 44.275 procès-verbaux à l’encontre des contrevenants opérant aux différents stades de la mise à la consommation des produits. L’examen des résultats enregistrés fait ressortir que la majorité des interventions demeure orientée, de façon notable, vers l’objectif de la réduction du risque alimentaire qui représente à lui seul 251.522 interventions par rapport à l’activité globale. Lire aussi : Développer la filière tomate industrielle et arrêter l’importation du triple concentré de tomate La sécurité des produits et l’obligation de l’information du consommateur totalisent, quant à elles, 174.098 interventions de l’activité de contrôle de la qualité. Selon la même source, les contrôles opérés se sont traduits par la constatation de 46.330 infractions, dont 35.839 pour la réduction du risque alimentaire et 10.491 pour la maîtrise de la sécurité des produits ainsi que l’obligation de l’information du consommateur. Refus d’admission de 505 cargaison sur le territoire national  A ce propos, les infractions principales relevées sur le marché ont concerné le défaut d’hygiène et de salubrité (47,41 %), la tromperie ou tentative de tromperie du consommateur (13,79%) et absence de l’autocontrôle (12,16%). Au titre des mesures conservatoires, il a été procédé à la saisie de marchandises non-conformes d’une valeur de 762,40 millions DA, le blocage aux frontières de cargaison pour une quantité de 21.376 tonnes de produits non-conformes d’une valeur de 7.396 millions DA et la fermeture de 1.884 locaux de commerce. S’agissant du contrôle de la conformité des produits importés, il a été procédé à l’examen de 34.294 dossiers d’importation pour une quantité de 14,939 millions de tonnes. Cela a donné lieu au refus d’admission sur le territoire national de 505 cargaisons pour une quantité de 21.376 tonnes représentant une valeur globale de 7.396 millions DA. Un total de 240 dossiers de poursuites judiciaires ont été élaborés à l’encontre des importateurs défaillants. Dans le domaine du contrôle analytique, il ressort de l’état des prélèvements d’échantillons, un nombre total de 8.140 prélèvements, dont 602 échantillons se sont avérés non-conformes, ce qui […]

Poursuivre la lecture

Tiaret: la SAFAV-MB livre 554 véhicules de marque Mercedes Benz

juillet 16, 2018

TIARET – Quelque 554 véhicules, produits par la Société algérienne de fabrication de véhicules Mercedes Benz (SAFAV-MB), basée à Aïn Bouchekif (Tiaret) ont été livrés lundi à plusieurs institutions et des organismes privés. Ce nouveau quota est composé de 294 véhicules de type C tout terrain et 260 autres de type Sprinter. Le protocole de livraison du quota de la direction centrale du matériel du Ministère de la défense nationale est composée de 313 véhicules dont 272 de type C et 41 de type Sprinter aménagés aux diverses missions a été signé par le Chef du comité de livraison du matériel de la direction de la SAFAV, le colonel Touhami Redaoui, qui a indiqué que ce quota acquis est destiné à renforcer les moyens des unités de l’ANP. La direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a reçu 101 véhicules de type Sprinter, dont 52 véhicules aménagés en laboratoires de la police scientifique. Le commissaire de police Karim Habba, chargé de l’expertise au niveau du département biologique à la DGSN, a souligné que ces laboratoires sont destinés aux directions des sûretés de wilaya et des laboratoires régionaux d’Oran et Constantine outre le laboratoire central d’Alger. Il a relevé que l’acquisition de ces véhicules s’inscrit dans le cadre de la modernisation de la police scientifique et pour réduire la durée d’expertise technique de la scène du crime. Pour sa part, le représentant de l’Entreprise nationale des travaux de forage relevant du groupe Sonatrach, l’ingénieur principal Omar Lebsis a rappelé que son entreprise avait acquis au total 165 véhicules de type Sprinter depuis 2015, au lancement de la production de la SAFAV-MB. La DG de la protection civile a reçu, quant à elle, un quota de 26 véhicules entrant dans le cadre d’une commande de 210 ambulances de type C, 46 véhicules de conduite et 97 camions d’extinction. Le directeur général par intérim de la SAFAV-MB d’Ain Bouchekif a annoncé que d’autres quotas de 58 véhicules de cette marque ont été livrés à la DG d’Algérie Poste, 17 ambulances au ministère de la justice, 10 véhicules à la direction de l’administration locale de la wilaya de Tébessa et 10 véhicules à des opérateurs privés. La même source a souligné que la production, depuis le début de l’année en cours, a été de l’ordre de 2.400 véhicules dont 1.400 de type Sprinter et 1.000 de classe C, en plus de la fabrication de 8.000 véhicules utilitaires, 5.000 de type C. La SAFAV-MB est issue d’une joint-venture entre la SNVI (17%), le Ministère de la défense nationale (34%) et le Fonds émirati Abar avec un taux de 49% en plus du partenaire technologique Daïmler. L’usine a été inaugurée, en octobre 2014, par le Vice-ministre de la défense nationale et Chef d’Etat-major de l’ANP, le Général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah. L’objectif est de contribuer au développement et à la diversification de l’économie nationale.

Poursuivre la lecture

Coopération douanière: tenue de la Commission mixte algéro-mauritanienne à Nouakchott

juillet 16, 2018

ALGER – La Commission mixte algéro- mauritanienne de coopération douanière se tiendra mardi, 17 juillet en cours, avec la participation de directeur général des Douanes Algériennes, Farouk Bahamid, a indiqué lundi un communiqué des Douanes. Cette rencontre de deux jours s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord signé entre le gouvernement algérien et le gouvernement mauritanien, le 8 novembre 2017 à Nouakchott, relatif à la création d’un poste frontalier terrestre au niveau de la bande frontalière commune, PK 75, précise la même source. Ce poste est de nature à contribuer à sécuriser les frontières, faciliter la circulation des personnes et des marchandises  et de promouvoir les échanges commerciaux entre les deux pays. Ce projet s’inscrit également dans le cadre des recommandations de l’Organisation mondiale des douanes relatives aux contrôles coordonnés des frontières, note le communiqué.

Poursuivre la lecture