CARE est un espace de rencontres de type « think-tank »

Ressources en eaux: l’Algérie a rattrapé son déficit en matière d’accès aux services d’eau potable et d’assainissement

septembre 18, 2018

ALGER- Le ministre des Ressources en Eaux, Hocine Necib a indiqué, mardi à Alger, que l’Algérie avait rattrapé son déficit en matière d’accès aux services d’eau potable et d’assainissement dont le taux de raccordement à leurs réseaux a atteint 91%. Lors de son audition par la Commission de l’Agriculture, de la Pêche et de la protection de l’Environnement à l’Assemblée populaire nationale (APN), en présence de son président, Touahria Abdelbaki El Miliani, le ministre a affirmé que « l’Algérie produit annuellement 3,6 milliards m3 d’eau potable distribués par un réseau de 127.000 km, tandis que la longueur du réseau national d’assainissement est de 47.000 km ». Concernant le nombre des stations d’assainissement au niveau national, le ministre a fait état de 187 stations, d’une capacité de traitement globale de plus de 860 millions m3/an ». Il a dit que l’eau distribuée sur les réseaux d’approvisionnement était « saine et potable », indiquant que son secteur dispose de 198 laboratoires d’analyses d’eaux à travers le territoire national. Il a rappelé que « l’Algérienne des Eaux (ADE) a utilisé, durant le premier semestre de cette année, près de 14,500 tonnes de produits chimiques dans le traitement des eaux et a effectué, durant la même période, 122.000 analyses bactériologiques et 125.000 analyses physico-chimiques, en sus de l’épuration de plus de 5000 infrastructures hydriques ». S’agissant de la déclaration de cas de choléra en Algérie, M. Necib a précisé que « ses services ont pris toutes les mesures préventives nécessaires, en coordination avec le secteur de la Santé et des Collectivités locales ». Parmi les mesures prises, le ministre a cité l’élévation du niveau de vigilance dans le contrôle de la qualité d’eau distribuée sur les réseaux publics notamment les réseaux gérés par l’ADE et la Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (SEAAL) à Bouira, Tipasa, Alger et Blida.   A ce propos, les opérations de contrôle et d’analyse d’échantillons d’eau ont été intensifiées, sachant que le nombre d’analyses effectuées du 7 août dernier à ce jour, dépasse les 4.000 à travers ces quatre wilayas, avec une moyenne de 95 analyses/jour.  Lire aussi: Ressources en Eau: Necib satisfait de l’avancement de projets structurants dans la capitale Le ministre a précisé que des instructions strictes avaient été adressées aux unités relevant de l’Office national d’assainissement pour mobiliser ses potentialités et ses équipements en vue d’aider les services des wilayas et des communes dans les quatre wilayas concernées,  dans le but de procéder aux opérations d’épuration et d’assainissement des cours et rives des oueds. S’agissant des surfaces irriguées, le premier responsable du secteur a tenu à rappeler la réalisation de 36 barrages, indiquant que cinq autres étaient en cours de réalisation, pour atteindre un total de 85 barrages aux capacités de stockage avoisinant les 9 milliards m3. Necib a, par ailleurs, fait état de la réalisation de sept systemes des grands transferts (Beni Haroun, le Chott ouest, les Hauts Plateaux, Mostaganem, Arzew et Oran), permettant l’irrigation de près de 100.000 hectares au niveau de 11 wilayas. 156 stations d’assainissement ont été réalisées, a-t-il poursuivi, pour atteindre un parc national qui compte 187 structures en mesure d’assurer le traitement de 860 m3, dont 400 millions m3 utilisables (600 […]

Poursuivre la lecture

Incident du vol AH4006 reliant Alger-Dubaï: aucune explosion n’a été enregistrée (Air Algérie)

septembre 18, 2018

ALGER- Le vol AH4006 d’Air Algérie, devant relier dimanche dernier Alger à Dubaï, a été interrompu suite à « l’ingestion d’oiseaux par un des réacteurs » durant le décollage et n’a enregistré « aucune explosion », a appris mardi l’APS auprès d’un responsable de la compagnie nationale de transport aérien. « Contrairement aux informations relayées par certains médias, relatives à un incident survenu au décollage de l’aéroport d’Alger Houari-Boumediene, faisant état de l’explosion d’un réacteur, suivi d’un mouvement de panique à bord d’un avion d’Air Algérie, la compagnie tient à démentir formellement ces informations et à apporter des clarifications », a-t-il expliqué. Selon lui, le commandant de bord du vol AH4006 a « effectivement interrompu son décollage en raison de l’ingestion d’oiseaux par un des réacteurs durant le décollage, précisant qu’ »aucune explosion de quelque nature qu’elle soit n’a été enregistrée ». « Seul le panneau acoustique du réacteur en question a été endommagé durant l’incident », a fait savoir le même responsable. « L’opération s’est déroulée avec le plus grand professionnalisme de l’équipe, tant technique que commercial et sans aucun mouvement de panique, tel que rapporté », a-t-il dit.  Ce responsable a tenu, cependant, à souligner que « dorénavant, toute information tendancieuse touchant à la réputation d’Air Algérie en matière de sécurité des vols ne sera plus tolérée », affirmant au nom de la compagnie que « des mesures seront prises à cet effet ».    

Poursuivre la lecture

Le partenariat public-privé, une alliance à encourager pour réussir les réformes économiques

septembre 18, 2018

CONSTANTINE – Le partenariat public-privé (PPP) constitue une « alliance » à encourager pour « préserver les acquis de l’Algérie et réussir les réformes économiques en cours », a estimé mardi à  Constantine le président directeur général (PDG) du groupe industriel Condor, Abderrahmane Benhamadi. Le processus (PPP), mis en avant par l’Etat algérien, permet au marché national de s’épanouir en « s’appuyant sur ses propres potentialités et ressources », a relevé le même responsable, invité du forum du quotidien « An Anasr ». Insistant sur l’importance de préserver l’outil national de production, l’intervenant au cours du forum a souligné l’importance d’une gestion économique « scientifique et décentralisée basée sur une vision prospective qui prenne en considération tous les indicateurs nécessaires pour un développement durable, à l’instar de la formation ». Dans ce sens, M. Benhamadi a indiqué que le groupe Condor est déjà présent dans le cadre du PPP à travers l’Enicab de Biskra (Entreprise des industries du câble), soulignant que l’entreprise réalise un taux de croissance « nettement meilleur ». Lire aussi: Smart cities: le partenariat public-privé et les startups pour concrétiser les projets Estimant que la ressource humaine demeure le « véritable capital » dans toute équation économique, le même intervenant a indiqué que la protection de la production nationale « passe nécessairement par la promotion de la norme et de la qualité ». Evoquant l’industrie des panneaux photovoltaïques, M. Benhamadi a indiqué qu’un programme de mise à niveau de l’unité de production des panneaux solaires a été concrétisé avec l’objectif, a-t-il attesté, « d’améliorer la qualité du produit et d’en réduire le coût ». Lire aussi: Partenariat public-privé: examen du financement de 4 projets d’infrastructures de transport L’opérateur économique a ajouté que le groupe industriel qu’il représente œuvre à satisfaire la demande nationale en la matière et propose une gamme de panneaux solaire « alliant qualité et prix », avant d’appeler à développer les compétences et les connaissances pour réduire l’importation de la matière première indispensable à cette industrie.

Poursuivre la lecture

Algérie-UE: Le programme DIVECO2, un instrument d’appui pour améliorer la gestion des ports et les abris de pêche

septembre 18, 2018

ALGER 18 -Le programme d’appui à la mise en œuvre de la réforme de la gestion des ports et abris de pêche DIVECO2 permettra à l’Algérie d’améliorer davantage la gestion de ses infrastructures portuaires, a indiqué mardi à Alger le directeur général de la pêche et de l’aquaculture auprès du ministère de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche,Taha Hammouche. « D’un montant de 15 millions d’euros, le programme DIVECO 2 dédié au secteur de la pêche, dans le cadre de la convention entre l’Algérie et l’Union européenne pour soutenir la diversification de l’économie dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture, comporte un volet sur la réforme de la gestion portuaire où des experts ont été chargés d’identifier les carences et nous présenter une feuille de route qui nous permettra  d’adapter les services des ports aux besoins des utilisateurs », a expliqué M. Hammouche lors d’un atelier sur l’appui à la mise en œuvre de la réformes de la gestion des ports et abris de pêche, tenu à Alger. « L’objectif, a-t-il précisé,  c’est d’améliorer la gestion de ces espaces où se rencontre beaucoup d’intervenants dont les professionnels de la pêche, les services des gardes côtes, les services de contrôle vétérinaire, les ramendeurs, les chantiers navales. Tous ces utilisateurs influent sur l’utilisation de ces espaces et profitent de leur  bonne gestion ». Hammouche a souligné par ailleurs les « améliorations notables » enregistrées dans ce domaine et les investissements consentis depuis près de 20 ans pour améliorer les services portuaires. « Une vingtaine de ports et abris de pêche seulement recensés en 2000, aujourd’hui en compte 44 environs », a-t-il fait valoir, en soulignant que cette augmentation répond à la croissance des unités de pêche qui est passée de 2.000 à plus de 5.000 unités. Les  experts en charge de ce programme ont réalisé des visites techniques sur la  plupart des ports de pêche du littoral algérien, afin d’examiner les équipements  et services présents sur  les sites et faire une évaluation de la situation.  Au terme de leur travail, ils ont élaboré une feuille de route qui comporte plusieurs conseils susceptibles d’améliorer la gestion des ports et abris de pêche, selon les explications de la directrice du projet DIVECO2, Nadia Bouhafs.  Lire aussi: Aquaculture: l’Algérie dispose d’atouts l’habilitant à se placer sur le marché méditerranéen Outre l’appui et l’amélioration des capacités institutionnelles de la gestion des ports et abris de pêche et le développement durable du secteur, cet accord qui a démarré en 2015 a également  comporté des actions d’appui dans le domaine de la formation dans le secteur, fourniture d’équipements et de matériels au profit du laboratoire de contrôle et d’analyse des produits de pêche et de l’aquaculture, a-t-elle précisé. Parmi les insuffisances enregistrées par les experts en termes de gestion des ports, il y a l’importance du nombre de factures impayées pour les services présentés par les ports (80% sur certains ports).  Mme Leslie Wisman, un des experts désignés pour le programme DIVECO2, a fait remarquer par ailleurs une absence de traçabilité des opérations financières liées à la première mise en vente du produit et une méconnaissance par l’Entreprise de gestion des ports […]

Poursuivre la lecture

Ouargla : un projet semi-industriel de rénovation de moteurs pétroliers et industriels en voie de concrétisation

septembre 18, 2018

OUARGLA- Une projet semi-industriel spécialisé dans la rénovation et la remise à neuf de moteurs pétroliers et industriels entrera bientôt en phase de concrétisation à Ouargla par Bergerrat Monnoyeur Algérie (BMA), a-t-on appris mardi à Ouargla auprès des responsables de cette société étrangère. Doté d’un financement global de 20 millions de dollars (USD), ce projet vise essentiellement le transfert de savoir-faire dans le domaine, a précisé à l’APS le directeur général de BMA, Christophe Richard, en marge d’une cérémonie de présentation du projet. Projeté sur une superficie de 40.000 m2 au niveau de la commune de Hassi Ben-Abdallah (Une vingtaine de km d’Ouargla), dont prés de 7.000 m2 bâtis, cet investissement consiste notamment en la réalisation d’un atelier de rénovation ainsi qu’un centre de formation de techniciens et de conducteurs d’engins, a-t-il expliqué. S’agissant de l’impact social, le projet générera environ 200 postes d’emploi directs et indirects dans divers domaines techniques et logistiques, notamment au profit de la main d’£uvre locale, selon le responsable. La réalisation de ce projet, qui se fera selon les normes internationales, y compris le respect de l’environnement, entre dans le cadre de la politique de BMA qui s’emploie à améliorer son service et répondre aux demandes précises de ses clients, a-t-il souligné. Les procédures administratives liées à la concrétisation de ce projet, qui s’étalera sur une durée d’un an, ont été achevées, a indiqué le directeur de l’industrie et des mines de la wilaya d’Ouargla, Djamel-Eddine Tamentit. Présente en Algérie depuis 1976, BMA assure la distribution exclusive de plusieurs marques (engins et machinisme), notamment Caterpillar, ainsi que le service après-vente et la maintenance et la reconstruction de véhicules industriels, groupes électrogènes et moteurs industriels et marins, a-t-on fait savoir lors de la cérémonie de présentation du projet. L’investissement et le déploiement à travers le territoire algérien constituent l’une des priorités de BMA qui s’attèle à travers cela à satisfaire les besoins de ses clients et ne cesse de se développer en Algérie à travers l’ouverture d’ateliers dans différentes wilayas, à l’instar d’Oran, Constantine, Sétif et Ouargla (Hassi-Messaoud), signale-t-on.

Poursuivre la lecture

Yousfi s’entretient avec le ministre émirati de l’Economie sur la coopération industrielle

septembre 18, 2018

ALGER- Le ministre de l’Industrie et des mines, Youcef Yousfi, a reçu lundi à Alger le ministre émirati de l’Economie, Soltane Ben Saïd El Mansouri, avec qui il a discuté des moyens de renforcement de la coopération bilatérale dans les domaines industriel et minier, a indiqué le ministère dans un communiqué. Lors de cet entretien, les deux parties ont mis en exergue les potentialités de partenariat qu’offre le marché algérien et ont convenu d’impulser une nouvelle dynamique au partenariat industriel, notamment dans les secteurs de l’électronique, de la chimie et du numérique, selon la même source. Lire aussi: La Commission mixte algéro-émiratie a donné un nouveau souffle à la coopération bilatérale Le ministre émirati a affiché l’intérêt de son pays au marché algérien qui constitue une plateforme pour exporter vers le marché africain, ajoute le communiqué. Le ministre émirati de l’Economie avait effectué lundi une visite de travail en Algérie dans le cadre de la tenue de la 14ème session de la commission mixte algéro-émiratie.

Poursuivre la lecture

Guitouni et le ministre émirati de l’Economie évoquent la coopération énergétique

septembre 18, 2018

ALGER- Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a reçu lundi à Alger le ministre émirati de l’Economie, Soltane Ben Saïd El Mansouri, avec lequel il a évoqué le renforcement de la coopération dans le domaine énergétique ainsi que l’évolution des marchés pétroliers, a indiqué le ministère dans un communiqué Les deux parties ont évoqué la nécessité d’intensifier la coopération bilatérale entre les deux pays dans le domaine énergétique et d’explorer les opportunités d’investissements, notamment dans l’exploration et le développement des capacités de production des hydrocarbures. Cette rencontre intervient dans le cadre de la visite de M. Soltane Ben Saïd El Mansouri en Algérie à l’occasion de la tenue de la Commission mixte algéro-émiratie. Guitouni et le ministre émirati ont également abordé d’autres volets de coopération liés aux énergies renouvelables, à la formation et aux échanges d’expériences entre les deux pays. Ils se sont par ailleurs félicités de la qualité des relations liant les deux pays et ont appelé à examiner les meilleures opportunités pour renforcer leur partenariat, note la même source. A ce titre, les deux ministres ont mis en avant les opportunités qu’offrent des partenariats stratégiques dans des segments nouveaux aux perspectives prometteuses telles que l’ingénierie des connaissances et le e-commerce comme moteur de développement, et ce, afin de réussir la conversion des économies et leur diversification. lire aussi: Algérie-Emirats arabes unis: vers la consolidation du partenariat dans le secteur du tourisme Par ailleurs, les deux parties ont abordé l’évolution des marchés pétroliers et le rôle des pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et non OPEP dans leur stabilisation à moyen et long terme. A ce sujet, les ministres se sont félicités de la coopération et des concertations continues entre les deux pays en faveur d’un marché pétrolier équilibré. Pour rappel, la 10ème réunion du Comité ministériel conjoint de suivi de l’accord de réduction de la production pétrolière des pays de l’OPEP et non-OPEP (JMMC) se tiendra le 23 septembre en cours à Alger.

Poursuivre la lecture

Ouyahia reçoit le ministre émirati de l’Economie

septembre 18, 2018

ALGER – Le premier ministre, Ahmed Ouyahia, a reçu mardi à Alger le ministre émirati de l’Economie, Soltane Bensaïd El Mansouri, qui effectue une visite de travail en Algérie dans le cadre de la tenue de la 14ème session de la Commission mixte Algéro-Emiratie, indique les services du Premier ministre dans un communiqué. L’audience s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, ajoute la même source. La 14e session de la Commission mixte algéro-émiratie présidée par MM. Messahel et El Mansouri, a été couronnée par la signature de quatre conventions de coopération bilatérale dans les secteurs des Affaires religieuses, de la Culture, des Travaux publics et de l’Industrie. Il a été, à ce propos, convenu d’organiser une rencontre entre la Commission d’organisation des opérations de Bourse et son homologue émiratie en mars 2019, ainsi qu’une réunion pour la commission en douane entre les deux pays durant la même année. Il a été également convenu d’organiser une rencontre entre les hommes d’affaires des deux pays en Algérie durant l’année 2019.

Poursuivre la lecture

La Commission mixte algéro-émiratie a donné un nouveau souffle à la coopération bilatérale

septembre 18, 2018

  ALGER – Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel a affirmé, lundi à Alger, que les résultats de la 14e session de la Commission mixte algéro-émiratie permettront de donner un « nouveau souffle » à la coopération entre les deux pays. S’exprimant à la clôture des travaux de la 14e session de la Commission mixte algéro-émiratie, le ministre a indiqué que « cette session permettra sans doute de donner un nouveau souffle à notre coopération bilatérale, et ce à la faveur des résultats concrets et pratiques qui ont couronné cette édition ». Lire aussi: Commission mixte algéro-émiratie: signature de quatre conventions de coopération Il a ajouté que ces résultats « traduisent la réelle volonté qui nous anime pour aller de l’avant vers la réalisation d’une complémentarité économique, culturelle et scientifique ». Les quatre accords de coopération signés au terme de cette session sont « de nouvelles pierres qui viennent renforcer le riche arsenal juridique qui encadre la coopération entre les deux pays », a estimé le chef de la diplomatie algérienne. Ce cadre devra s’enrichir davantage, à l’avenir, à la faveur de la signature de projets d’accords, de mémorandums et d’autres programmes exécutifs discutés lors de cette session, a ajouté M. Messahel. Il a relevé, par ailleurs, que la mise en place du Conseil d’affaires algéro-émirati permettra « sans doute » d’augmenter le volume d’échange commercial entre les deux pays et inciter les hommes d’affaires et opérateurs économiques, publics et privés, à élargir le partenariat économique. Pour sa part, le ministre émirati de l’Economie, Soltane Ben Said El Mansouri a qualifié la session de « riche », de part les discussions et les rencontres organisées en marge de l’évènement. Lire aussi: Commission mixte algéro-émiratie: l’Algérie attachée à conférer davantage d’efficacité à l’action commune  La Commission mixte s’emploie à construire de nouvelles bases à partir de la vision stratégique des deux pays dans différents secteurs, à leur tête le tourisme, l’industrie et l’agriculture, a affirmé le responsable émirati. Abordant la coopération de le secteur de l’agriculture, M. El Mansouri a souligné la volonté de son pays à asseoir un partenariat de haut niveau qui fera des EAU la porte d’entrée des exportations agricoles algériennes vers la région. M. Messahel et le ministre émirati de l’Economie ont signé, au terme de la 14e session de la Commission mixte, quatre documents devant consolider la coopération entre les deux pays. Il s’agit du programme exécutif de l’accord de coopération entre l’Algérie et les EAU dans le domaine des Affaires religieuses et des Wakfs pour 2019-2020. Le programme exécutif de la convention de coopération culturelle entre les deux pays pour la période 2018-2020 et un mémorandum d’entente relatif à la coopération dans le domaine des infrastructures. Un mémorandum de coopération technique a été également signé entre l’Institut algérien de normalisation et l’Autorité émiratie de standardisation et de métrologie. Lire aussi: Le ministre émirati de l’Economie met en exergue les atouts économiques et touristiques de l’Algérie Il a été, en outre, convenu d’organiser une rencontre entre les hommes d’affaires des deux pays en Algérie en 2019, et une autre entre la Commission d’organisation des opérations de Bourse et son homologue émiratie en mars 2019, ainsi qu’une réunion pour la commission des […]

Poursuivre la lecture

Les observatoires, instruments de dialogue et de concertation autour des réformes économiques. Lamine BENGHAZI-Zine BARKA. 24/09/2018

septembre 18, 2018

A un moment où les ressources financières se font de plus en plus rares, la levée des obstacles qui entravent l’investissement, les IDE, la production, le commerce et la lutte contre les pratiques informelles se posent comme des préalables à une croissance forte et durable. 

Poursuivre la lecture