CARE est un espace de rencontres de type « think-tank »

Pétrole: le panier de l’OPEP à 72,47 dollars le baril

mai 21, 2019

ALGER – Le prix du panier de quatorze pétroles bruts, qui sert de référence à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a reculé  à 72,47 dollars le baril lundi, contre 72,57 dollars la veille, a indiqué mardi l’Organisation pétrolière sur son site web. Introduit en 2005, le panier de référence de pétrole brut de l’OPEP (ORB) comprend actuellement le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola), Djen(Congo),Oriente (Equateur), Zafiro (Guinée Equatoriale),Rabi light (Gabon), Iran Heavy (Iran),Basra Light (Irak), Kuwait Export ( Koweït), Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigéria), Arab Light (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et Mery (Venezuela). La moyenne du prix du panier de l’OPEP a connu une hausse de 4,41 dollars en avril comparativement à celle de mars, pour atteindre 70,78 dollars le baril (+6,6%), son plus haut niveau en six mois, selon le dernier rapport mensuel de l’OPEP. Les  cours de l’or noir ont terminé la séance de lundi  en ordre dispersé après un appel de l’Arabie saoudite, membre principale de l’OPEP à prolonger l’accord de limitation de la production . Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a fini à 71,97 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour le contrat de juin a gagné 34 cents à 63,10 dollars. « Nous voyons que les stocks (de pétrole) augmentent », or « aucun de nous ne veut voir les stocks enfler de nouveau », comme en 2018, a déclaré dimanche le ministre de l’Energie saoudien Khaled al-Faleh à Jeddah en Arabie saoudite, où s’est tenu la 14éme réunion du Comité ministériel conjoint de suivi de l’accord OPEP-non OPEP (JMMC). Lire aussi: Accord OPEP-non OPEP: un taux de conformité record de 168% en avril Co-présidé par le Royaume d’Arabie Saoudite et la Russie, le JMMC est composé également de l’Algérie, les Emirats arabes unis, l’Iraq,  le Kazakhstan, le Koweït, le Nigéria et le Venezuela. Ce Comité a réaffirmé son engagement à réaliser un marché équilibré et à œuvrer de manière durable pour la stabilité du marché pétrolier avec des fondamentaux solides. L’Organisation avait convenu en décembre 2018 avec dix pays producteurs non-OPEP, la Russie à leur tête, d’une baisse conjointe de leur production de 1,2 million de barils/jour à partir du 1er janvier 2019, pour une période de six mois, avec une réduction de 800.000 barils/jour par l’OPEP et de 400.000 barils/jour par ces pays producteurs non-OPEP. Le JMMC a demandé au Comité technique mixte et au secrétariat de l’OPEP de continuer à suivre et à analyser les évolutions du marché pétrolier et, en particulier, les projections d’inventaire pétrolier au cours des prochaines semaines, en vue de la recommandation de la prochaine réunion du JMMC à la Conférence de l’OPEP et à la réunion ministérielle de l’OPEP, prévue en juin 2019, sur les mesures que devraient prendre les pays participants pour le second semestre de 2019. La  176e conférence de l’OPEP programmée est prévue pour le 25 juin, tandis que la sixième rencontre ministérielle des pays OPEP et non OPEP le 26 juin 2019. La 15e réunion du JMMC devrait également avoir […]

Poursuivre la lecture

Les gérants de nouvelles minoteries observent un sit-in devant le ministère de l’Agriculture

mai 20, 2019

ALGER – Les gérants de trente-six (36) nouvelles minoteries ont observé, lundi, un sit-in devant le siège du ministère de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche pour exiger des quotas de blé tendre leur permettant de démarrer la production, a constaté l’APS sur place. Dans une déclaration à l’APS, le représentant des gérants de ces minoteries, Abbou Boulenouar a indiqué que l’objectif de cette action était d’exiger de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) d’approvisionner ces minoteries en blé tendre leur permettant de lancer la production. Réalisées avant 2014, ces minoteries n’ont pas lancé la production en raison du retard dans la délivrance des agréments par le ministère de l’Industrie, a expliqué la même source. Ce retard, poursuit M. Boulenouar,  a causé des pertes à ces minoteries dues notamment au cumul des factures et aux travaux de maintenance des machines et équipements. La majorité de ces minoteries se trouve dans les wilayas d’Oran, Relizane, Ain Temouchent, Said, Bordj Bou Arreridj, Djelfa, Sétif, El Tarf et Tebessa.   Des responsables du ministère de l’Agriculture devraient recevoir, lundi soir, les représentants des gérants des minoteries, a indiqué M. Boulenouar.

Poursuivre la lecture

Djellab évoque la coopération économique avec l’ambassadeur d’Ethiopie

mai 20, 2019

ALGER – Le ministre du Commerce, Said Djellab, a reçu lundi à Alger l’ambassadeur de la République fédérale démocratique d’Ethiopie en Algérie, Amin Abdulkadir, avec lequel il a évoqué la coopération économique et les échanges commerciaux bilatéraux, a indiqué le ministère dans un communiqué. Rappelant « l’excellente relation d’amitié et de coopération entre les deux pays », M. Djellab a examiné avec l’ambassadeur d’Ethiopie « les moyens susceptibles de renforcer et de développer la coopération économique et les échanges commerciaux entre l’Algérie et l’Ethiopie, notamment les exportations hors hydrocarbures algériennes vers l’Ethiopie ». Pour sa part, l’ambassadeur éthiopien a « félicité les relations d’amitié et de coopération entre les deux pays » et exprimé « la volonté de son pays de consolider davantage ces liens ». Les deux parties ont, en outre, insisté sur l’importance du renforcement des rencontres entre les opérateurs économiques algériens et éthiopiens, ainsi que l’organisation de foires et d’expositions leur permettant d’examiner les opportunités de partenariats et d’investissements dans différents domaines, a noté le communiqué.

Poursuivre la lecture

Près de 200.000 logements fin prêts en attente du parachèvement des travaux de voirie

mai 20, 2019

ALGER – Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Beldjoud a affirmé, lundi à Alger, que près de 200.000 logements, toutes formules confondues, étaient fin prêts en attente du parachèvement des travaux d’aménagement extérieur (voirie et réseaux divers VRD). « L’Etat a affecté des enveloppes financières pour la réalisation des logements et des travaux VRD et il ne reste que l’entame de ces travaux et l’aménagement des nouvelles cités afin de pouvoir attribuer les logements à leurs propriétaires », a précisé M. Beldjoud en marge d’une réunion de concertation coprésidée avec le ministre des Ressources en eau, Ali Hammam, et consacrée à l’examen et l’accompagnement du développement des nouveaux pôles urbains en terme d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement des eaux usées.               Soulignant que les services de son département « ne livreront pas les logements des nouvelles cités aux citoyens avant l’aménagement extérieur, le raccordement en eau, gaz et électricité, en sus de la réalisation de routes et de structures publiques telles que les écoles », il a rappelé, dans ce sens, la dernière réunion qu’il avait tenu avec les responsables du ministère de l’Education nationale où il a été convenu de réceptionner 656 structures publiques, attendues depuis des années, ce qui permettra de réduire la surcharge des classes à la prochaine rentrée scolaire ».               La réunion, ajoute M. Beldjoud, permettra d’examiner la question du raccordement de nouvelles cités au réseau d’eau potable, affirmant que ses services s’emploient actuellement, en coordination avec toutes les parties concernées, pour le parachèvement des travaux dans toutes les nouvelles cités tout en les dotant de structures nécessaires avant de les distribuer aux citoyens.               Concernant les projets de logements en cours de réalisation et leurs délais de livraison, M. Beldjoud a affirmé que le dossier « AADL 1 » sera clôturé fin septembre, ajoutant que près de 30.000 logements étaient fin prêts et en attente d’accomplissement des travaux VRD en prévision de leur distribution                Concernant les logements « AADL2 », il a été procédé à la distribution de ces logements au profit des souscripteurs de manière graduelle à travers l’ensemble des wilayas du pays, à l’exception de la wilaya d’Alger, où la distribution de ces logements s’effectuera dès la clôture du dossier « AADL1 ».  Beldjoud a indiqué, dans ce sens, que 2.400 logements du programme « AADL1 » seront réceptionnés cette semaine à Alger, ainsi qu’un autre quota, le 27 Ramadhan au niveau de plusieurs wilayas dont Skikda, Adrar et Annaba, soulignant que l’opération sera achevée de manière graduelle jusqu’à la fin septembre prochain, date d’achèvement du dossier « AADL1 ».                De son côté, le ministre des Ressources en eau, Ali Hamam a fait savoir que cette rencontre permettra d’évaluer les travaux devant être lancés en matière d’alimentation en eau potable et d’épuration des eaux usées dans les nouvelles agglomérations.               Il a souligné, dans ce sens, qu’il sera procédé à la définition des priorités notamment en ce qui concerne les projets connaissant un manque d’affectations financières, et ce […]

Poursuivre la lecture

Impôts : la souscription de l’IFU pour l’exercice 2019 fixée entre le 1er et le 30 juin

mai 20, 2019

ALGER – La souscription de la déclaration prévisionnelle du chiffre d’affaires, au titre de l’année 2019, pour les contribuables éligibles à l’impôt forfaitaire unique (IFU), est fixée entre le 1er et le 30 juin 2019, indique la Direction Générale des Impôts dans un communiqué. Le dépôt de cette déclaration s’effectue auprès de l’inspection des impôts ou du centre de proximité des impôts du lieu d’activité du contribuable, selon la DGI. Les contribuables peuvent opter au paiement intégral de l’impôt à la recette des impôts, dont ils relèvent au moment du dépôt de la déclaration, ou choisir le paiement fractionné de l’impôt en s’acquittant, lors du dépôt de la déclaration prévisionnelle (série G.N 12), de 50% du montant de cet impôt. Pour les 50% restants, leur paiement s’effectue, au moyen du bordereau avis de versement fractionné de l’IFU (G.N 50 Bis), en deux versements égaux, l’un ouvert du 1 er au 15 septembre 2019 et l’autre du 1 er au 15 décembre 2019. La DGI rappelle que le minimum d’imposition en matière de l’IFU est fixé à 10.000 DA. Toutefois, les jeunes promoteurs éligibles aux dispositifs  d’aide à l’emploi(ANSEJ, CNAC et ANGEM) sont assujettis à un minimum d’imposition égal à 5.000 DA. Le formulaire de la déclaration (série G.N 12) et le bordereau avis de versement fractionné de l’IFU (G.N 50 Bis) sont disponibles et téléchargeables sur le site web de la Direction Générale des Impôts (www.mfdgi.gov.dz) dans la rubrique « téléchargement », précise la même source.

Poursuivre la lecture

Activité portuaire : hausse de 7% au 1er trimestre 2019

mai 20, 2019

ALGER – L’activité portuaire de l’Algérie a enregistré une croissance de l’ordre de 7% durant le 1er trimestre 2019, en comparaison avec la même période de l’année précédente, a appris lundi l’APS auprès du Groupe Services portuaires (SerPort). Ainsi, le volume de marchandises traitées (import/export) par les 10 ports algériens au cours des trois premiers mois de l’année a totalisé 30,6 millions tonnes, contre 28,60 millions de tonnes à la même période de 2018. Il s’agit des exportations qui ont atteint 19,9 millions de tonnes, soit une hausse de près de 14%, dont 2,4 millions de tonnes de marchandises hors hydrocarbures. Ces marchandises sont composées principalement de matériaux de construction et de produits agricoles, haussant ainsi significativement la croissance à 42% par rapport au 1er trimestre 2018. S’agissant des hydrocarbures, SerPort relève un total de 19 millions de tonnes, soit une augmentation de 6% par rapport au trois premiers de l’exercice 2018, précisant que ces produits représentaient 63% du trafic global enregistré au niveau des ports nationaux. Lire aussi: Plus de 10.000 tonnes d’importations bloquées aux frontières durant le 1er trimestre 2019 Par ailleurs, le trafic des conteneurs, à l’import et à l’export, a enregistré 523.186 EVP (équivalent vingt pied) durant le premier trimestre 2019, contre 463.394 EVP pour la période 2018, soit une hausse de 13 %. Ce trafic a été traité principalement au niveau des ports d’Alger (42%), Oran (16%), Bejaia (11%), Skikda (9%) et Annaba (8%). Le trafic de véhicules a, quant à lui, atteint 2.234 unités au 1er trimestre 2019, soit une baisse de 1 % par rapport à la même période en 2018.                                                                      Selon SerPort, les entreprises portuaires continuent de réaliser leurs programmes de développement pour soutenir la croissance de leurs activités. Il s’agit principalement d’acquisition d’équipements de manutention pour un meilleur rendement portuaire. A cet effet, ces entreprises ont acquis plusieurs équipements modernes comme les « Stackers », les chariots élévateurs à fourche, les grues portuaires, ainsi que les grues mobiles télescopiques automotrices.                         Modernisation en cours de plusieurs ports Les programmes de développement comprennent aussi l’acquisition de matériels navals à même de garantir la sécurité de la navigation à l’intérieur des ports, selon le Groupe SerPort qui précise que le parc naval a été renforcé par l’acquisition en 2018 de 10 remorqueurs d’une puissance de 45 à 70 tonnes de traction, doté des dernières technologies. Quatre (4) autres remorqueurs seront acquis au cours des deux prochaines années en plus des canaux d’amarrage et des pilotines. S’agissant du développement des infrastructures, il est à signaler que plusieurs projets de réalisation et d’extension des infrastructures portuaires sont en cours de réalisation. Dans ce cadre, le port d’Alger a bénéficié d’une extension-développement du Terminal à Conteneurs (TAC) d’une capacité de 1 millions d’EVP qui sera fin prête en octobre 2020. Le port d’Oran connait lui aussi des travaux d’extension-développement du TAC, pour augmenter sa capacité à 2 millions d’EVP, qui prendront fin en juin 2019. Lire aussi: Pollution marine par carburants: exécution d’un exercice au Golfe d’Arzew Les autres projets portent sur la construction du TAC de port de Djen-Djen pour une capacité de 2 millions d’EVP, la construction […]

Poursuivre la lecture

Réunion du JMMC à Djeddah : engagement à réaliser un marché équilibré

mai 20, 2019

ALGER – Le Comité ministériel conjoint de suivi de l’accord Opep-non Opep ( JMMC) a réaffirmé son engagement à réaliser un marché équilibré, selon un communiqué publié sur le site web de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.   « Le Comité ministériel conjoint de suivi de l’accord Opep-non Opep (JMMC) a réaffirmé son engagement à réaliser un marché équilibré et à œuvrer de manière durable pour la stabilité du marché pétrolier avec des fondamentaux solides », a précisé le Comité suite à sa 14e réunion, tenue dimanche à Djeddah (Royaume d’Arabie saoudite). En outre, le JMMC, qui regroupe l’Algérie, le Koweit, le Venezuela, la Russie et Oman note « qu’une approche agile et flexible a été essentielle au succès de la Déclaration de coopération jusqu’à présent et sera essentielle à l’avenir ».  Lire aussi: Accord OPEP-non OPEP: un taux de conformité record de 168% en avril « Depuis la signature de la déclaration le 10 décembre 2016, les partenaires ont été en mesure d’adapter leur cours en fonction des conditions du marché », ajoute le JMMC. Le Comité a rappelé « lorsque le marché a semblé fausser l’offre excédentaire, des ajustements volontaires de la production ont été adoptés et mis en œuvre, comme ce fut le cas en décembre 2016 et en décembre 2018, et également lorsque l’inquiétude concernant la demande dépassant l’offre augmentait à mesure que le marché se resserrait, comme ce fut le cas en juin 2018, les partenaires de la Déclaration de coopération ont pris les mesures appropriées ».   Réunion de l’Opep en juin prochain En analysant la situation actuelle des marchés pétroliers et les évolutions macroéconomiques, le Comité a également reconnu que « des incertitudes critiques subsistaient, notamment les négociations commerciales en cours, les développements de la politique monétaire et les défis géopolitiques ». Le JMMC a demandé au Comité technique mixte et au secrétariat de l’OPEP de continuer à suivre et à analyser les évolutions du marché pétrolier et, en particulier, les projections d’inventaire pétrolier au cours des prochaines semaines, en vue de la recommandation de la prochaine réunion du JMMC à la Conférence de l’OPEP et à la réunion ministérielle de l’Opep, prévue en juin 2019, sur les mesures que devraient prendre les pays participants pour le second semestre de 2019, selon le JMMC. A noter que la  176 conférences de l’Opep programmée est prévue pour le 25 juin, tandis que la sixième rencontre ministérielle des pays Opep et non Opep le 26 juin 2019. En décembre dernier, l’Organisation avait convenu avec dix pays producteurs non-Opep, la Russie à leur tête, d’une baisse conjointe de leur production de 1,2 million de barils/jour à partir du 1er janvier 2019, pour une période de six mois, avec une réduction de 800.000 barils/jour par l’Opep et de 400.000 barils/jour par ces pays producteurs non-Opep. Lire aussi: Pétrole: les efforts conjoints des pays à l’origine de la stabilisation des marchés Les pays de l’organisation ont produit 30,031 Mbj en avril dernier, contre 30,034 Mbj en mars, selon des sources secondaires.             La production de l’organisation a diminué de près de 3.000 barils/jour, en raison notamment d’une forte baisse en Iran, selon le dernier rapport de l’Opep. Cet accord est […]

Poursuivre la lecture

Pétrole: le panier de l’OPEP se maintient plus de à 72 dollars le baril

mai 20, 2019

ALGER – Le prix du panier de quatorze pétroles bruts, qui sert de référence à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a reculé  à 72,57 dollars le baril vendredi, contre 72,61 dollars la veille (jeudi) , a indiqué lundi l’Organisation pétrolière sur son site web. Introduit en 2005, le panier de référence de pétrole brut de l’OPEP (ORB) comprend actuellement le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola), Djen(Congo), Oriente (Equateur), Zafiro (Guinée Equatoriale),Rabi light (Gabon), Iran Heavy (Iran),Basra Light (Irak), Kuwait Export ( Koweït), Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigéria), Arab Light (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et Mery (Venezuela). La moyenne du prix du panier de l’OPEP a connu une hausse de 4,41 dollars en avril comparativement à celle de mars, pour atteindre 70,78 dollars le baril (+6,6%), son plus haut niveau en six mois, selon le dernier rapport mensuel de l’OPEP. Par ailleurs, les  cours de l’or noir ont terminé la semaine en baisse tout en restant en nette hausse sur la semaine. Le baril de Brent de la mer du Nord avait fini vendredi en baisse de 41 cents par rapport à la clôture de jeudi. A New York, le WTI avait cédé 11 cents. Cette baisse a été enregistrée avant la quatorzième réunion du comité ministériel de suivi OPEP et non-OPEP (JMMC)  à Djeddah en Arabie saoudite. Ainsi, des ministres  de l’Energie des pays membres de l’OPEP et leurs partenaires se sont réunis dimanche à Djeddah. Co-présidé par le Royaume d’Arabie Saoudite et la Russie, le JMMC est composé également de l’Algérie, les Emirats arabes unis, l’Iraq,  le Kazakhstan, le Koweït, le Nigéria et le Venezuela. Le JMMC est chargé d’examiner le rapport mensuel préparé par son Comité technique mixte (JTC) et les développements récents sur le marché mondial du pétrole, ainsi que les perspectives pour le reste de l’année 2019. Les pays de l’OPEP sont « unanimes dans leur volonté de continuer à travailler pour arriver à la stabilité entre l’offre et la demande », a indiqué dimanche le ministre de l’Energie saoudien Khaled al-Faleh a indiqué que. A noter qu’une réunion décisive est programmée pour juin prochain à Vienne afin de discuter de la décision de renouvellement de leur accord de réduction de la production. Il s’agit de la sixième rencontre ministérielle des pays OPEP et non OPEP qui sera précédée par la 176 conférence de l’OPEP programmée pour le 25 juin. En décembre dernier, l’Organisation avait convenu avec dix pays producteurs non-OPEP, la Russie à leur tête, d’une baisse conjointe de leur production de 1,2 million de barils/jour à partir du 1er janvier 2019, pour une période de six mois, avec une réduction de 800.000 barils/jour par l’OPEP et de 400.000 barils/jour par ces pays producteurs non-OPEP. Les pays de l’organisation ont produit 30,031 Mbj en avril, contre 30,034 Mbj en mars, selon des sources secondaires. La production de l’organisation a diminué de près de 3.000 barils/jour, en raison notamment d`une forte baisse en Iran.

Poursuivre la lecture

Accord OPEP-non OPEP: un taux de conformité record de 168% en avril

mai 20, 2019

ALGER – Le taux de conformité aux accords d’ajustement volontaire de la production pétrolière entre l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires non-OPEP a atteint en avril  168%, a indiqué l’OPEP dans un communiqué publié sur son site web. Le Comité ministériel conjoint de suivi de l’accord OPEP-non OPEP (JMMC) s’est dit « satisfait du rôle crucial joué par la déclaration de coopération dans la reprise du marché pétrolier observée au premier trimestre de 2019 par rapport au quatrième trimestre de 2018, et ce, grâce à la grande conformité avec les ajustements volontaires de production des pays participants. La conformité pour le mois d’avril 2019 était de 168% ». « Ce chiffre record a également eu des répercussions positives sur la croissance économique mondiale au cours des quatre premiers mois de 2019. La conformité moyenne a atteint 120% depuis janvier 2019 », note le JMMC suite à sa 14e réunion, qui s’est tenue le 19 mai 2019, à Djeddah, au Royaume d’Arabie saoudite. En décembre dernier, l’Organisation avait convenu avec dix pays producteurs non-OPEP, la Russie à leur tête, d’une baisse conjointe de leur production de 1,2 million de barils/jour à partir du 1er janvier 2019, pour une période de six mois, avec une réduction de 800.000 barils/jour par l’OPEP et de 400.000 barils/jour par ces pays producteurs non-OPEP. Les pays de l’organisation ont produit 30,031 Mbj en avril, contre 30,034 Mbj en mars, selon des sources secondaires. La production de l’organisation a diminué de près de 3.000 barils/jour, en raison notamment d`une forte baisse en Iran, selon le dernier rapport de l’OPEP. Cet accord est intervenu suite à l’engagement des 15 pays membres de l’OPEP à baisser leur production à hauteur de 3%, contre 2,2% par les 10 pays partenaires, sachant que l’Iran, le Venezuela et la Libye n’en sont pas concernés en raison des difficultés enregistrées dans la production de leurs quotas respectifs habituels. Pour rappel, le JMMC a été créé à la suite de la 171ème Conférence ministérielle de l’OPEP du 30 novembre 2016 et de la « Déclaration de coopération » de la réunion ministérielle mixte OPEP- pays non membres de l’OPEP tenue le 10 décembre 2016. Ce Comité est chargé de veiller à ce que ces objectifs soient réalisés grâce à la mise en œuvre des ajustements volontaires de la production du pétrole des pays OPEP et non OPEP. Co-présidé par le Royaume d’Arabie Saoudite et la Russie, le JMMC est composé également de l’Algérie, les Emirats arabes unis, l’Iraq,  le Kazakhstan, le Koweït, le Nigéria et le Venezuela. La 15e réunion du JMMC devrait avoir lieu en juin 2019 au secrétariat de l’OPEP à Vienne, en Autriche.

Poursuivre la lecture

Algérie-Egypte: renforcer les relations bilatérales en matière de tourisme

mai 20, 2019

ALGER – Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelkader Benmessaoud s’est entretenu, dimanche, avec l’ambassadeur de la République arabe d’Egypte en Algérie, Aymen Macharf « des voies de renforcement » des relations algéro-égyptiennes en matière de tourisme et d’artisanat, a indiqué un communiqué du ministère. Lors de cette rencontre, les deux parties « ont passé en revue » l’état des relations bilatérales en matière de tourisme et d’artisanat ainsi que « les voies de leur renforcement », affirmant la nécessité de « relancer, réactiver et traduire tous les accords de coopération signés entre les deux pays en 1995 en matière de tourisme dans un programme exécutif », en sus de l’accord de coopération signé en 2008 dans le domaine de l’artisanat. A ce titre, le ministre a affirmé que la rencontre avait permis de rappeler « les relations solides unissant les deux pays », relevant, ainsi, « l’importance de mettre en place un cadre réel de coopération entre l’Algérie et l’Egypte » en vue de mettre à exécution le programme bilatéral incluant plusieurs axes dont principalement l’investissement touristique et hôtelier, et d’ouvrir de nouvelles perspectives de coopération à travers l’échange de visites entre les opérateurs et acteurs touristiques afin de faire connaitre le produit touristique des deux pays. Lire aussi: Ambassadeur d’Egypte: « Nous oeuvrons à relancer les échanges commerciaux avec l’Algérie » Pour sa part, l’ambassadeur égyptien s’est félicité des relations bilatérales et de « l’élan » touristique et culturel que recèle l’Algérie, affirmant, par la même, la nécessité de créer « un partenariat solide » entre les deux pays au vu du potentiel dont disposent l’Algérie et l’Egypte, notamment en matière de ressource humaine étant donné que cette dernière se veut « le pilier le plus important » du tourisme. Il a mis l’accent, en outre, sur la nécessité de rapprocher les opérateurs en vue de concrétiser les clauses principales du programme exécutif de coopération. Enfin, les deux parties ont insisté, selon le communiqué, sur la nécessité pour les délégations d’opérateurs, d’acteurs touristiques et d’artisans de deux pays de participer aux salons et manifestations du tourisme et de l’artisanat organisés en Algérie et en Egypte, afin d’ouvrir de nouvelles perspectives de partenariat et d’intensifier les efforts visant à renforcer les relations bilatérales.

Poursuivre la lecture