Exportation hors-hydrocarbures: un cadre juridique propice est nécessaire

TAMANRASSET – Les participants à une journée d’étude, mardi à Tamanrasset, sur « les avantages fiscaux et douaniers liés aux exportations hors-hydrocarbures », ont plaidé en faveur d’un cadre juridique et commercial approprié pour la promotion des opportunités d’exportation vers les pays africains limitrophes.

Les intervenants, représentant les services du commerce, des douanes, des impôts et du registre de commerce ainsi que des opérateurs économiques, ont évoqué les mécanismes réglementaires et les mesures incitatives douanières liées à l’exportation, préconisées par l’Etat pour la promotion des activités d’exportation hors hydrocarbures et la promotion et la diversification des ressources de l’économie nationale.

Pour le représentant du Registre du commerce, Brahim Boukar, la wilaya de Tamanrasset compte seulement huit opérateurs économiques exportateurs, estimant que ce nombre est insuffisant au regard de la position géographique, la superficie et les potentialités existantes, permettant la promotion des exportations vers les pays africains limitrophes.


Lire aussi: L’année 2019 sera celle des exportations hors hydrocarbures 


Une batterie de mesures incitatives ont été préconisées par l’Etat en direction des exportateurs, à travers le fonds de soutien des exportations, dont diverses exonérations, l’accompagnement, l’établissement d’études concernant le marché extérieur, ainsi que l’encouragement de la participation des exportateurs dans divers salons et manifestations internationaux, pour permettre aux opérateurs de valoriser leurs atouts économiques et les aider à entrer de plain pied dans le monde de l’exportation, a-t-il expliqué.

Le représentant de la direction du commerce, Tewfik Chouchane, a, de son coté, abordé les conditions requises pour plus d’activités et d’échanges commerciaux, le développement des exportations de Tamanrasset vers les pays limitrophes et l’importance du foncier industriel dans le développement de l’industrie exportable, avant d’appeler à la révision des conditions et modalités d’attribution du foncier industriel.

Cette journée d’étude, tenue à la Maison de l’Artisanat, a été mise à profit par les opérateurs économiques pour soulever une série de questions afférentes à la domiciliation bancaire, l’accélération de la réalisation du port sec d’In-Guezzam et l’octroi de plus d’avantages dans l’accompagnement des opérateurs dans cette région du Grand Sud.