Un jumelage algéro-britannique réussi dans la protection du consommateur

ALGER – Un jumelage algéro-britannique sur un « appui institutionnel au dispositif de collecte, d’analyse et de promotion de l’information pour la protection des consommateurs (Trices) », clôturé mardi à Alger, a donné des résultats « satisfaisants ».

D’une durée de 27 mois et d’un budget de 1,2 millions d’euros, ce projet mis en place dans le cadre du Programme d’appui à la mise en œuvre de l’Accord d’association Algérie-Union européenne (P3A), a concerné les cadres du ministère du Commerce (administration centrale et services extérieurs), et ceux d’autres institutions algériennes partenaires.

Ainsi, ce jumelage institutionnel avait pour objectifs la mise en place et la pérennisation des mécanismes d’information et de protection des consommateurs en Algérie et le renforcement du dispositif institutionnel de collecte, d’analyse et de promotion de l’information en faveur de la protection des consommateurs.

Pour se faire, il a été constitué au sein du ministère du Commerce « un noyau dur » de formation de formateurs, outre la création d’un centre d’appels pour les réclamations des consommateurs et la promotion du droit des femmes et des personnes vulnérables dans les politiques de consommation.


Lire aussi: Droits des consommateurs: impliquer les citoyens pour défendre une cause juste


Il est attendu comme résultats de ce jumelage le renforcement aux niveaux central et territorial des capacités institutionnelles, organisationnelles et techniques du ministère du Commerce.

Il est également question de renforcer les capacités des structures intervenants dans l’information, la sensibilisation et l’éducation des consommateurs (Trices), ainsi que le renforcement de la capacité des partenaires du ministère du Commerce à collecter et à exploiter des informations sur la consommation.

Lors de la cérémonie de clôture du jumelage, les responsables des parties prenantes ont relevé que les résultats « satisfaisants » enregistrés incitaient un prolongement du projet jusqu’en avril en vue de le peaufiner.

 

Mise en place d’un baromètre des requêtes des consommateurs

 

Au total, 378 Algériens ont bénéficié de ces formations dont 56% de femmes (212) et 44% d’hommes (166), compte non tenu des quatre ateliers décentralisés organisés à Blida, Tlemcen, Sétif et Ghardaïa, avec 151 personnes.

Le jumelage avait nécessité 142 missions, déployées au 23 avril 2019, ayant abouti à la rédaction de 70 rapports de missions individuels ou conjoints, ont précisé les organisateurs de la rencontre, ajoutant que 2.842 Algériens auraient ainsi bénéficié de l’apport de ce jumelage institutionnel.

A noter aussi que, dans son cadre, les bénéficiaires ont pu avoir 430 journées d’expertise et de formation en Algérie, alors que 28 cadres et agents ont bénéficié de voyages d’études notamment au Royaume-Uni.

Les résultats du projet présenté lors de la clôture font état de la création d’un baromètre des requêtes des consommateurs et l’élaboration d’un corpus pédagogique à destination des stagiaires et apprentis de la formation professionnelle.

Il s’agit aussi de la modernisation des politiques publiques de la protection du consommateur, en s’appuyant sur un « plan stratégique novateur et participatif » et l’identification de pistes de réflexion pour l’introduction en Algérie d’études et d’essais comparatifs, ainsi que d’un système de notation des établissements de restauration ouvert au public.

Présent à cette cérémonie, le directeur général du commerce extérieur au ministère du Commerce, Khaled Bouchlaghem, a indiqué que ce jumelage, initié au profit de la direction de la qualité et de la consommation, a été attribué au Royaume-Uni, alors que sa mise en œuvre a été confiée à l’Organisme de coopération internationale du Gouvernement d’Irlande du Nord (NI-CO).


Lire aussi: Commerce extérieur: hausse du déficit à 1,4 milliard USD en janvier 2019


« Les missions dévoués au ministère du Commerce en matière de protection des consommateurs sont importantes, notamment en ce qui concerne la préservation de la santé et de la sécurité des consommateurs des produits mis à consommation », a déclaré M. Bouchlaghem à l’ouverture de la rencontre.

Il a, à ce propos, rappelé le renforcement et le développement du dispositif juridique à travers notamment la modification de la loi n 09-03 relative à la protection du consommateur et la répression des fraudes en 2018, à l’effet d’y introduire le droit de rétractation et d’encadrer le service après-vente.

Pour sa part, l’ambassadeur du Royaume Uni en Algérie a souligné que la protection du consommateur joue un rôle « très important » dans n’importe quel pays, notamment dans un processus de diversification économique et développement technique et technologique.

Il s’est également dit ravi et satisfait de cette coopération entre l’Algérie et son pays et des résultats qui en ont été produits.

Pour rappel, dans le cadre du P3A, un jumelage institutionnel consiste en un instrument de coopération entre un service public d’un pays partenaire et l’institution équivalente dans un Etat membre de l’UE permettant ainsi de moderniser les lois, les réglementations et l’organisation des administrations du bénéficiaire.

Les autres instruments entrant dans le cadre du P3A sont l’Assistance technique et l’échange d’informations (TAIEX), le Programme d’aide à l’amélioration des institutions publiques et des systèmes de gestion (SIGMA), les actions ponctuelles, ainsi que le soutien au partenariat, à la réforme et à la croissance inclusive (SPRING).