Assises du tourisme: valoriser l'image de l'Algérie et promouvoir son patrimoine

ALGER – Des Assises nationales du tourisme seront organisées lundi et mardi à Alger pour évaluer la mise en œuvre du Schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT) à moyen terme et formuler des recommandations en vue de valoriser l’image de l’Algérie et promouvoir le patrimoine naturel, historique, culturel et cultuel du pays, a-t-on appris dimanche auprès des organisateurs.

Près de 1.000 participants dont des universitaires, des experts, des professionnels du tourisme, des acteurs privés et d’intervenants institutionnels prendront part à ces assises qui devraient permettre l’élaboration d’un « plan d’action opérationnel pour la mise en tourisme de l’Algérie » en vue de « promouvoir une économie alternative et de substitution aux hydrocarbures », selon le ministère du Tourisme et de l’Artisanat qui organise ces assises en coordination avec l’Agence nationale de développement du tourisme (ANDT).

La feuille de route qui sera établie à l’issue de ces assises devrait également permettre la consolidation des recommandations issues des rencontres régionales à Ouargla, Constantine, Alger et Tlemcen et proposer des réajustements aux dysfonctionnements constatés qui soient en adéquation avec la conjoncture économique et sociale du pays, au regard du contexte touristique régional méditerranéen, africain et mondial.

La deuxième halte qui s’opèrera lundi et mardi pour évaluer dix années de mise en œuvre du SDAT, après la première évaluation d’étape opérée en 2008, soit cinq années après son adoption par le gouvernement, consiste en « l’analyse des différentes réalisations, projets et programmes touristiques et leurs impacts sur l’industrie touristique nationale », a expliqué la même source.


Lire aussi: Le salaire net moyen mensuel estimé à plus de 40.300 DA en 2017


Elle permettra aussi « d’établir les points de blocage recensés et de proposer les scénarios de réajustements nécessaires, en vue d’améliorer la qualité des décisions et de rendre compte au citoyen ».

Les quatre rencontres régionales organisées au niveau des wilayas de Ouargla, Constantine, Alger et Tlemcen ont constitué, en effet, « un important espace de concertation » pour compléter la collecte des données et informations manquantes, fédérer l’ensemble des acteurs et partenaires autour de la problématique, contribuer à  relever les contraintes et les dysfonctionnements et participer à repérer les réajustements possibles.

Ces rencontres ont abouti à la formulation de plus de 300 recommandations suivant les thématiques abordées lors des ateliers dont les débats se sont articulés autour du « tourisme, facteur de croissance et de valeur ajoutée », « la prospective et les perspectives du tourisme et de l’artisanat en Algérie » et « vers une nouvelle destination touristique de qualité ».

Les recommandations formulées lors des assises régionales ont permis, en outre, de dégager les axes devant alimenter la plateforme pour les travaux des troisièmes assises nationales. Ces axes ont principalement porté sur huit volets: les aspects stratégiques du développement touristique, l’importance des 5 dynamiques du SDAT, le développement durable du territoire, la gestion du territoire touristique, le volet recherches et développement, l’offre générale par rapport au type de tourisme, l’offre de services (hébergement, restauration, transport), le rôle des organismes responsables de la gestion du territoire touristique.

 

Pour un développement cohérent et durable du tourisme en Algérie

 

Les troisièmes assises nationales du tourisme se dérouleront en séance plénière et en ateliers dont les thèmes qui seront abordés s’articuleront autour des composantes d’une destination touristique: durabilité, gouvernance, produits d’appel et services.

Le premier atelier abordera la problématique de l’offre touristique et la mise en place de destinations durables, compétitives et attractives.

Les participants à cet atelier devraient s’interroger sur les démarches à adopter pour construire une destination durable, sur l’offre touristique pour chaque territoire et comment faire évoluer l’offre, mais surtout comment impliquer les tours opérateurs et les agences de voyages dans la commercialisation des destinations identifiées.

Ils devraient tenter d’identifier les besoins réels du touriste national, l’offre qui lui convient et les mesures à prendre pour garantir la satisfaction du citoyen résident.


Lire aussi: Accord Opep-non Opep : un taux de conformité de 98% en novembre


Les participants devraient, entre autres, identifier les outils à mettre en place pour mesurer le degré de « touristicité » des territoires, les produits d’appel à prioriser et la forme d’hébergement qui convient pour chaque touriste.

Le deuxième atelier portera sur « la gouvernance des destinations: mécanismes et outils de coordination ».

Les participants à cet atelier traiteront de l’une des grandes faiblesses de la mise en œuvre du SDAT: le mode de gouvernance et des pratiques de gestion de territoires inadaptés aux standards en matière de tourisme.

Ils sont, ainsi, appelés à identifier les structures de l’entité responsable de la gouvernance de la destination à l’échelle locale, les services d’accueil et de support aux touristes et les outils de concertation à mettre en place au niveau local et national pour le développement d’une coopération intersectorielle efficace.

Le troisième atelier abordera la thématique du « management touristique » et développera plusieurs axes dont celui des formations spécialisées à la demande des investisseurs et de l’investissement et l’adéquation de la qualité de la formation avec les exigences de l’offre touristique.


Lire aussi: Appel à inclure la donne migratoire dans les politiques de développement


Les participants au quatrième atelier se pencheront sur la question des « enjeux et défis du développement touristique à l’horizon 2030 ».

Si le tourisme, aujourd’hui, est l’un des moteurs de l’économie pour de très nombreux pays, en Algérie se secteur peine à décoller.

La situation sécuritaire interne, dans les années 1990, a annihilé l’impact de toutes les mesures prises par les pouvoirs publics, à l’époque, pour promouvoir la destination Algérie.

A présent, le gouvernement tente de reconstruire l’image de l’Algérie et de se doter des outils adéquats pour un développement cohérent et durable du tourisme en Algérie.