Consommation énergétique: augmentation rapide en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie

HOUSTON – La consommation énergétique au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie continue d’augmenter rapidement au fil des années, a affirmé mercredi l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA).

Ces trois régions sont responsables pratiquement à elles seules de l’essor de la consommation énergétique mondiale, avec une croissance d’environ 20% dans chacune de ces régions entre 2010 et 2016, selon les données les plus récentes disponibles dans la base de données de statistiques internationales de l’énergie de l’EIA.

La consommation énergétique a particulièrement augmenté au Moyen-Orient et en Afrique. La croissance économique, l’accès accru aux marchés de l’énergie et l’essor démographique rapide contribuent à ce développement.

La consommation énergétique en Asie progresse de manière régulière tandis que la consommation en Chine a diminué en 2015 et 2016.

Dans les économies matures d’Amérique du Nord, la consommation énergétique a augmenté de 1% de 2010 à 2016. En Europe, la consommation énergétique a baissé de 4% au cours de la même période.


Lire aussi: Traite humaine: un crime largement impuni, 70% des victimes sont des femmes


En termes de consommation totale d’énergie, l’Asie et l’Océanie ont consommé bien plus d’énergie au total, représentant 42% de la consommation énergétique mondiale en 2016, contre 6% pour le Moyen-Orient et 3% pour l’Afrique.

Au niveau mondial, le pétrole et les autres combustibles liquides, dont les biocarburants tels qu’éthanol et biodiesel, constituent la forme la plus importante de consommation d’énergie. L’augmentation de l’offre d’huile de schiste aux Etats-Unis et d’autres sources de combustible liquide au niveau international a favorisé une hausse de la consommation de ces carburants, selon l’EIA.

Dans le même temps, le produit intérieur brut (PIB) de la Chine a progressé de plus de 6% par an, pour une consommation énergétique totale relativement inchangée ces dernières années. Les données démontrent également une amélioration de l’intensité énergétique de la Chine, c’est-à-dire du PIB généré par unité d’énergie consommée.