Irrigation agricole: maintenance et réhabilitation de 439 foggaras depuis 2000

ALGER – Le ministre de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche, Abdelkader Bouazghi a indiqué, jeudi à Alger, que le nombre de foggaras, utilisées dans l’irrigation agricole, ayant bénéficié, depuis 2000, d’opérations de maintenance et de réhabilitation s’élevait à 439 foggaras.

Intervenant lors d’une plénière consacrée aux questions orales de l’Assemblée populaire nationale (APN), le ministre a précisé que plusieurs programmes avaient été mis en place, depuis 2000, en coordination avec d’autres départements ministériels, principalement les ministères de l’Intérieur et des Ressources en eau, dans le but de préserver les foggaras.

Détaillant la nature des opérations lancées dans le cadre de ces programmes, M. Bouazghi a fait état de la maintenance et de la réhabilitation de 439 foggaras, la réalisation de 5 puits destinés à leur soutien, l’équipement de 23 autres avec éoliennes de pompage et la réalisation de 10 canaux pour raccorder lesdites foggaras.


Lire aussi: El-Oued : Bouazghi pour l’exploitation des eaux d’élevage aquacole dans l’irrigation agricole


Dans le cadre de l’application du programme de développement agricole durable pour la création de postes d’emploi pour la période 2012-2014, financé par le Fonds spécial de développement des régions du Sud, M. Bouazghi a indiqué qu’une enveloppe de 476 millions DA avait été dégagée pour la préservation et le développement des palmerais et les agricultures oasiennes, relevant, à ce propos, que 5 foggaras ont été réhabilitées, 6 forages et 16 canaux ont été réalisés.

Le commissariat au développement de l’agriculture dans les régions saharienne (CDARS) a affecté une enveloppe de 334 millions DA dans le cadre de l’opération de réhabilitation des palmerais et de développement du système de production oasien, permettant la réalisation de 260 mètres linéaires entre forages et puits, la construction de 36 km de voies agricoles abritant des foggaras, outre la réhabilitation de 7 autres et plusieurs canalisations destinées à l’irrigation sur un champ de 12 km.

Par ailleurs, M. Bouazghi a fait état d’un travail qui se fait actuellement sous la supervision du ministère de l’intérieur et en coordination avec les walis pour la mise en place d’un programme de développement spécial destiné aux zones sahariennes et les hauts-plateaux, relevant, à ce titre, que 08 forages, 20 points d’eau pour renforcer les foggaras et doter ces régions en énergie solaire, outre (08) canaux de drainage et des réseaux d’assainissement sur une surface de 800 hectares ont été proposés dans le cadre de ce programme.

Concernant les foggaras qui constituent un système d’irrigation ancestral, le ministre a dénombré dans ce sens, 1620 foggaras dont 1400 à la wilaya d’Adrar, précisant qu’il existait 676 foggaras actives assurant l’irrigation de 16.785 hectares appartenant à plus de 15.000 fellah.


Lire aussi:  


Les foggaras connaissent une dégradation en matière de structure vu le manque en main d’œuvre qualifiée en maintenance ce qui a induit l’obstruction de certaines.

Répondant à une autre question relative à la chasse illégale du mouflon, le ministre a relevé plus de 30 contraventions cette année au niveau de la wilaya de Guelma où vit cet animal en voie de disparition, outre la saisie d’armes de chasse et la présentation des mis en cause devant la justice dans le cadre des efforts consentis par la Direction générale des forêts (DGF) et le commandement de la Gendarmerie nationale.

Pour protéger cette espèce en voie de disparition, un projet a été lancé portant réalisation des stations de reproduction du mouflon dans la forêt d’Akfadou (Béjaia), Tlemcen et Oran.

L’Algérie compte 112  mouflons répartis principalement sur Guelma, Souk-Ahras et El Tarf,  sachant qu’il était classé sur la liste rouge de l’Union internationale de la conservation de la nature (IUCN) en raison de la chasse illégale.