Le secteur agricole a enregistré

ALGER- Le ministre de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche, Abdelkader Bouazghi, a relevé, jeudi à Alger, le « développement fulgurant » atteint dans le secteur agricole du pays, comparativement  à l’année 2000, grâce aux nombreux efforts consentis dans ce sens par les pouvoirs publics.

S’exprimant lors de la cérémonie de clôture du 18ème Salon de l’élevage et de l’agroéquipement (SIPSA-SIMA), s’étant tenu du 8 au 11 octobre au palais des expositions d’Alger, le ministre a considéré que grâce à cette évolution, le citoyen consomme aujourd’hui des légumes issus à 100% de la production algérienne.

Solon lui, 100% des viandes blanches consommées en Algérie sont également de production nationale, alors que pour les viandes rouges consommées dans le pays, 95% environ sont issues de la production locale.

Bouazghi a rappelé que cette situation découle des efforts du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui a mis l’accent sur ce secteur sensible, pour « atteindre la sécurité alimentaire et sauvegarder la souveraineté nationale ».


Lire aussi: Produits agricoles: Un plan d’action pour promouvoir les exportations en cours d’élaboration


 

Il a également rappelé les subventions étatiques « importantes » que le gouvernement a injecté dans ce secteur, avec pour objectif sa consolidation et son développement.

Il a de même cité l’exemple de la wilaya de Djelfa, placée comme wilaya à l’honneur dans cette édition du salon,-« une première dans l’histoire des salons en Algérie » – qui est passée du statut de wilaya purement pastorale au statut de « wilaya productrice de toutes sorte de fruits et légumes ainsi que de viandes de diverses provenances ».

Dans ce sillage, il a également évoqué le cas de la wilaya de Biskra qui produit, de nos jours, plusieurs denrées alimentaires alors qu’auparavant, elle ne produisait que des dattes.

Le ministre a ainsi estimé que ces deux wilayas ayant beaucoup évolué, participent grandement dans l’atteinte de la sécurité alimentaire dans le pays, et ce, sans exclure les autres wilayas qui, selon lui, enregistrent pour plusieurs des évolutions notables dans ce secteur « alternatif au sein de l’équation économique nationale ».

Evoquant les Pays-Bas, pays à l’honneur dans cette édition du salon SIPSA-SIMA, le ministre de l’Agriculture a souligné que de nombreuses actions de coopération ont été menées entre les deux pays, notant qu’elles iront en se renforçant et en se diversifiant.


Lire aussi: Agriculture: introduire l’innovation pour plus de modernisation et productivité


Pour sa part, l’ambassadeur Néerlandais, M. Robert Van Embden, a manifesté la volonté de son pays de renforcer sa coopération avec l’Algérie, une volonté également exprimée par la ministre de l’Agriculture de ce pays, qui  est venu visiter les stands de cette édition du SIPSA-SIMA.

A noter que 550 opérateurs économiques ont participé à cette édition du Salon dont 280 opérateurs économiques venus de  32 pays du monde.

Selon le ministre de l’Agriculture, les différents stands ont reçu 25.000 visiteurs, en qualifiant l’évènement de « succès ».

 

Lecture de recommandations devant optimiser le développement du secteur

 

Le salon SIPSA-SIMA organisé sous le thème « pour une agriculture intelligente, face au défi d’une sécurité alimentaire et sanitaire durable », avait également accueilli plusieurs conférences liées aux recommandations issues des assises nationales de l’agriculture d’avril dernier, priorité nationale du Gouvernement et de l’organisation interprofessionnelle des filières agricoles.

Dans ce cadre, quatre forums ont été organisés en marge de l’exposition, à savoir le Forum interprofessionnel du lait et produits laitiers, le Forum international de l’agro-écologie, de l’environnement horticole, de la mécanisation innovante et des ressources renouvelables, le Forum fruits et légumes maraichage à l’export ainsi que le Forum international de l’aquaculture et des ressources halieutiques.


Lire aussi: La production locale de semence de pomme de terre doit être développée


A la clôture du salon, les panelistes des différents forums ont exposé devant le ministre les recommandations collectées lors de ces rencontres à thématiques.

Ainsi, pour ce qui est du forum interprofessionnel du lait et produits laitiers, il a été notamment relevé la non-valorisation du volume de la production laitière du pays, et ce, au même titre que le « potentiel dormant » de cette filière, constitué par la production en lait de chamelle, de brebis et de chèvre.

Concernant le forum de international de l’agro-écologie, de l’environnement horticole, de la mécanisation innovante et des ressources renouvelables, le paneliste a soulevé la nécessité de développer les différents segments de la l’agriculture et des produits forestiers, notamment le patrimoine horticole, les plantes aromatiques et les huiles essentielles.

Quant au troisième forum, celui dédié aux fruits et légumes maraichage à l’export, la nécessité d’améliorer et de développer les aspects liés à la normalisation et à la labellisation a été mis en exergue, ceci pour rendre possible d’atteinte l’objectif de placer les produits algériens à l’étranger.

De même, l’importance de diversifier les cibles d’écoulement des produits algériens a été relevée, telle la nécessité de prospecter et d’aller vers les marchés des pays émergeants, où les chances de placement peuvent être importantes.

Aussi, le paneliste a évoqué la nécessité de la mise en place d’une fiscalité incitative pour les producteurs et les exportateurs, renforçant ainsi « l’agressivité » des produits algériens à l’export, et ce, outre la revue de la réglementation et de la stratégie à adopter pour pénétrer des marchés nouveaux, notamment, ceux férus des produits naturels et labélisés  « Bio ».

Concernant les recommandations énumérée suite aux discussions ayant eu lieu lors du forum international de l’aquaculture et des ressources halieutiques, elles ont porté notamment sur la nécessité d’œuvrer pour lever « la barrière technique » lié à l’exportation de la ressource halieutique algérienne.

Ceci inclus le développement des aspects liés à la qualité des produits et la disponibilité des intrants dans ce segment de production.

En réponse à ces recommandations, le ministre a souligné que ces quatre segments du secteur de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche, revêtent une importance majeur au sein de son département ministériel, et que leur développement est une priorité, rappelant de même les maintes efforts déjà consentis pour cette finalité.

A l’issue de la cérémonie de clôture du SIPSA-SIMA, des Trophées ont été remis, notamment à l’expert des questions agricoles, M. Mokran Nouad, à la membre de Filaha Innov et enseignante-chercheuse à l’USTHB, Djamila Haliche, au président de la fondation Filaha de la Wilaya de Djelfa, Hakim Zoubiri, ainsi qu’aux entreprise EOPAM, Djazagua, et à la ferme pédagogique d’Alger.

La prochaine édition du salon de l’élevage et de l’agroéquipement se tiendra du 7 au 10 octobre 2019, mais avec un nouveau nom, à savoir le « SIPSA FILAHA », a-t-on annoncé sur place.