CARE est un espace de rencontres de type « think-tank »

Inflation moyenne annuelle à 4,8% en août 2018 (ONS)

septembre 30, 2018

ALGER- L’évolution des prix à la consommation en rythme annuel a été de 4,8% jusqu’à août 2018, a appris dimanche l`APS auprès de l`Office national des statistiques (ONS). L’évolution des prix à la consommation en rythme annuel en août 2018 est le taux d’inflation moyen annuel calculé en tenant compte de 12 mois allant de septembre 2017 à août 2018 par rapport à la période allant de septembre 2016 à août 2017. Quant à la variation mensuelle des prix à la consommation, c’est-à-dire l’évolution de l’indice du mois d’août 2018 par rapport à celui du mois de juillet 2018, elle a augmenté de 0,5%.  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont inscrit une hausse de 0,6% en août par rapport à juillet 2018.  Lire aussi: L’inflation moyenne annuelle à 4,8% jusqu’à juillet 2018 Cette variation a été induite essentiellement par la hausse des prix des produits agricoles frais qui ont grimpé de 1,2%. En effet, il a été relevé une augmentation des prix des fruits (+19%), des £ufs (+17,9%) et des viandes rouges (+1,5%).  Toutefois, des baisses ont caractérisé, particulièrement,  la viande de poulet (-5,9%) et les légumes (-3,5%). Pour les prix des produits alimentaires industriels (agroalimentaires), ils ont affiché une « relative stagnation », selon l’ONS. Lire aussi: Financement non conventionnel : la baisse de l’inflation contredit les critiques Par ailleurs, les prix des produits manufacturés ont connu une hausse de 0,4% alors que ceux des services ont grimpé de 0,2%. Par groupe de biens et services, des hausses des prix ont été relevés pour les meubles et articles d’ameublement (+1,3%), pour ceux de l’éducation, culture, loisirs (+2,6%) et de santé-hygiène corporelle (+0,6%), ajoute la même source. Le reste des autres groupes de produits s’est caractérisé soit par des variations modérées, soit par des stagnations. Pour rappel, la loi de finances 2018 a prévu une inflation de 5,5%.

Poursuivre la lecture

Ressources en eau: un total de 85 grands barrages d’ici à 2020

septembre 28, 2018

ALGER – L’Algérie a réalisé 36 grands barrages depuis l’an 2000 faisant augmenter le nombre des barrages réalisés à réceptionner d’ici 2020 à 85 barrages, a indiqué jeudi le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib. Lors d’une séance consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN) présidée par Saïd Bouhadja à laquelle a assisté le ministre des Relations avec le parlement, Mahdjoub Bedda, M. Necib a indiqué que le secteur recensait 80 barrages en cours d’exploitation et 5 grands barrages en cours de réalisation qui seront progressivement réceptionnés jusqu’en 2020. Répondant à une question du député Youcef Brahmia concernant le projet de réalisation du barrage Koudiet Hricha (Guelma), M. Necib a précisé que les études réalisées avaient démontré que la composante géologique de la terre constituée  essentiellement de gypse ne permettait pas la réalisation de ce projet, vu sa vulnérabilité. L’estimation financière préliminaire de ce projet était de près de 50 milliards DA avec une capacité de stockage prévisible de 50 millions de m3. Toutefois, le projet n’a pas été réalisé en raison des données géologiques inappropriés, d’où la décision du secteur d’enregistrer un autre projet alternatif consistant à réaliser un petit barrage aux abords de Oued Charef avec une capacité de stockage atteignant 100 millions de M3/an. La fonction de ce barrage est de transférer les eaux vers le barrage Debagh qui a enregistré un déficit du niveau des eaux, eu égard à la rareté des pluies. Ce projet, qui coûtera au secteur une enveloppe financière de 3 milliards de DA, permettra de transférer les eaux vers le barrage de Debagh dans la région, d’approvisionner les citoyens de la wilaya de Guelma en eau potable et d’assurer 6 millions de M3  pour l’irrigation des terres agricoles. Un appel d’offres sera annoncé pour la réalisation du projet durant les prochains jours, a fait savoir le ministre. Lire aussi: Ressources en eaux: l’Algérie a rattrapé son déficit en matière d’accès aux services d’eau potable et d’assainissement Répondant à une question relative aux puits artésiens de la wilaya d’Illizi, le ministre a fait savoir que cette dernière ne comptait pas ce type de puits, mais dispose plutôt des puits nécessitant le recours à l’opération de pompage d’eaux au regard des caractéristiques géologiques de la région. La wilaya d’Illizi compte environ 55.000 habitants, et fournit 4 millions de mètres cubes d’eaux par mois, partant des puits profonds y existants (au nombre de 659 puits d’une capacité d’un million (1) et 300.000 mètres cubes d’eau potable par mois). De son côté, la région « Thihaout » est alimentée en eau potable par un puits traditionnel qui suffit à répondre aux besoins de la population (200 habitants), en sus de deux autres puits. Pour sa part, la région « Ifra » s’est dotée d’un puits avec une pompe dont le débit s’élève à 260 mètres cubes/jour, permettant de réguler et d’assurer l’alimentation en eau potable. En ce qui concerne l’irrigation agricole, le ministre a affirmé que le secteur avait adressé des instructions aux autorités de la wilaya d’Illizi et à la direction des Ressources en eau de la wilaya pour parachever les projets enregistrés en vue d’approvisionner en […]

Poursuivre la lecture

Guitouni: vers l’exploitation du gaz de schiste dans un cadre « réglementé »

septembre 28, 2018

ALGER – Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni a mis en avant, jeudi à Alger, la nécessité de trouver d’autres sources de production du gaz et répondre à la demande interne, relevant la nécessaire orientation vers l’exploitation du gaz de schiste dans un cadre « réglementé » prenant en compte toutes les dimensions sanitaires et environnementales. S’exprimant lors d’une conférence de presse, en marge d’une plénière consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN) présidée par Said Bouhadja, M. Guitouni a indiqué en réponse à une question portant sur l’orientation vers d’autres sources pour la production du Gaz, « nous allons nous orienter vers l’exploitation du gaz de schiste (…) car nous sommes obligés d’augmenter les capacités de production, d’autant que la consommation interne est en constante augmentation et les députés ne cessent de réclamer le raccordement des 48 wilayas du pays au gaz naturel avec un taux de 100% ». Lire aussi: Gaz de Schiste : L’Algérie détient les 3èmes réserves mondiales techniquement récupérables Le premier responsable du secteur de l’Energie a précisé, dans ce cadre, que l’exploitation du gaz de schiste se fera « dans un cadre réglementé d’autant que les technologies en la matière enregistrent un développement important (…) nous allons travailler dans ce sens car l’intérêt du pays en dépend ». « Une couverture à 100% en gaz naturel est synonyme d’une production de 100 milliards de m3 pour la consommation interne (…) c’est pourquoi, il est impératif de trouver d’autres sources, à l’image du gaz du schiste que nous allons exploiter mais pas au détriment de la santé du citoyen ou de l’environnement », a affirmé M. Guitouni. Dans ses réponses aux questions des députés concernant le raccordement de certaines communes au gaz naturel, le ministre a fait savoir que la production actuelle de l’Algérie en gaz naturel atteignait les 130 milliards de m3, dont 50 milliards m3 destinés à la consommation interne, 50 milliards m3 réservés à l’exportation et 30 milliards m3 consacrés à l’activité des puits pétroliers. Rappelant que le niveau de couverture en gaz naturel avait atteint 60% à l’échelle nationale, le ministre a ajouté que « si nous arrivons à un taux de couverture de 100%, cela veut dire que nous allons consommer tous ce que nous produisons, et arrêter, partant, nos exportations et perdre des revenus considérables en devises. Nous sommes dans l’obligation donc de trouver d’autres sources de production du gaz ». Si nous comptons l’utilisation du gaz butane et les réseaux d’approvisionnement en gaz naturel, nous pouvons dire que la couverture au niveau national a atteint 100 %, a souligné le ministre. Lire aussi: Gaz de Schiste: prendre le temps pour l’exploiter de manière professionnelle Répondant à une question orale du député, Mohamed Kidji (RND) concernant l’approvisionnement de la commune d’El Youssoufia (Tissemsilt) en gaz naturel, M. Guitouni a indiqué que la wilaya avait bénéficié d’un programme de distribution publique du gaz à travers le raccordement de 19 communes sur 22 avec un taux de raccordement de l’ordre de 80%. Il a ajouté, à ce propos, que cette commune a été programmée pour le raccordement de plus de 300 foyers au gaz naturel, relevant que le groupe Sonelgaz avait […]

Poursuivre la lecture

Le capital humain, un rôle clé dans la politique nationale de l’environnement

septembre 28, 2018

ORAN – La politique nationale de l’environnement confère un « rôle clé » au capital humain, a déclaré, jeudi à Oran, la ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatima-Zohra Zerouati. La stratégie nationale en la matière mise essentiellement sur le capital humain, et ce, à travers notamment « l’implication de la société civile et la formation continue des différents acteurs de l’environnement », a indiqué la ministre à l’occasion de sa visite de travail dans la capitale de l’Ouest. Mme Zerouati a insisté dans ce cadre sur le travail de sensibilisation citoyenne incombant à la société civile et sur l’importance de la formation continue au sein des collectivités locales. Les efforts de l’Etat visant à promouvoir l’implication citoyenne, la formation et l’investissement pour le développement durable ont été mis en exergue par la ministre. La visite de travail de Mme Zerouati a coïncidé dans ce contexte avec la tenue de deux rencontres dédiées à la formation, l’une au profit des élus locaux et l’autre destinée aux associations agissant pour la préservation de l’environnement. La première consistait en une Journée d’études sur la fiscalité locale, animée par des cadres du ministère des Finances, abordant notamment les techniques de recouvrement des taxes, dont celle dite écologique. La deuxième rencontre, tenue au siège de la Direction de l’environnement, a vu la ministre remettre des diplômes aux cadres du mouvement associatif à caractère écologique ayant pris part à une session de perfectionnement initiée par le Conservatoire national des formations à l’environnement. « Toutes les wilayas ont bénéficié de sessions similaires qui ont touché plus de 600 associations », a fait savoir la ministre, évoquant, entre autres thématiques, « l’éducation environnementale », « la création de projets », « la gestion des espaces verts », et « la collecte et valorisation des déchets ». Mme Zerouati est en outre allée à la rencontre du corps académique, au niveau du Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) où elle a mis l’accent sur le rôle des universitaires dans la relève des défis environnementaux. Au cours de sa visite de travail, elle a également donné le coup d’envoi des travaux de dépollution et de réhabilitation du site de la décharge sauvage d’El-Kerma. L’Agence nationale des déchets (AND) est le maître d’ouvrage de cette opération qui doit être concrétisée dans un délai de 16 mois, selon les données techniques présentées par les responsables du chantier. La ministre s’est aussi rendu à la forêt récréative de haï « El-Menzah » où elle a procédé au lancement d’une campagne de nettoyage et de plantation d’arbres, initiée par le réseau associatif « Eco-Citoyenneté ».

Poursuivre la lecture

Mosta Expo: pour l’élargissement du partenariat et le développement de l’exportation

septembre 27, 2018

MOSTAGANEM – Les opérateurs économiques algériens et étrangers participant au salon international de l’agriculture « Mosta Expo », qui a pris fin jeudi à Mostaganem, ont plaidé pour l’élargissement du partenariat dans le domaine agricole et le développement de l’exportation des produits agricoles. Dans ce cadre, Abdelkader Adda Benyoucef de la société algérienne « Mosta Kari », spécialisée en importation du matériel agricole a mis l’accent sur l’importance du partenariat avec des opérateurs européens dans le domaine des techniques nouvelles, des équipements et des produits agricoles. M. Adda Benyoucef a déclaré, à l’APS, que le temps est venu pour lancer un partenariat avec des opérateurs étrangers pour la fabrication des équipements à l’intérieur du pays favorisant la maîtrise des technologies, la réduction de la facture d’importation et la maintenance et les services après vente a l’agriculteur. Pour sa part, la représentante de l’agence andalouse de promotion extérieure « Extenda » (Espagne), Malika Zedjaoui a indiqué que ce genre de manifestations économiques aide à faire découvrir aux sociétés espagnoles le marché algérien, en plus des réunions avec des opérateurs algériens et de la conclusion de partenariats dans différents domaines. Ce salon a permis à l’opérateur espagnol de tenir entre 50 et 70 réunions de partenariat dont 20 très importantes dans les domaines de production de semences, d’engrais, d’élevage bovin, d’achat de matériel et d’équipements agricoles. Le partenaire du groupe italien « Sorma » en Algérie, Zineddine Kadjoul a fait savoir que l’expérience italienne dans le domaine de l’exportation a permis, depuis 2011, d’effectuer plusieurs opérations d’exportation de fruits et légumes des wilayas d’Ain Delfa et de Blida vers des destinations européennes dont la Russie. M. Kedjoul a affirmé que le produit agricole algérien est sécurisé et sain, sauf qu’il doit obéir aux normes internationales de commercialisation. Le salon « Mosta Expo » a été initié trois jours durant par la chambre de wilaya de l’agriculture de Mostaganem en vue de faire connaître les produits agricoles locaux et échanger les expériences entre producteurs et opérateurs économiques nationaux et étrangers. Cette manifestation a enregistré, dans sa première édition, la participation de plus de 52 exposants nationaux et étrangers dont 15 opérateurs économiques italiens. L’Italie a été l’invitée d’honneur du salon.

Poursuivre la lecture

2e atelier sur le programme de renforcement des capacités statistiques dans le domaine du tourisme en Afrique

septembre 27, 2018

ALGER – Les travaux du deuxième atelier du programme de renforcement des capacités statistiques dans le domaine du tourisme des pays d’Afrique, ont débuté jeudi à Alger pour échanger les expériences et connaissances entre les experts, les utilisateurs des données et les employés dans le domaine des statistiques de 14 pays africains, afin de faciliter l’élaboration de statistiques sur le tourisme conformes aux normes onusiennes. Selon les organisateurs, cet atelier co-organisé par le ministère du tourisme et de l’Artisanat et l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), s’inscrit dans le cadre du renforcement des capacités nécessaires pour mettre progressivement en œuvre le projet du compte satellite du tourisme (CST), s’étalant sur trois ans de 2017 à 2019. Ce deuxième atelier intervient après celui organisé en février 2017, dans le cadre de l’assistance technique que fournit l’OMT à ses Etats membres, à l’effet de développer des systèmes statistiques performants. Les organisateurs ont affirmé qu’un troisième atelier similaire était prévu en 2019 et sera suivi d’un colloque régional à Alger, pour couronner ces ateliers afin de présenter et évaluer les résultats obtenus. Le CST est « un instrument de mesure et de suivi » de l’impact économique du tourisme et un moyen de « resituer » les données sur le tourisme, permettant de mesurer la contribution du tourisme dans la croissance économique, la création de richesse et la création d’emplois. Les participants à cette rencontre débattront, trois jours durant, de plusieurs thèmes, dont « la  comptabilité nationale et le CST », « Réconcilier l’offre et la demande » dans le domaine du tourisme, « L’offre de biens et services touristiques », et « La voie à suivre: au-delà du CST ». Dans une allocution prononcée à l’occasion, le Secrétaire générale du ministère du tourisme et de l’artisanat, Ahmed Kassi Abdallah a indiqué que cette rencontre constituait « une occasion d’évaluer les étapes importantes réalisées dans le cadre de la coopération commune entre l’Algérie et l’OMT depuis 1976 », soulignant que le programme de renforcement des capacités statistiques dans le domaine du tourisme visait notamment à former les experts dans la méthodologie statistique recommandée par les nations unies en donnant des orientations relatives aux volets pratiques. Dans cette optique, le même interlocuteur a estimé que les statistiques officielles se voulaient « un facteur nécessaire » dans le système d’informations de tous les pays, d’autant qu’elles fournissent aux administrations publiques et secteurs des données exactes susceptibles de jouer un rôle majeur en matière de tourisme et permettre la mise en place des plans et stratégies requises pour réguler les politiques. Par la même, le même responsable a indiqué que les efforts déployés par l’Etat en vue de réunir le climat propice au développement de l’activité touristique au pays, et ce grâce aux instructions du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Dans ce contexte, l’intervenant a affirmé que le secteur du tourisme en Algérie connaissait « une dynamique ascendante de développement », dans la mesure où 2.112 projets d’investissement d’une capacité estimée à 277.199 lits et 101.944 emplois ont été approuvés, dont 803 projets d’une capacité de 103.011 lits et 43.960 emplois sont en cours de réalisation, en sus des assiettes foncières consacrées par les pouvoirs publics, lesquelles sont estimées à « pas moins de 225 […]

Poursuivre la lecture

Energies renouvelables: un appel d’offre national pour la production de 150MW dans un mois au maximum

septembre 27, 2018

ALGER – Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni a révélé jeudi que l’appel d’offre national relative à la production de 150 Mégawatt (MW) d’électricité de sources renouvelables avec des capacités de production locales sera lancé dans  un mois au maximum. S’exprimant lors d’une conférence de presse, en marge d’une plénière consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN), M. Guitouni a indiqué que « le cahier de charge relatif à l’appel d’offre national pour la production de 150 MW d’électricité à partir de sources renouvelables avec des capacités de production locales sera lancé dans un délai d’un mois au maximum ». Les entreprises intéressées par cet appel d’offre trouveront toutes les explications et les détails dans le cahier de charge, a-t-il ajouté. Le Programme national de développement des énergies renouvelables prévoit une production d`ici à 2030 de 22.000 mégawatts d`électricité de sources renouvelables, destinée au marché intérieur, en plus de 10.000 mégawatts (MW) supplémentaires à exporter. Ce programme vise à préserver les ressources fossiles, prolonger durablement l`indépendance énergétique du pays et diversifier les sources de l`électricité. L’énergie de sources renouvelables devrait représenter 27% de la production globale d`électricité en 2030 et le double de la capacité actuelle du parc national de production d`électricité. Cet objectif permettra de réduire plus de 9% de la consommation d`énergie fossile à l`horizon 2030 et d`économiser 240 milliards m3 de gaz naturel, soit 63 milliards de dollars sur 20 ans. A ce jour, le secteur a réalisé 400 MW à partir d`énergies renouvelables. Le président de la République Abdelaziz Bouteflika avait mis l’accent lors de la réunion du Conseil des ministres tenue mercredi dernier sur la nécessité d’ »intensifier la dynamique » afin de promouvoir le secteur des énergies renouvelables.

Poursuivre la lecture

Zaalane: dégel progressif de la deuxième tranche des projets du tramway

septembre 27, 2018

ALGER – Le ministre des Transports et des travaux publics, Abdelghani Zaalane a annoncé, jeudi, qu’il sera procédé au dégel progressif de la deuxième tranche des projets de tramway avec l’amélioration de la situation financière du pays. « Ces projets concernent les wilayas de Batna, Annaba, Bejaia, Skikda, Tlemcen, Bechar, Tebessa, Blida et Djelfa » a précisé le ministre lors d’une plénière consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN). Ces projets qui étaient sur le point d’être lancés après la désignation des sociétés de réalisation, ont été gelés, en 2015, en raison de la conjoncture financière difficile que connaissait le pays suite à l’effondrement des prix du pétrole, a rappelé le ministre. Lire aussi: Transports et TP: 135 milliards de dollars d’investissements durant les deux dernières décennies (ministre) Assurant que « Le gel desdits projets ne signifie pas leur annulation », le ministre a fait savoir que ces projets seront relancés « par ordre de priorité ». M. Zaalane a réitéré, dans ce cadre, la détermination de l’Etat à « poursuivre la réalisation de tous les projets ayant pour objectif de moderniser et d’améliorer les moyens de transport et de faciliter le déplacement des citoyens », une action, a-t-il dit, qui sera concrétisée avec l’amélioration de la situation financière du pays. Evoquant la pénétrante de l’autoroute Est-Ouest vers le port d’Annaba, le ministre a souligné que ce projet « demeure l’une des priorités du secteur dans la région », soutenant, toutefois, que sa réalisation restait tributaire de l’amélioration de la situation financière du pays. Le ministère avait réceptionné, en 2014, l’étude relative à ce projet avant de proposer son inscription au titre de la loi des finances 2015, l’opération n’a pas pu être réalisée en raison de la conjoncture économique difficile qu’a connue le pays. Soulignant que toutes les conditions étaient réunies pour le lancement du projet et qu’il ne restait que son inscription budgétaire qui se fera avec amélioration progressive de la conjoncture financière, le ministre a ajouté que l’entrée en exploitation du complexe de phosphate à l’est du pays devra faciliter la réalisation de cette pénétrante. D’une longueur de 28 km, la pénétrante reliera l’autoroute à trois infrastructures importantes, à savoir le complexe sidérurgique d’El-Hadjar, l’aéroport international et le port d’Annaba et devra également contribuer au désengorgement la RN21. Lire aussi: Proposition de fonds supplémentaires au titre du PLF 2019 pour le parachèvement de certains projets S’agissant du renforcement des vols au niveau de l’aéroport Mustapha Benboulaid de Batna, le ministre a fait savoir que cette question était « tributaire du taux d’occupation des avions qui ne dépasse pas, actuellement, 69% pour les vols intérieurs et 65% pour les vols internationaux ». « Néanmoins, les efforts se poursuivront pour l’amélioration de la programmation des vols au service des voyageurs de la région », a affirmé M. Zaalane, révélant que « le protocole du programme international des vols sera revu prochainement au service des aéroports internes ». S’agissant de la tranche restante du projet de la pénétrante reliant l’autoroute Est-ouest à Batna, le ministre a fait savoir que « cette tranche sera programmée prochainement ».

Poursuivre la lecture

Tammar: 200.000 nouveaux logements au titre du programme 2019

septembre 27, 2018

TIARET – Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, a annoncé jeudi à Tiaret que 200.000 nouveaux logements de différents programmes à travers le pays sont réservés au titre du programme de 2019. Lors d’une visite d’inspection dans la wilaya de Tiaret, le ministre a indiqué qu’il a été décidé, lors du Conseil des ministres présidé mercredi par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, la réservation de 200.000 logements toutes formules au titre du programme de 2019, dont 90.000 logements location/vente où 1.063 unités pour Tiaret destinés à satisfaire les souscripteurs ayant reçu des ordres de versements. Le nombre des souscripteurs de la wilaya a atteint 7.826 selon les services de la direction de l’Habitat. Le programme comprend, 60.000 aides à l’habitat rural dont 1.000 pour Tiaret qui est une wilaya jugée prioritaire dans ce genre d’habitat comme étant wilaya agricole des Hauts plateaux, selon le ministre qui a fait savoir que les travaux couverts par l’aide seront confiés à de petites entreprises et que le bénéficiaire achèvera le restant de la construction. Lire aussi: AADL: bonification à 100% des crédits bancaires destinés à 90.000 nouveaux logements (PLF 2019) Ajoutant que le programme comporte également 50.000 logements promotionnels publics (LPP) au niveau national, Abdelwahid Temmar a annoncé que la wilaya de Tiaret verra une vaste opération d’attribution de logements en fin d’année courante dont 1.029 logements AADL tout en insistant sur l’achèvement du programme actuel de cette formule soit 1.500 logements à Tiaret, à Ksar Chellala et à Mahdia pour le lancement du nouveau programme. Au site de logements AADL à hai Zemala au chef-lieu de wilaya s’étendant sur une superficie de 320 hectares, le ministre a insisté sur sa dotation de toutes les commodités nécessaires en donnant la priorité aux infrastructures de santé, d’enseignement et de sécurité, nonobstant les administrations publiques dont Sonelgaz, l’ADE et Algérie Poste et les structures de sport de proximité et de loisirs. Abdelwahid Temmar a, en outre, annoncé qu’une enveloppe de 500 millions DA a été allouée pour l’aménagement urbain des nouvelles cités d’habitat de la wilaya et une autre similaire à cet effet pour les lots d’auto-constructions, en plus de 50 millions DA pour la réalisation d’un parc au site des 1.000 logements publics locatifs (LPL) à hai Zaaroura, qui a été également inspecté. Par ailleurs, le ministre a présidé, à la maison de la culture « Ali Maachi » de Tiaret, une cérémonie de remise symbolique de clés de 400 logements AADL et 1.000 affectations de logements publics locatifs (LPL) et de clés de 100  LPP à hai Zaaroura.

Poursuivre la lecture

Guitouni: l’OPEP, souveraine dans ses décisions

septembre 27, 2018

ALGER – Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni a affirmé, jeudi à Alger, que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) était « souveraine et libre dans ses décisions ». En réponse à la presse, en marge de la séance consacrée aux questions orales à l’APN, concernant les récentes déclarations du président américain Donald Trump, M. Guitouni a déclaré que « l’OPEP est libre et souveraine de ses décisions ». Le président américain avait appelé l’OPEP avant la 10ème réunion du Comité ministériel conjoint de suivi de l’accord de réduction de la production pétrolière des pays de l’OPEP et non-OPEP (JMMC), tenue dimanche à Alger, à augmenter sa production mais l’Organisation a décidé le maintien. Donald Trump a critiqué, à nouveau, l’OPEP mardi dans son allocution lors la 73eme session de l’Assemblée générale de l’ONU. Lire aussi: OPEP-non OPEP: appels à la poursuite des efforts pour la stabilité du marché pétrolier A ce titre, le ministre de l’Energie a indiqué que la réunion d’Alger « a été une réussite en ce sens où elle a permis aux pays de l’OPEP et non OPEP de rester dans l’accord de juin 2018″, évoquant le suivi de l’évolution du marché pétrolier d’ici au mois de novembre ou décembre. Pour M. Guitouni, la stabilité caractérisant actuellement le marché pétrolier a permis aux participants à la réunion d’Alger de parvenir à une décision « rationnellle ». Répondant à une question sur le prix du baril à 80 dollars, le ministre a rappelé que le prix est tributaire de la demande. « Si les prix augmentent, l’industrie s’arrêtera, la demande baissera et les stocks seront alors plus importants, par conséquent les prix chuteront d’où l’importance de réaliser un équilibre entre l’offre et la demande », a expliqué le ministre, précisant qu’ »un prix entre 70 et 80 dollars convient à l’Algérie ». Lire aussi: Opep/non-Opep: Les pays producteurs continuent de chercher un marché pétrolier « équilibré » Evoquant des concertations avec les pays consommateurs, le ministre a déclaré « nous sommes en discussion avec les consommateurs pour trouver un compromis et je pense que tout va pour le mieux, d’autant que le marché est stable, cette stabilité nous l’avons voulu et nous espérons qu’elle durera », a-t-il ajouté. Les pays producteurs OPEP et non OPEP, avaient convenu le 23 juin dernier à Vienne de limiter à 100% leur niveau de respect des engagements pris dans le cadre de l’accord de baisse, conclu en fin 2016, qui vise à retirer du marché près de 1,8 millions de barils/jour (1,2 millions barils/jour pour les membres de l’OPEP et 600 000 barils/jours pour les producteurs hors OPEP). La 11e réunion de la commission ministérielle de suivi de l’accord OPEP et non OPEP se tiendra le 11 novembre à Abu Dhabi.

Poursuivre la lecture