CARE est un espace de rencontres de type « think-tank »

Accord Opep-non Opep: un taux de conformité record de 121% en juin

juillet 19, 2018

ALGER- La production pétrolière de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses dix partenaires non-Opep a atteint en juin dernier un niveau de conformité de 121% suite à leurs engagements de réduction. « Les pays participants à la déclaration de coopération ont atteint un niveau de conformité de 121% en juin 2018″, a indiqué le Comité ministériel conjoint de suivi de l’accord Opep-non Opep (JMMC) qui a tenu sa première téléconférence mercredi », a précisé l’OPEP dans un communiqué publié sur son site web.. Lors de cette téléconférence, le JMMC a examiné les développements récents du marché et également le rapport fourni par le Comité technique mixte (JTC) concernant le suivi des niveaux de conformité globaux des pays participants dans la Déclaration de Coopération pour le mois de juin 2018. Le Comité a également examiné les conditions du marché pour le mois de juillet ainsi que les niveaux de production des pays pour ce mois et s’est assuré que la performance globale ne dévie pas de la conformité de 100% visée par la décision prise lors de la 4ème réunion ministérielle de l’OPEP, tenue le 23 juin dernier. Le JMMC a décidé de continuer à suivre de près les conditions et l’évolution du marché pétrolier en vue d’améliorer la stabilité du marché au profit des producteurs, des consommateurs et de l’économie mondiale dans son ensemble. En outre, le JMMC, qui regroupe l’Algérie, le Koweit, le Venezuela, la Russie et Oman a réaffirmé son intention de s’efforcer d’atteindre un niveau de conformité global de pas moins de100%. De plus, le JMMC a décidé de tenir des réunions mensuelles (physiquement ou par téléconférence) dans le but de surveiller de plus près le marché et de recommander des mesures d’intervention appropriées. Lire aussi : La décision des pays Opep et non-Opep en 2016 a permis d’enclencher la relance des investissements  Pour rappel, le JMMC a été créé à la suite de la 171ème Conférence ministérielle de l’OPEP du 30 novembre 2016 et de la «Déclaration de coopération» de la réunion ministérielle mixte OPEP- pays non membres de l’OPEP tenue le 10 décembre 2016. Le JMMC est chargé de veiller à ce que ces objectifs soient réalisés grâce à la mise en œuvre des ajustements volontaires de la production du pétrole des pays Opep et non Opep. L’accord Opep-non Opep, conclu à Vienne entre les 14 membres de l’organisation et 10 autres producteurs de pétrole, Russie en tête, a pour objectif de baisser le niveau de production de 1,8 million de barils par jour afin de réduire l’excédent d’offre de brut sur le marché et soutenir les prix. Cet accord qui court jusqu’à la fin 2018, a permis de réduire l’abondance de l’offre et de pousser les prix vers le haut, le baril atteignant les 70 dollars contre 30 dollars en janvier 2016. La prochaine téléconférence du JMMC aura lieu le 20 août après la réunion du JTC le même jour.

Poursuivre la lecture

Promotion des exportations des produits agricoles: un plan d’action soumis au Gouvernement en septembre

juillet 18, 2018

ALGER – Un plan d’action devant impulser les exportations des produits agricoles sera présenté, septembre prochain, au Gouvernement, a indiqué, mercredi à Alger, le ministre du Commerce, Said Djellab. S’exprimant lors d’une rencontre avec les membres du premier Club algérien des exportateurs de produits agricoles, M. Djellab a précisé que le groupe de travail intersectoriel numéro 4 chargé de la formulation des procédures de promotion de l’exportation des produits agricoles, installé au terme des assises nationale de l’agriculture tenu en avril dernier et du conseil de Gouvernement mai dernier, s’emploi actuellement à l’élaboration d’un plan d’action qui sera soumis au gouvernement avant fin septembre 2018. S’agissant des objectifs du groupe de travail qui a tenu à ce jour cinq réunions, le ministre a rappelé la composition de groupes chargés notamment de la restructuration du fonds de la promotion de l’exportation, la mise en place d’une prime à l’export, l’élaboration d’une cartographie de produits agricoles et un tableau de production qui sera enrichi par le programme d’investissement agricole en vigueur, en sus du renforcement du volet logistique. Les groupes, ajoute le ministre, s’emploient à l’examen des voies et moyens à même de renforcer l’accompagnement lors des foires et salons à l’étranger avec l’installation de la commission nationale de la réactivation des programmes de manifestations économiques internationales ainsi que l’élaboration du cadre règlementaire pour l’octroi des autorisations aux exportateurs de produits agricoles, outre le développement du guide pratique de l’exportateur de produits agricoles qui est en cours de réalisation. Ces groupes s’attèlent également au lancement d’une plateforme numérique comportant les procédures et résolutions régissant l’exportation de produits agricoles et faciliter davantage les opérations de change lors de l’exportation, tout en renforçant les capacités nationales en matière de laboratoires d’analyses de ces produits, a-t-il poursuivi. Toutes les conditions seront réunies pour le lancement de l’exportation de produits agricoles locaux vers les marchés étrangers, a-t-il rassuré, faisant savoir que le gouvernement œuvre à la création d’un réseau de laboratoires pour faciliter l’accréditation et la collaboration avec le ministère des Affaires étrangères afin d’accompagner les responsables de l’exportation au niveau du pays hôte.

Poursuivre la lecture

Importation des produits finis: l’application du droit additionnel probablement début septembre 2018

juillet 18, 2018

ALGER – L’entrée en application du droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS) aux opérations d’importation de marchandises finies, destinées à la consommation, se fera probablement au début de septembre prochain, a annoncé mercredi à Alger le ministre du Commerce, Saïd Djellab. Dans une déclaration à la presse en marge d’une rencontre du club des exportateurs de produits agricoles, M. Djellab a expliqué que son département avait entamé les rencontres avec les représentants de différentes filières pour s’enquérir de leurs propositions et attentes, et ce, avant l’entrée en application du DAPS, institué par la loi de finances complémentaire 2018. Lire aussi: Importations: un droit additionnel provisoire pour protéger la production nationale « Nous avons rencontré les représentants des filières agroalimentaire, plastique, céramique et aluminium. Nous allons rencontrer cette semaine les filières de l’électroménager, le papier et carton, ainsi que celle de la tomate industrielle, pour préparer la liste des produits qui seront soumis au DAPS avec la fourchette de taux qui seront proposés par les opérateurs. A partir de cela la commission spécialisée va proposer des taux de 30% à 200%, selon la couverture du marché », a-t-il fait savoir. Concernant la résistance montrée par certains opérateurs vis-à-vis de ce nouveau dispositif réglementaire, le ministre a précisé que son département avait opté pour l’approche par filières dans la mesure où ces dernières regroupent, à la fois, les producteurs et les utilisateurs. Elles permettent ainsi une détection rapide des produits inexistants sur le marché national. Lire aussi: Djellab: tous les produits finis interdits à l’importation seront versés dans le droit additionnel A une question sur les exportations de produits agricoles réalisées depuis le début de l’année, M. Djellab a indiqué que durant les cinq premiers mois de 2018, l’Algérie a exporté entre 51 et 52 millions de dollars, ajoutant que ce montant pourrait atteindre les 100 millions dollars d’ici la fin de l’année. Selon lui, le gouvernement s’est fixé l’objectif de hisser les exportations de produits agricoles à 500 ou 600 millions dollars à l’horizon 2020/2021.

Poursuivre la lecture

Aid El Adha: exiger aux éleveurs la remise du « bon de transaction commerciale »

juillet 18, 2018

ALGER – L’Organisation algérienne pour la protection et l’orientation du consommateur et son environnement (APOCE) a appelé le ministère de l’Agriculture à obliger les éleveurs à remettre des bons de transaction commerciale au consommateur ce qui permettra d’assurer la traçabilité du bétail. Intervenant lors d’une conférence de presse à Alger, le président de l’APOCE, Mustapha Zebdi a appelé les autorités concernées à obliger les éleveurs détenteurs de la carte d’artisan de remettre « un bon de transaction commerciale » au consommateur en sus d’une copie de la carte d’identité, ce qui permettra, a-t-il dit, de préserver les droits du consommateur. Saluant la procédure mise en place par le ministère de l’Agriculture en collaboration avec les autorités locales portant sur la création de points officiels pour la vente de bétails, M. Zebdi a relevé toutefois l’inconformité de ces espaces qui ne sont pas en mesure, selon lui, d’accueillir les éleveurs poussant ainsi nombre d’eux à leur tourner le dos. M. Zebdi a appelé, à ce propos, le ministère de l’Agriculture a communiquer la nature du complément alimentaire importé qui a été à l’origine, ces dernières années, de la putréfaction de viandes des bêtes sacrifiées afin de définir les responsabilités et permettre ainsi aux citoyens de demander des dédommagements. « Le ministère de l’Agriculture demeure discret quant aux résultats des analyses effectuées en 2016 », a précisé M. Zebdi, ajoutant que le consommateur a le droit de connaitre la qualité du complément alimentaire ayant causé la putréfaction des viandes et d’exiger des dédommagements. Par ailleurs, l’APOCE a recommandé aux éleveurs de suspendre les opérations de vaccination, un mois avant la consommation des bétails et de les alimenter en fourrage naturel, tout en interdisant l’usage des aliments de volailles. Il a également appelé les citoyens à achever rapidement les opérations liées au sacrifice afin d’éviter le phénomène de putréfaction, notamment au vu de la hausse des températures que connaissent plusieurs wilayas. L’organisation avait créé une cellule de suivi pour s’enquérir de la situation du bétail destiné à la consommation durant l’Aïd el Adha, laquelle cellule a permis la collecte d’un nombre important de données depuis 2016, a ajouté M. Zebdi, précisant que l’instabilité au niveau de la Direction des services vétérinaires au ministère de l’Agriculture qui a connu un changement de plusieurs directeurs, « n’a pas permis à l’organisation de déterminer les réelles raisons de la putréfaction ».    4 marques de margarine non-conformes parmi les 7 produits soumis aux analyses   Par ailleurs, et en ce qui concerne la margarine, l’organisation a révélé avoir fait des analyses dans les laboratoires étrangers ayant ciblé  7 marques commerciales produites localement. Ces analyses ont mis au jour la non-conformité de 4 marques aux normes internationales, parmi les 7 marques commerciales produites localement, a ajouté M. Zebdi, précisant que l’organisation a adressé une correspondance au ministère de l’Agriculture pour l’informer sur ces marques et des copies des résultats d’analyses aux responsables concernés. Le même responsable a évoqué les effets néfastes de ces produits sur la santé des citoyens, au vu de l’augmentation du niveau des gras trans qui est à l’origine de plusieurs maladies dont le cholestérol, l’obésité, les pics de tension […]

Poursuivre la lecture

APOCE: le ministère de l’Habitat appelé à obliger l’AADL et l’ENPI à dresser des actes de souscription

juillet 18, 2018

ALGER – l’Organisation algérienne pour la protection et l’orientation du consommateur et son environnement (APOCE) a appelé le ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la ville, Abdelwahid Temmar à obliger l’Agence d’amélioration et de développement du logement (AADL) et l’Entreprise nationale de la promotion immobilière (ENPI) à dresser des actes de souscription préalable avec les souscripteurs dans le but de préserver leurs droits. Les dépassements enregistrés au niveau de l’AADL et de l’ENPI ont amené l’organisation à s’orienter vers la justice afin de protéger les droits des souscripteurs en actionnant ces deux entreprises publiques, a précisé le président de l’APOCE, Mustapha Zebdi lors d’une conférence de presse organisée à Alger. Lire aussi: Temmar: plus de 3,6 millions de logements réalisés entre 1999 et 2018 M. Zebdi a appelé, à ce titre, le ministre de l’Habitat à obliger ces deux entreprises à prendre plusieurs procédures de nature à préserver les droits des souscripteurs, notamment la souscription préliminaire, la définition du prix final du m2 du logement et le respect du classement des souscripteurs dans l’attribution des logements et l’année de dépôt des dossiers, ainsi que l’amende prévue en cas de renonciation au logement. « Nous demandons au ministre de l’Habitat, en tant que premier responsable du secteur, de nous épargner le recours à la justice et de contraindre ces deux entreprises à dresser des actes de souscription contenant l’ensemble des détails des logements qui seront vendus aux citoyens », a-t-il ajouté. Lire aussi: Habitat: remise de décisions d’acceptation de recours aux souscripteurs AADL1 M. Zebdi a évoqué, dans ce sens, les dépassements qui ont affecté les deux formules à savoir AADL et LPP, assurant qu’ils avaient énormément porté préjudice aux citoyens enregistrés. Il a appelé, en outre, les citoyens victimes à poursuivre en justice les deux agences et les entrepreneurs responsables de fraude dans la réalisation ou dans les matériaux de constructions utilisés.

Poursuivre la lecture

Sous-traitance industrielle: enjeux et perspectives. Kemal AGSOUS, Président de la BASTP. 18 juillet 2018

juillet 18, 2018

Compte tenu de l’importance du sujet, Care a jugé nécessaire de lancer le débat sur la question, d’autant qu’un salon international de la sous traitance se tiendra à Alger du 20 au 23 novembre 2018. La sous-traitance est au centre des débats de politique économique nationale avec la nécessité d’un développement industriel intégré.

Poursuivre la lecture

Algérie-Espagne: la coopération énergétique évoquée à Alger

juillet 18, 2018

ALGER – Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a reçu mercredi à Alger l’ambassadeur du Royaume d’Espagne en Algérie, Santiago Cabanas Ansorena, avec lequel il a abordé les moyens de renforcement de la coopération dans le secteur de l’Energie, a indiqué un communiqué du ministère. Les deux parties ont passé en revue les relations de coopération alégro-espagnole dans le domaine de l’énergie,  qualifiées  d’ »excellentes » et « d’anciennes », tout en abordant les perspectives de leur renforcement. A cette occasion, M.Guitouni a exprimé sa satisfaction de la qualité des relations avec l’Espagne dans le segment de l’énergie. Il a également réaffirmé la volonté de son secteur à renforcer davantage ces relations dans les domaines des hydrocarbures, des énergies renouvelables et du dessalement d’eau de mer. Dans ce cadre, le ministre a invité les entreprises espagnoles à participer fortement aux deux appels d’offres qui seront lancés prochainement. Le premier appel d’offres concerne la réalisation de deux unités de dessalement d’eau de mer à El Taref et à Zéralda. Tandis que le second porte sur la production de 150 MW d’énergie renouvelable en photovoltaïque dont le lancement est « imminent », précise le communiqué. Le ministre a évoqué, à ce propos, une possibilité de partenariat en joint-venture entre les sociétés algériennes et leurs homologues espagnoles. Pour sa part, l’ambassadeur espagnol a fait part de la volonté du nouveau gouvernement de son pays à agir avec efficacité pour renforcer davantage les liens et les relations « stratégiques » entre les deux pays dans tous les domaines et  notamment celui de l’Energie. Le diplomate espagnol s’est dit « satisfait » des relations de coopération et de partenariat entre les entreprises algériennes et espagnoles dans le secteur énergétique. Il a affirmé, par ailleurs, l’intérêt des compagnies espagnoles à investir en Algérie dans les domaines des hydrocarbures, de l’électricité et des énergies renouvelables Les deux parties ont également convenu la mise en place  d’un mécanisme de suivi pour la mise en œuvre des axions préconisées pour le renforcement de leur relations bilatérales dans le secteur de l’énergie.

Poursuivre la lecture

Sous-Traitance Industrielle: Enjeux et Perspectives. Kemal AGSOUS. 18 juillet 2018

juillet 18, 2018

Compte tenu de l’importance du sujet, Care a jugé nécessaire de lancer le débat sur la question, d’autant qu’un salon international de la sous traitance se tiendra à Alger du 20 au 23 novembre 2018. La sous-traitance est au centre des débats de politique économique nationale avec la nécessité d’un développement industriel intégré.

Poursuivre la lecture

La CAAT réalise un bénéfice de 2,5 milliards de DA en 2017

juillet 18, 2018

ALGER – La Compagnie algérienne des assurances (CAAT) a réalisé un bénéfice de 2,5 milliards de dinars en 2017 contre 2,3 milliards de dinars en 2016, en hausse de 7%, a indiqué cette compagnie d’assurance publique dans un communiqué.  Quant à son chiffre d’affaires, il s’est établi à 23 milliards de dinars (mds DA) en 2017, en hausse de 2,3% par rapport à 2016.  En matière de gestion des sinistres, les indemnisations versées en 2017 par la CAAT ont atteint un montant de 13,4 mds DA, représentant la liquidation de 173.590 dossiers de sinistres. Pour rappel, le marché global des assurances a réalisé un chiffre d’affaires de 138,31 mds DA en 2017 contre 133,53 mds DA en 2016 (+3,6%), selon le Conseil national des assurances (CNA). Lire aussi: Assurance: la CAAT lance un service de notification par SMS Le chiffre d’affaires réalisé par les assurances des dommages a prédominé en s’établissant à 121,62 mds DA (88% de la totalité) contre 119,2 mds DA en 2016.  Quant aux assurances de personnes, elles ont connu une augmentation de près de 13% en se chiffrant à près de 13 mds DA contre11,46 mds DA. Par branche des assurances de dommages, le chiffre d’affaires de l’assurance automobile s’est chiffrée à 65,3 mds DA, soit près de 54% de la totalité de cette branche. Pour ce qui est des parts de marché, les sociétés publiques d’assurance ont raflé près de 74% du chiffre d’affaires global réalisé par le secteur des assurances en atteignant près de 90,26 mds DA, suivies des sociétés privées avec 28,43 mds DA (24%) et des sociétés mixtes avec près de 3 mds DA (2%). Par ailleurs, le total des sinistres réglés par les sociétés d’assurance s’est établi à 64,8 mds DA en 2017 contre 63,4 mds DA en 2016 (+2,3%). Le stock des sinistres à payer, à fin 2017, s’est élevé à 78,5 mds de DA, en hausse de 10,4% par rapport à 2016. Dans l’assurance dommage, les indemnisations versées par les sociétés ont atteint près de 62 mds DA en 2017 (+2% par rapport à 2016). Pour ce qui est du montant des sinistres réglés par les sociétés d’assurances de personnes, il a atteint près de 3 mds DA dont 63,3% consacrés à la branche prévoyance collective et 18,6% à l’assurance vie-décès.

Poursuivre la lecture

Algérie-Espagne-Danemark: les moyens de renforcer les relations économiques évoqués à Alger

juillet 17, 2018

ALGER – Le ministre du Commerce, Said Djellab a reçu, mardi au siège du ministère, dans deux audiences séparées, les ambassadeurs de l’Espagne, Santiago Cabanas et du Danemark, Julie Elizabeth Pruzan-Jirgensen, avec lesquels il a évoqué les moyens de renforcement des relations économiques, a indiqué un communiqué du ministère. Lors de ces deux rencontres, M. Djellab a passé en revue les relations économiques et commerciales entre l’Algérie et les deux pays et les moyens de les renforcer, outre les opportunités d’investissement disponibles, assurant que l’Algérie accordait un grand intérêt au renforcement de la coopération économique et commerciale avec les pays amis et à l’encouragement des projets d’investissement communs. Le ministre a évoqué, en outre, avec l’ambassadrice du Danemark, les principales questions qui intéressent les deux pays ami et les moyens de renforcer la coopération bilatérale dans les domaines commercial et économique, ce qui contribuera à la promotion et au développement des relations bilatérales et à l’augmentation de l’échange commercial, mettant en avant l’importance du marché danois pour l’Algérie. Le ministre du Commerce a appelé, également, à consentir davantage d’efforts pour développer et promouvoir les exportations algériennes vers le Danemark, notamment les exportations agro-alimentaires. Pour sa part, l’ambassadrice du Danemark a exprimé l’attachement de son pays à la consolidation des relations économiques, commerciales et d’investissement avec l’Algérie, avant de réitérer la disposition du Danemark à assister l’Algérie dans l’orientation de ses exportations vers le Danemark et l’Europe. Par ailleurs, l’ambassadeur de l’Espagne a affirmé que son pays œuvrait à l’élargissement de ses relations économiques avec l’Algérie et à soutenir la coopération et le partenariat au vu de l’intérêt accordé par les entreprises espagnoles au marché algérien et la préservation de leur place économique en Algérie en tant que deuxième client et quatrième fournisseur.

Poursuivre la lecture