Algérie-Russie: Guitouni évoque la coopération dans l'énergie nucléaire avec le Dg de ROSATOM

ALGER- Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni a rencontré mardi, en marge des travaux du 10ème Forum international de l’Energie atomique (ATOMEXPO) qui se tient du 14 au 16 mai à Sotchi ( Russie), le Directeur général de la société étatique russe de l’énergie nucléaire (ROSATOM), Alexey Likhachev, avec qui il a évoqué la coopération dans le domaine de l’énergie nucléaire, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Les entretiens ont porté sur « l’état des relations de coopération entre les deux pays dans le domaine de l’énergie nucléaire et ses utilisations énergétiques et non-énergétique à des fins pacifiques ainsi que sur les perspectives de leur développement », a précisé la même source.

L’ATOMEXPO est un Forum international annuel de l’industrie nucléaire mondiale regroupant les dirigeants des grandes entreprises nucléaires, des agences gouvernementales, des représentants de gouvernements, d’organisation internationales (Agence internationale de l’énergie atomique, l’Agence de l’énergie nucléaire de l’OCDE et autres).

Placé cette année sous le thème  » partenariat mondial-succès commun », le Forum aborde les questions les plus actuelles de l’énergie nucléaires et de ses application énergétiques et non -énergétiques à des fins pacifique.   


Lire aussi: Guitouni participe aux travaux du 10é Forum International de l’Energie Atomique en Russie


Pour rappel, l’Algérie prépare l’exploitation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques à travers son introduction parmi ses ressources  énergétiques à l’horizon 2030-2050.

Dans ce cadre, une loi devant encadrer les activités relatives à l’énergie nucléaire en Algérie est en cours d’élaboration par le ministère de l’Energie, selon de récentes déclarations du M.Guitouni. 

L’étape de préparation pour cette transition porte sur plusieurs niveaux, organisationnels, juridiques et de formation,  selon le ministre qui avait cité à ce propos la création du Comena en 1996, la réalisation de deux réacteurs nucléaires destinés à la recherche et la formation à Draria (Alger) et El Birine (Djelfa), la création de l’Institut algérien de formation en génie nucléaire en 2011 et du Centre national de formation et d’appui à la sécurité nucléaire en 2012. 

Le programme de développement de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques vise essentiellement à répondre aux besoins énergétiques de l’Algérie, outre ses usages techniques dans les domaines de la santé, de l’agriculture et des ressources en eau. 

« L’Algérie pense à son avenir. La demande croissante sur l’énergie a conduit l’Etat à initier un programme ambitieux en matière d’énergies renouvelables axé sur la diversification des sources d’énergie pour garantir l’avenir des générations futures. L’énergie nucléaire constitue, à ce titre, un choix stratégique pour notre pays », avait  assuré le ministre. 

Afin de concrétiser ce programme, l’Algérie a signé plusieurs accords de coopération bilatérale portant sur l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire, avec plusieurs pays, dont la Chine, l’Argentine, la France, les Etats-Unis et la Russie, outre une coopération multilatérale dans le cadre de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).