A la faveur de la loi de finances complémentaire pour 2015, le ministère du Travail et de la Sécurité Sociale avait annoncé son intention d’élargir la couverture sociale de 2 millions d’agriculteurs. Dans le même temps, il avait offert aux travailleurs du secteur informel d’accéder à la sécurité sociale en se déclarant eux-mêmes à la CNAS. Cette mesure est sans conteste généreuse et vise à une plus grande inclusion des algériens à la protection sociale.

Cela est louable, mais est-ce réalisable ? Outre qu’elle ne tient pas compte des équilibres financiers du système de sécurité sociale qui souffre d’une évasion estimée à quelques 650 milliards de dinars en 2014, cette proposition ignore les spécificités des populations qu’elle entend couvrir. Par ailleurs, de nombreuses autres catégories trop petites pour être incluses dans le système formel de protection économique (assurances) et de sécurité sociale ne pourront pas l’être. Il s’agit essentiellement des catégories dont la prise en charge relève des départements ministériels chargés de la solidarité nationale, des agriculteurs et autres travailleurs, y compris ruraux.

Modération: Mahrez AIT BELKACEM

Bio- Express:

MAHREZ AIT BELKACEMMembre de CARE, juriste et ancien haut fonctionnaire, il est à l’origine de la création de la CNAC, la Caisse Nationale d’Assurance-Chômage qu’il a gérée durant près de dix ans, jusqu’en 2004. Ancien rapporteur général du CNES, consultant RH, il a notamment coordonnée l’étude GIZ sur la faisabilité de la micro-assurance en Algérie. Il est en outre très actif sur le plan associatif :  membre fondateur et président de l’Association des Diplômés de l’ENA (ADENA) de 1989 à 1996 ; membre fondateur et premier président de l’Union Maghrébine des Associations des Diplômés des ENA (1989-1991) ; membre du « comité des sages » de l’association « enfance et familles d’accueil d’enfants abandonnés » (AEFAAB) ; membre de la fondation Mahfoud Boucebci ; membre fondateur et président du club APM (association progrès management) Alger –Marseille (2003/2004).

CHERIF BENHABILES: Directeur général de la Caisse de la mutualité agricole CNMA, il totalise une vingtaine d’années d’expérience dans le secteur des assurances. En plus de ces postes de gestionnaire, il a réalisé divers travaux, notamment sur  l’apport des assurances agricoles comme outil de développement et d’appui au crédit. Il a également participé avec les experts de la Banque Mondiale à une mission de gestion des risques agricoles. Il a été expert pour la GIZ pour la mise en place du projet de micro-assurance en Algérie. Il est aussi animateur de conférences et de séminaires sur le marché des assurances et professeur en Management et Marketing.

AHMED HADJ MAHAMMED: Vice-président de GAM Assurances, anciennement directeur général-adjoint de la CIAR, directeur-général-adjoint et membre fondateur des assurances 2A. Enseignant et formateur à l’INSAG et à l’université d’Alger en assurances, marketing, communication et techniques de vente, animation de réseaux de distribution en assurance, gestion des risques, risk management, stratégie d’entreprise. Il a participé à l’étude de la mission allemande GIZ sur les opportunités de micro-assurance en Algérie. En 2016, il a été membre du comité de pilotage au Conseil National des Assurances, chargé de la préparation du projet de réglementation Takaful.

HASSEN KHELIFATIP-DG d’Alliance Assurances, membre de CARE, sa carrière commence au Crédit populaire d’Algérie (CPA) comme cadre à la Direction du Crédit. Il intègre ensuite le groupe familial dont il gère les finances. En 20115, il crée Alliance Assurances, qui deviendra la première entreprise cotée en bourse. Hassen Khelifati est vice- Président de l’UAR, membre du FCE, du CEIMI et de la CACI, membre fondateur de NABNI et de Hawkama El Djazair, de l’association des diplômés de l’ESC et de celle des Promoteurs et Investisseurs de la zone industrielle de Oued Smar. Il est en outre engagé auprès du Haut Conseil de l’orphelinat en Algérie et d’Injaz El Arab, un programme panarabe pour insuffler aux jeunes l’esprit d’entreprise.